Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 07:22

Hier soir, les résidents du 50 rue Michelet à Bondy étaient reçus par le maire, entouré de quelques adjoints. Les résidents étaient accompagnés de soutiens d'Alternative libertaire, de Bondy autrement et de RESF, en présence de membres du site Expression93.fr. En effet, ces résidents sont en lutte contre le marchand de sommeil qui les exploite, et sont maintenant menacés d'expulsion. Le propriétaire prend prétexte de sa condamnation par la justice suite à une action intentée par la municipalité.

 

Toute la première partie de l'entretien ne nous a pas appris grand chose. Gilbert Roger a sorti les violons pour redire son "soutien", qu'il est "aux côtés" des résidents et débiter une série de banalités sur l'audience du 13 septembre, archi-connues des résidents et de leurs soutiens. Il a ensuite pris quelques engagements qui ne coûtent pas cher: donner à l'avocat des résidents les informations dont il aura besoin (alors que les soutiens réclament depuis des mois et des mois communication des précédents jugements ayant opposé la municipalité au Dr Mignen jusqu'à sa condamnation définitive en appel et au rejet de son pourvoi en cassation), enclencher une enquète sociale préparatoire à des dossiers de demande de logement auprès des bailleurs sociaux, passer en coup de vent dimanche au repas de soutien organisé par les résidents...

 

Les choses se corsent quand on entre dans le dur. Gilbert Roger annonce clairement que l'objectif de la mairie est la fermeture pure et simple de la clinique. Certes, il s'agit d'un objectif compréhensible voire louable, puisque c'est le seul moyen de faire cesser réellement les exactions du marchand de sommeil qui en est le propriétaire. Mais cette affirmation pose immédiatement la question du devenir des presque 150 personnes qui y sont actuellement "piégées". Où s'agit-il de les mettre? A la rue, sur le trottoir devant le 50? Ailleurs? A cette question, la réponse reste bien évasive: "chez les bailleurs sociaux". Comment? Où? Surtout, n'en discutons pas...

 

Deuxième question: que compte faire la mairie du 50 rue Michelet, si le bâtiment est fermé et alors que le Plan d'Occupation des Sols interdit de le transformer en logements, comme Gilbert Roger l'a répété en boucle? Là, même pas de réponse évasive. La question est purement et simplement ignorée. On ne saura donc pas, une fois de plus, ce que la mairie a en tête et quelle est sa stratégie. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir posé et reposé la même question depuis 3 ans. Le même mutisme obstiné accueille systématiquement cette interrogation somme toute légitime.

 

Enfin, Gilbert Roger tombe un peu le masque en fin de réunion en passant de la compassion paternaliste aux menaces. Un résident s'énerve devant le discours lénifiant, et dit qu'il en assez d'entendre les mêmes mots depuis 7 ans, qu'il attend maintenant des actes. La réponse de Gilbert Roger? Si vous n'êtes pas contents, je peux arrêter de vous soutenir et m'aligner sur d'autres maires comme celui du Raincy! Bel exemple! Quelle référence! Rappelons que le maire du Raincy est Eric Raoult, un digne représentant de la droite extrème!

 

S'ensuit une séance stupéfiante d'autosatisfaction de la part de l'équipe municipale, qui soutient hardiement que ce qui a été obtenu jusqu'à présent concernant les régularisations de résidents sans-papier ne doit pas grand-chose à la lutte et quasiment tout au formidable entregent de Gilbert Roger et à ses interventions décisives! Militants et militantes, sachez-le, tout ce que vous faites ne sert à rien! Résidents, inutile de vous mobiliser! Papa Roger est là pour vous protéger et s'occuper de tout.

 

Malheureusement, cette position délirante n'a rien de surprenant. Elle est symptomatique d'un PS qui ne considère les luttes qu'à travers ce qu'elles lui rapporteront électoralement.

 

Les résidents, heureusement, sont plus conscients que le maire de Bondy de ce que leur mobilisation et leur solidarité ont rapporté et de ce que les (vrais) soutiens ont fait pour eux. La lutte continue!

Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Bondy
commenter cet article

commentaires