Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 21:14

Le 17 novembre avait lieu à Paris une manif nationale contre les usines utilisant les méthodes TMB-Méthanisation. Plus de 300 personnes sont venues des collectifs de Romainville (93), Ivry (94), Angers, Montpellier. Le ministère de l’Environnement a refusé de recevoir une délégation mais a dépêché les flics !

La méthode de traitement des déchets par tri mécano biologique (TMB) et Méthanisation ressemble fort à une fausse-bonne idée. De prime abord faire du gaz et du compost avec nos poubelles non triées serait plutôt sympa. Mais les problèmes s’accumulent : explosions, odeurs nauséabondes, gaz tout juste suffisant à l’auto-fonctionnement de l’établissement, compost refusé par bien des pays d’Europe… Au bout de la chaine on se retrouve avec une usine…à gaz dont les reliquats sont justes bons à être enfouis ou incinérés comme s’ils n’avaient pas été traités : une étape industrielle coûteuse pour le contribuable et inutile au final.

En réalité le processus est en deux temps : d’abord on sèche le contenu de nos poubelles dans des grands cylindres qui tournent en permanence et le tri serait alors automatiquement assuré. Problème : les déchets biologiques, qui sont récupérés pour être mouillés dans des cuves de fermentation d’où le méthane s’évapore et le compost se fait, ont été mélangés et souillés au contact des matières toxiques diverses de nos poubelles (plastiques, résidus de produits ménagers etc.). Une usine de ce type, la plus grande d’Europe jamais construite, est en projet à Romainville (93).

Un procédé à l’intérêt contestable

En réalité pour produire un compost utile et assimilable sur les terres agricoles il faudrait mettre en place un tri dans les foyers et une collecte spécifique des déchets bio-dégradables. Ce qui existe dans de nombreux pays d’Europe. C’est d’ailleurs ce que propose l’association ARIVEM, rassemblant des riverains qui ne refusent pas une usine pour traiter leurs déchets mais refusent l’implantation de cette usine alors que la technologie n’est pas maitrisée, ce que confirment les riverains de Montpellier et d’Angers où ce type d’usine fonctionne déjà.

Dans le 93, la mobilisation de la population durant le printemps, alors que le projet passait en douce, avait arraché un moratoire et un audit d’experts indépendants. Expertises qui remarquent que l’éventuelle explosion d’un silo toucherait des zones habitées et une école, qui reconnaissent que si la pollution de l’usine est censée rester en dessous des normes on a oublié de faire l’addition avec la pollution déjà présente ; expertises qui promettent que les fumées, en cas d’incendie, ne sortiraient pas des limites de propriété de l’usine (sic), et enfin qui reconnaissent le compost conforme aux normes françaises, mais pas à la norme européenne en cours de validation…

Le Syndicat intercommunal (Syctom) présidé par le PS parisien sera l’instance décisionnelle pour la réalisation du projet sur le site qui est déjà une déchetterie géante dont les riverains acceptent la nécessité. Le vote final doit se tenir le 19 décembre. En attendant les élus locaux, sous la pression de leurs populations, se prononcent les uns après les autres contre le projet : Romainville, Noisy le Sec, Bobigny, Drancy… Il était temps, mais leurs partis politiques ne se prononcent pas. Même les Verts (divisés sur le sujet) ne prennent pas position. On peut donc craindre une opération purement électorale à un an des municipales avec des élus qui pourront dire qu’ils étaient contre mais dont les collègues majoritaires au Syctom voteront la réalisation du projet.

A l’heure où ces lignes sont écrites, AL 93 (2) et le NPA 93, seules organisations politiques qui se sont prononcées contre le projet, doivent interpeller les fédérations départementales des partis de gauche afin qu’ils prennent clairement position.

Mais c’est la mobilisation seule qui permettra de faire barrage à la réalisation de ce projet. Une manifestation sera organisée le jour du vote du Syctom. Et si les élus refusent d’entendre nous irons nous coucher devant les pelleteuses. La bataille peut encore être gagnée !

Collectif pour une Alternative Libertaire 93

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 20:58

Suite à une mobilisation citoyenne sans précédent, la Coordination Eau Ile-de-France a obtenu en mai 2012 l’annulation de l’adhésion de la Communauté d’agglomération Est Ensemble (La communauté d’agglomération Est ensemble regroupe 9 villes de la Seine-Saint-Denis : Montreuil, Bagnolet, Bobigny, Bondy, Noisy-le-Sec, Pantin, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Romainville) au SEDIF, le Syndicat des Eaux d’Ilede-France, qui délègue la distribution de l’eau à Veolia.

Maintenant une seconde chance s’offre à la communauté d’agglomération pour créer une régie publique.

Et sans attendre, nous pouvons agir : les factures que Veolia adresse aux usagers depuis le mois d’avril 2011 n’ont plus de base légale.

Nous pouvons donc les contester et demander leur remboursement !

Un modèle de lettre est à votre disposition sur le site www.eau-iledefrance.fr

Bien sûr, le service a été rendu et il faudra payer quelque chose, mais pas le tarif que veut nous imposer le SEDIFVeolia.
La facture d’eau en banlieue parisienne est actuellement parmi les plus chères de France : à titre d’exemple, elle est 40 à 58 % plus élevée qu’à Paris, où la distribution de l’eau est effectuée par une régie publique.
Le tarif du SEDIF est antisocial et antiécologique. Les familles nombreuses sont pénalisées : à partir d’une consommation annuelle de 180 m3 cubes, c’est 20 % plus cher.
À l’inverse, les gros consommateurs (entreprises et collectivités) bénéficient d’une ristourne allant jusqu’à 60 % pour des consommations de plusieurs centaines de milliers de m3.
Et ça continue : depuis la signature du nouveau contrat SEDIF-Veolia, une hausse de 2 % du tarif de l’eau s’est déjà produite ! À ce rythme, la hausse sera de 27 % pendant les douze ans du contrat !
Vivement une régie publique de l’eau d’Est Ensemble pour que les usagers ne soient plus rançonnés !tract_fracture-Coul.jpg

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 20:55

Place Edouard Herriot,derrière l'Assemblée Nationale, Paris

Samedi 17 novembre 2012 de 15 heures à 18 heures

Parce que la TMB Méthanisation, ça ne marche pas!

Les agriculteurs ne veulent pas du digestat aux solvants et à l'eau de javel plein de plastiques, et tout part en décharge ou en incinérateur. Le biogaz toxique produit ne suffit pas à subvenir aux besoins énergétiques nécessaires au fonctionnement de ces usines. Régression catastrophique de l'éducation citoyenne sur la gestion des déchets, notamment le tri à la source. Ces usines sont une ruine pour le contribuable, alors qu'une collecte sélective bien faite permet de faire des économies.

Le TMB Méthanisation est une invention des lobbies des déchets pour augmenter leurs profits. Méfiez-vous des procédés miracles qui sont en fait des désastres avérés! Méfiez-vous des procédés miracles qui sont en fait des désastres avérés!

Et l'on peut dès aujourd'hui parier qu'après le TMB, ils inventeront autre chose de très coûteux, donc source d'importants profits !

Parce que le TMB Méthanisation nous impactera inévitablement

Parce que la solution citoyenne que nous proposons a fait ses preuves en France et en Europe

Exigeons l'enterrement de ce projet fou et la mise en oeuvre immédiate du plan d'actions citoyen de gestion des déchets ménagers!

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 14:35

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - 3 octobre 2012, 12h - Coordination eau Ile-de-France

 

C'est une première en France.

Après l’annulation de l'adhésion de la Communauté d’agglomération Est Ensemble au SEDIF, les usagers de l'est parisien s'empressent de couper les ponts avec la multinationale Véolia, qui, en banlieue parisienne, surfacture l'eau du robinet depuis presque un siècle déjà !

L'association Coordination eau Ile-de-France est à l'initiative d'une campagne inédite dans la communauté d'agglomération Est Ensemble  (La communauté d'agglomération Est ensemble regroupe 9 villes de la Seine-st-Denis : Montreuil, Bagnolet, Bobigny, Bondy, Noisy-le-Sec, Pantin, Le Près-st-Gervais, Les Lilas, Romainville), en Seine-St-Denis, qui consiste à demander à Véolia le remboursement des factures depuis avril 2011, car elles n'ont pas de base légale.

Ci-joint, le modèle de lettre qui est mis à disposition de tous les usagers d'Est Ensemble, sur notre site internet notamment.

Le premières lettres, du Pré-St-Gervais, Montreuil et Bagnolet, ont été envoyées aujourd'hui, suite à la conférence de presse.

Cette action est soutenue par la Fondation France Libertés : "Partout en France, la question du retour en gestion publique se pose maintenant", a déclaré Jean-Luc Touly, responsable eau à la Fondation France Libertés et conseiller régional EELV Ile-de-France.

Razzy Hammadi, député PS de Montreuil Bagnolet, a également tenu à manifester son soutien.

 

CONTACT PRESSE : 06 22 72 25 59 Jean-Claude Oliva, président de la Coordination eau IdF 

RAPPEL

Suite à une mobilisation citoyenne sans précédents, en mai 2012 la Coordination eau Ile-de-France a obtenu l’annulation du dernier vote au sujet de la distribution de l'eau à Est Ensemble (jugement du tribunal administratif de Montreuil du 31 mai 2012)

Ce vote décidait de l'adhésion d'Est Ensemble au SEDIF, le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France, qui délègue à son tour la distribution de l'eau à Véolia.

Maintenant une seconde chance s'offre à la communauté d'agglomération pour s'orienter vers une gestion publique. Des études sont en cours, une convention de coopération avec Paris est élaborée...

Entre temps, la mobilisation citoyenne se poursuit, notamment pour informer la population au sujet du prix de l'eau distribuée par Véolia.

La facture d'eau en banlieue parisienne est actuellement parmi les plus chères de France : à titre d'exemple, elle est 40 à 58% plus élevés qu’à Paris, où la distribution de l’eau est gérée par une régie publique.

De plus, le SEDIF impose un tarif antisocial et anti-écologique. Les familles nombreuses sont pénalisées : à partir d’une consommation annuelle de 180m cubes (3 adultes, 3 enfants), elles payent 20% plus cher que les autres.

Les grands consommateurs (plusieurs centaines de milliers de m cubes) bénéficient d’une ristourne de 60% : c’est injuste, c’est inacceptable !

Et ça continue : depuis la signature du nouveau contrat SEDIF VEOLIA, une hausse de 2% du tarif de l'eau s'est encore produite !

La révélation de ces chiffres a provoqué une fracture sur la facture, qu'il sera difficile de réduire , et qui risque de compromettre durablement les relations entre Véolia et les usagers d'Est Ensemble.

CONTACT PRESSE : 06 22 72 25 59 Jean-Claude Oliva, président coordination eau IdF

 

Coordination eau Ile-de-France

5 rue de la Révolution, Montreuil

Tel 09 82 31 73 84

www.eau-iledefrance.fr

 

 

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 10:00

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d'agglomération Est Ensemble (CAEE - La CAEE regroupe Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-sec, Romainville et Pantin). a demandé son adhésion au Syndicat des Eaux d'Île-de-France (SEDIF).

 

C’est une première victoire pour le mouvement citoyen sans précédent qu s’est développé à Est Ensemble depuis 2010.

Cette annulation constitue une seconde chance pour remettre à plat la gestion de l'eau à Est Ensemble et mettre en œuvre une gestion publique comme s'y était engagée la CAEE, il y a deux ans. Le changement politique en cours au niveau national -avec plusieurs ministres qui sont retournés à une régie publique de l'eau dans leur collectivité- doit se retrouver sur le terrain à Est Ensemble.

 

C'est une question de justice sociale  : la population d'Est ensemble « bénéficie » d'un des tarifs les plus chers de France. Nous payons l'eau de 40 à 58% plus cher que nos voisins parisiens. Ce scandale doit cesser !

C’est une question de santé, nous voulons une eau de meilleure qualité, sans sels d’aluminium par exemple, à titre de précaution.

 

C'est une question de démocratie : la population doit être entendue. Nous exigeons maintenant que :

 

- un nouveau dispositif provisoire soit établi avec le SEDIF, sans adhésion de la CAEE au SEDIF, le temps de réaliser l'étude de faisabilité et de mettre en place la régie publique ;

 

- les associations et les usagers fassent partie du comité de pilotage du nouvel audit et disposent en temps réel de toutes les informations ;

 

- l'organisation d'une consultation citoyenne dans chaque commune de l'agglomération avant toute décision.

 

Pour se joindre à cet appel : Coordination EAU Île-de-France, Collectif Eau Est Ensemble, Comme vous Emoi, 5 rue de la Révolution, 93100 Montreuil ou par mail à eau.iledefrance@gmail.com

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Est Ensemble
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 10:34

Invitation de la Coordination Eau Ile de france

Le 1er décembre 2010

Coord Eau IdFLe conseil communautaire d’Est Ensemble a voté l’adhésion de l’agglomération au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF), ce qui revient à confier la gestion de l’eau à VEOLIA, par les 53 voix des élus du PS, de la droite (UMP et MODEM) et de certains élus du PCF (Bobigny et Le Pré). C’est un très mauvais coup pour tous ces habitants de Seine Saint-Denis qui vont continuer à payer un des tarifs les plus chers de France pour l’eau. Que les populations les plus démunies soient contraintes de verser une rente aux actionnaires d’une entreprise du CAC40, pour accéder à un droit fondamental, est une injustice absolue ! Que les questions légitimes posées sur la qualité de l’eau, et donc sur la santé des habitants, n’aient pas trouvé le plus petit début de réponse en dit long sur l’esprit de responsabilité des élus qui ont fait le choix du SEDIF/VEOLIA. Qu’une assemblée où la gauche dispose de 86 sièges sur 91, s’aligne sur les choix de la droite la plus libérale en dit long sur l’état de la gauche.

Où est la gauche ?

Lors du précédent conseil communautaire, interrompu par l’irruption des citoyens, les élus avaient sur leur table une déclaration de M. Santini, président du SEDIF, leur enjoignant d’obtempérer et d’adhérer au SEDIF. Ce qu’une majorité d’entre eux s’est empressée de faire. Au lieu de s’appuyer sur la dynamique citoyenne pour créer un rapport de force contre le SEDIF et obtenir une convention provisoire, le président d’Est Ensemble et la majorité socialiste se sont appuyés sur le SEDIF pour créer un rapport de force contre les citoyens et contre le choix concret permettant une gestion publique de l’eau. Pourquoi? La question est dans toutes les têtes et il faudra la poser encore un million de fois, à voir les têtes livides et défaites des « vainqueurs » du vote quand les citoyens les interpellent.

Quelle démocratie ?

C’est là sans doute le fossé le plus profond, celui qui touche à la place des habitants dans la cité. Ainsi M. Kern, le Président de l’agglomération, a-t-il pu affirmer que « le débat sur la question de l’eau (…) n’est pas essentiel pour Est Ensemble » et regretter « la politisation à outrance de notre agglomération ». Cette conception minimaliste de la démocratie et du débat politique s’est illustrée tout au long de ces derniers mois. Cela va des rapports non divulgués au public (et mêmes aux élus), en passant par les débats jamais organisés par l’agglomération (voire empêché dans les faits à Bobigny), et par le refus de réunir la Commission consultative des services publics locaux, jusqu’au vote en présence de dizaines de vigiles, d’un huissier pour constater les débordements (qui n’ont pas eu lieu) et tenir la réunion à huis-clos, et d’une caméra pour surveiller le public rebelle ! Au lieu de se réjouir de l’intérêt des citoyens pour la chose publique, leurs « représentants » (en réalité, ils n’ont pas été élus par la population pour siéger au conseil d’agglomération, ce sont des représentants …de représentants) s’emploient à les disqualifier et à les faire taire.

La nouvelle donne citoyenne

Une dynamique citoyenne en faveur d’une gestion publique, transparente et écologique de l’eau est en marche. Elle réunit associations, forces politiques et citoyens. Dans le conseil communautaire, elle s’est exprimée dans les 38 voix des élus du groupe écologie et citoyenneté, du parti de gauche, de la majorité des élus du groupe du PCF et des élus d’à gauche autrement et de la FASE, qui ont refusé l’adhésion au SEDIF.

Dans les débats, elle a pris le dessus par la précision et le sérieux de ses arguments face aux discours creux et aux approximations des partisans du SEDIF/VEOLIA. Il y a quelques mois, M. Kern et ses amis renvoyaient dos-à-dos gestion publique et gestion privatisée et certains ne savaient pas quoi décider ! Ces derniers jours, tout le monde à gauche a du s’exprimer –dans les discours au moins- en faveur d’une gestion publique de l’eau et de la recherche d’une alternative en partenariat avec Paris !

Elle s’est traduite aussi par d’innombrables actions en direction de la population ces dernières semaines. Les blogs, les vidéos ont contribué à la formation de l’opinion publique, un rôle autrefois dévolu aux partis politiques.

Malheureusement, cette forme d’hégémonie politique que nous avons construite, ne se traduit pas encore en majorité pour emporter les décisions. Sans doute parce que les enjeux sont trop importants (avec Est Ensemble, il y avait la possibilité d’écorner le SEDIF, premier contrat européen de VEOLIA) et notre mouvement pas encore assez fort. Continuons donc la voie de la politisation qui fait si peur à M. Kern et dans la voie de la construction d'un mouvement citoyen capable de peser sur les choix.

 

Dans l’immédiat, nous allons avec les diverses associations impliquées dans cette lutte examiner toutes les possibilités de recours juridique. Nous allons aussi nous intéresser aux conditions de sortie du SEDIF pour les villes de Montreuil et de Bagnolet, puisque la charte politique de l’agglomération prévoit explicitement de ne pas imposer à une ville un choix dont elle ne veut pas.

 

Enfin, nous invitons tous les participants à cette lutte, élus, associations, citoyens, à se retrouver à l’occasion de la partie publique de l’AG annuelle de la Coordination EAU Île-de-France qui aura lieu :

 

Samedi 11 décembre de 18h à 20h

à Montreuil, Espace Comme vous émoi,

5 rue de la Révolution (Métro Croix de Chavaux).

 

Une video BakchihTV et l'artcle lié "Veolia, les eaux troubles d'ile de France", c'est ici

 

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 06:29

eauTous au conseil d'agglomération d'Est Ensemble!

Mardi 30 novembre à 20h

 

A Romainville, Palais des fêtes (à côté de la Mairie)

28 rue Paul Vaillant Couturier

 

Oui à une convention provisoire

Le conseil communautaire d’Est Ensemble n’a pas pu se tenir le 23 novembre. Il a été envahi par une foule bon enfant aux cris de « VEOLIA basta ! » C’est le signe d’une exaspération croissante des citoyens : il faut arrêter de jouer avec l’eau ! Le devenir de la gestion de l’eau ne peut se décider en l’absence de tout débat démocratique avec la population, contrairement aux engagements pris par le président de l’agglomération. Encore moins à huis clos ou à la sauvette comme le voudraient certains ou à bulletins secrets comme au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF).

 

Il faut arrêter de jouer avec l’eau en racontant que le service public ne sera plus assuré le 1er janvier si Est Ensemble n’adhère pas au SEDIF! Car de toute façon Est Ensemble ne sera pas adhérente au SEDIF au 1er janvier, la procédure d’adhésion au SEDIF prenant au moins trois mois !

 

Mais au fait qui préside vraiment Est Ensemble ? Est-ce le président du SEDIF, M. Santini ? En effet, les élus ont eu la surprise de trouver sur leur table une lettre de sa part leur expliquant en détails qu’ils n’avaient pas le choix, qu’il fallait adhérer au SEDIF ! Quelle démission politique de la part du président en titre de l’agglomération !

 

Alors que quasiment tous les élus d’Est Ensemble se prononcent pour une gestion publique, quel intérêt supérieur peut bien guider la majorité socialiste (et une partie des élus communistes) vers une adhésion au SEDIF/VEOLIA ? Il faut arrêter de jouer avec l’eau en s’affirmant pour la gestion publique dans les discours et en retournant dans les faits au SEDIF, dans le giron de VEOLIA. Si c’est soi-disant pour en sortir plus tard, pourquoi y aller maintenant ?

 

Plutôt que l’adhésion au SEDIF qui divise et déchire la gauche et l’agglomération, une convention provisoire peut rassembler élus, associations et citoyens et assurer la continuité du service public.

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 11:43

Coord Eau IdFCommuniqué du 23 novembre par la Coordination Eau IdF

Dans une ambiance bon enfant, près de 200 personnes ont interrompu pacifiquement la séance du conseil communautaire d’Est Ensemble qui avait l’adhésion au SEDIF à l’ordre du jour. Chantant « à la claire fontaine » et scandant « VEOLIA basta ! », la joyeuse compagnie citoyenne a campé sur place et la séance a été levée au bout d’un moment. Pas de chance pour VEOLIA, malgré les bons conseils du président du SEDIF –dont une lettre trônait sur la table de chaque élu communautaire-, ce n’est pas encore ce coup-ci qu’Est Ensemble retournera dans le giron du SEDIF/VEOLIA !   
 C’est un tournant dans la mobilisation citoyenne en faveur d’une gestion publique, transparente et écologique de l’eau, dans notre pays. C’est sans doute la première fois qu’une action citoyenne de cette envergure et avec cette détermination se produit. A ceux qui croient les citoyens indifférents ou apathiques sur une question aussi essentielle pour la vie en société que l’eau, cette soirée apportera un salutaire démenti. Cette action n’est pas le fruit du hasard, c’est la suite de plusieurs mois de sensibilisation sur les marchés, dans les rues, de signatures de pétition (près de mille signatures dans la seule ville de Bondy dont le maire socialiste est un fervent partisan …du retour au SEDIF), de réunions publiques, etc. C’est la suite de plusieurs mois d’expertise citoyenne où tous les documents ont été décortiqués et publiés par les associations, dans les blogs. C’est la suite aussi d’une dynamique politique nouvelle qui voit des associations, des élus, des forces politiques diverses travailler main dans la main sur cette question.
Il faut arrêter de jouer avec l’eau !
C’est un message aussi très clair adressé au président et à la majorité socialiste de l’agglomération : il faut arrêter de jouer avec l’eau ! Une décision aussi importante ne peut pas se prendre en l’absence de tout débat démocratique, en l’absence des citoyens, sans convoquer la CCSPL, sans organiser de réunions publiques dans les villes comme l’agglomération s’étaient pourtant engagée à le faire dans le cahier des charges de l’audit qu’elle a commandé, sans débat dans les conseils municipaux. Les conseillers communautaires ont reçu le volumineux dossier le 9 novembre pour se prononcer le 23 novembre. C’est cette absence de démocratie qui a exaspéré les citoyens !
Il faut arrêter de jouer avec l’eau en racontant que le service public ne sera plus assuré le 1er janvier si Est Ensemble n’adhère pas au SEDIF ! De toute façon, Est Ensemble ne sera pas adhérente au SEDIF au 1er janvier, il y aura une période transitoire d’au moins trois mois. Pourquoi ne pas la mettre à profit pour élaborer une nouvelle convention provisoire qui laisserait le temps de construire une alternative publique ? Il faut arrêter de jouer avec l’eau en s’affirmant pour la gestion publique dans les discours et en retournant dans les faits au SEDIF, dans le giron de VEOLIA. Si c’est pour mieux en sortir dans deux ans, pourquoi y aller maintenant ?

L’heure du choix
Le président et la majorité socialiste de l’agglomération ont maintenant un choix à faire entre la politique de la force et la force de la politique. Du côté du passage en force, ils peuvent réunir à nouveau le conseil d’agglomération sous la protection de deux rangées de CRS et voter l’adhésion au SEDIF/VEOLIA. Leurs électeurs, le peuple de gauche, se demanderait néanmoins quel intérêt supérieur les motive.
A l’inverse, du côté de la responsabilité politique, ils peuvent renouer le fil d’un dialogue apaisé avec les citoyens, les associations, toutes les forces qui aspirent à une gestion publique et transparente de l’eau. Nous leur tendons la main dans ce sens. Nous sommes prêts à leur faire des propositions, à les aider à trouver une solution qui garantisse la continuité du service public en s’engageant dans la voie d’une gestion publique de l’eau.


Le 23/11/2010
Jean-Claude Oliva
Président de la Coordination EAU Île-de-France

 

En savoir plus

et 2 articles de Basta Mag (2008) :
La bataille de l'eau fait rage
Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 09:20

Eau--romainville--2--_6_.jpgCollectif Romainvillois pour la gestion publique de l'eau

L’eau est trop chère

Avec un prix moyen de 4€ le m3, notre eau est parmi les plus chères de France !

Pire encore, notre eau est polluée en aluminium. Or de plus en plus d'études épidémiologiques montrent un qu'il est facteur de risque pour la maladie d'Alzeihmer. Un futur scandale sanitaire ?

Le privé a trouvé le filon

Le SEDIF vient de renouveler pour 12 ans le contrat de VEOLIA qui produit et distribue l’eau, facture la consommation et les services, est censée entretenir le réseau, etc.

La « surfacturation » est estimée par l’UFC Que Choisir à plus de 80 millions d’EUROS par an

Le SEDIF devra investir 575 millions d’euros dans les cinq ans pour « rénover » ses installations (trois usines notamment) « vieillissantes ». Qu’a donc fait VEOLIA ces dernières années avec l’argent des usagers?

L’accès à l’eau est un droit humain

C’est ce que vient de reconnaître l’ONU. Ce patrimoine de tous doit être préservé, il faut refuser sa marchandisation

La communauté d'agglomération Est Ensemble dont Romainville fait partie peut décider de créer une régie publique

Elle peut sortir définitivement du SEDIF et revenir à la gestion publique de l’eau comme l’ont fait Paris et la communauté d’agglomération des Lacs d’Essonne

 

Il est temps que les citoyens interviennent !

Le collectif de Romainville vous invite à

Une réunion-débat le lundi 22 novembre

à 19 h salle Cachin

(Rue de la Résistance – 93230 Romainville)

 

Projection du film WATER MAKES MONEY Comment les multinationales transforment l’eau en argent

Débat avec

- Jean-Claude Oliva, président de la coordination Eau Ile de France

- Daniel Bernard, vice président de l'agglo "Est Ensemble"

- Anne Le Strat, maire adjointe de Paris chargée de l'eau

 

Collectif de Romainville : CCR, Europe Ecologie (Le Pré St Gervais / Les Lilas / Romainville), NPA, PC, PG

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Est Ensemble
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 10:01

Collectif pour une gestion publique de l'eau à Est Ensemble

 

A gauche autrement, Alter-agglo93, Les Alternatifs, Alternative libertaire 93, Bondy autrement, D. Attia - S. Beltran - M. Bensaïd élus Communistes de Montreuil, Collectif S-eau-S Ile-de-France, Comité Citoyen Romainvillois, Coordination "Eau Ile de France", la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), Groupe des élus Ecologie et Citoyenneté d'Est ensemble, la Ligue des Droits de l'Homme, le Mouvement National de Lutte pour l'Environnement (MNLE93), le NPA, le Parti de Gauche, Les Verts / Europe Ecologie, Utopia Ile de France.

 

A l'occasion du débat sur la gestion de l'eau au sein du Conseil Communautaire d'Est Ensemble, le Collectif vous invite à prendre connaissance de ses proprositions et à déguster un verre d'Eau de Paris, grâce à la citerne installée sur place par l'entreprise publique!

 

Mardi 19 octobre à 18H à Romainville, Palais des fêtes, 28 rue Paul Vaillant Couturier (à côté de la Mairie)

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Est Ensemble
commenter cet article