Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 15:25

Motion adoptée à l'unanimité moins 6 abstentions lors de l'AG des établissements en grève

à la mairie de Saint-Denis

(09/02/2010)

 

L’AG des grévistes réunie à Saint-Denis se félicite de la mobilisation et de la manifestation ayant eu lieu le mardi 9 février. Elle appelle tous les personnels de l’Éducation nationale à rejoindre le mouvement de grève démarré sur le 93 à développer la mobilisation contre les attaques gouvernementales :

- la restitution des heures et des postes

- la transformation des heures supplémentaires en heures postes

- le refus de la mise en place des Conseils pédagogiques

- le retrait de la réforme des lycées

- le retrait des décrets sur la réforme des Bac Pro 3 ans

- le refus de l'affectation de stagiaires non formés sur des postes à 18 heures lannée prochaine 

  • en allant voir les autres établissements.  
  •  

  • en construisant des AG de ville.  
  •  

  • et en se mettant en grève et en manifestant le jeudi 11 février à 14h00 à Odéon. Une AG de grévistes aura lieu dans la foulée à la Bourse du Travail (rue du château d’eau) à 17h00.  

Des établissements sont d’ores et déjà rentrés en grève. Chaque établissement définit en AG d’établissement son mode d’inscription dans la mobilisation. Dans le but d’unifier, de construire et d’élargir la mobilisation, l’AG appelle à deux journées de grève et manifestation (1er et 2eme degrés, supérieur) les mardi 16/2 et jeudi 18/2.  

 

Établissements mobilisés (9 février 2010)  


(Recensement fait à partir de l’AG du mardi 9 février à la marie de Saint-Denis appelée par l’AG des établissements en grève d’Aubervilliers).


Aubervilliers 

Lycée et collège H. Wallon. En grève illimitée depuis lundi 01/02.

Lycée Le Corbusier. En grève depuis mercredi.

Collège Diderot. En grève depuis jeudi.

Collège Gabriel Péri. En grève depuis jeudi.

Collège J. Moulin.

Collège R. Luxembourg, en grève le mardi 09/02.

École primaire J. Vallès.

École maternelle L. Michel.

Écoles Curie/ Langevin.

École élémentaire Varlin

LP D’Alembert  

École Guesde. Tous les enseignants de l'école en grève la semaine avant les vacances pour protester contre la venue d'un stagiaire 108h la semaine de la rentrée des vacances.

LP J.P. Timbaud. En arrêt de travail depuis le 29 janvier (problèmes locaux). 

Pantin

Collège Jean Jaurès. En grève depuis jeudi. 

LP Simone Weil.

Collège Jean Lolive.

Lycée M. Berthelot.  


Saint-Denis

Lycée Paul Éluard (une trentaine de grévistes).

Lycée Bartholdi.

Lycée L’Enna.

Collège Fabien.

Lycée Suger.

Collège Jean Lurçat (collège bloqué)

Collège Elsa Triolet

 
Épinay.

Lycée J. Feyder.

Collège Robespierre.

Collège J. Vigo.

Collège Roger Martin du Gard

 

Stains

Lycée M. Utrillo. En grève à partir du lundi 08/02.

Collège J. Curie.

 
La Courneuve

Lycée J. Brel.

Lycée A. Rimbaud.

 

Blanc-Mesnil

Lycée Mozart.

Collège M. Cachin.

 

Bondy

Lycée J. Renoir

 
Pierrefitte

Collège Courbet

 
Saint-Ouen

Lycée A. Blanqui (grève minoritaire).

Lycée Marcel Cachin

Collège Michelet

Collège J. Baker (grève minoritaire, 4 profs)

 
Noisy-le-Grand

Lycée F. Tristan

 

Villeneuve-la-Garenne (92)

Collèges Manet. En grève reconductible à partir du lundi 8 février.

Collège Pompidou. En grève reconductible à partir du lundi 8 février.

 

Bobigny

Lycée Costes.

Collège J.P. Timbaud (problèmes locaux).

École primaire M. Cachin. 9/13 profs en grève le mardi 09/02.

École primaire M. Curie. 7-8/12 profs en grève le mardi 09/02.


Créteil

Lycée Gutenberg. En grève à partir du lundi 08/02.

 

Aulnay-Sous-Bois

Collège Victor Hugo en grève le mardi 9 février.

 

Montreuil:

Collège Politzer. En grève reconductible tournante depuis le vendredi 29 janvier

Collège Marais de Villiers (problèmes locaux)


Rosny-Sous-Bois

Lycée J. Moulin (grève très minoritaire, 2 grévistes)

 
Dugny

Collège Jean-Baptiste Clément: préavis déposé pour la semaine prochaine (DHG).

 

Drancy

Collège Pierre Semard : grève reconductible (majoritaire) à partir du mardi 9 février (DHG)

Collège Jorrissen (grève très minoritaire, 2 CPE + 3 profs)

Lycée Delacroix  


Livry-Gargan

Lycée H. Sellier  


Villepinte

Lycée Jean Rostand 

Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 19:40
Depuis le piquet de grève de mars 2009, et la procédure de régularisation des dix salariés sans papiers d''origine malienne qui s'en est suivie, la situation des Canal Toys du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis (93) est la suivante : huit salariés ont obtenu depuis août dernier des récépissés, un autre est toujours en attente de ce type de documents qui l'autoriseraient à travailler comme ses autres camarades dans l'entreprise de jouets du Blanc-Mesnil. Quant au dernier, son sort est plus difficile puisqu'il a appris, au cours de la procédure de régularisation, qu'il a été frappé il y a trois ans d'une interdiction de territoire de dix ans. La tuile, mais notre réseau de syndicalistes et de juristes planche sur le sujet afin de trouver une issue positive à cette décision inique. Des récépissés, mais toujours pas de cartes de travail plastifiées valables un an. Pourquoi ? Un raté administratif entre l'OFII (Office français de l'immigration et de l'intégration remplaçant depuis 2009 l'ANAEM, l'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrants) et le service MOE (Main-d'oeuvre étrangère) de la DDTEFP (Direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle) a entraîné l'oubli de la visite médicale obligatoire afin d'obtenir la précieuse carte.

La bureaucratie républicaine pète, et ce sont les salariés sans papiers, les Canal Toys comme tant d'autres dont la lutte actuelle est si déterminante pour le mouvement social et son avenir, qui puent, empêchés qu'ils sont de pouvoir disposer d'un titre de travail auquel ils ont droit. Donc, à nouveau renouvellement du récépissé. Et là, après le premier cercle de l'enfer administratif que constitue le dépot des dossiers, et avant le troisième cercle relatif au renouvellement des récépissés, c'est un deuxième cercle infernal, tout aussi digne de Dante, qu'il faut franchir pour pouvoir détenir le précieux document. La chose ne paraît guère compliquée : il faut se pointer suffisamment tôt sur l'esplanade Jean-Moulin de Bobigny pour espérer pouvoir passer en premier dans la file numéro deux au sein de laquelle se trouve la population venue renouveler ses documents provisoires (la file n°1 étant celle du dépôt des dossiers quand la file n°3 est celle concernant les demandeur-se-s d'asile).

Un horrible programme se profile alors en perspective : attendre parfois pendant plus de neuf heures d'affilée pour être sûr de passer (certain-e-s sont déjà là depuis 23 heures) ; se tenir quasiment sans interruption debout, parfois dans le froid d'un rude hiver, parfois sous une pluie continue ; voir passer des policiers une lampe à la main et mépriser du regard ou éclairer violemment les visages des présents dont la patience est ainsi mise à rude épreuve ; supporter les heurts entre personnes qui essaient tant bien que mal de conserver leur place dans la queue quand d'autres essaient de resquiller ; se taper les délires des uns abîmés par la souffrance sociale qui est la leur et le visage triste des autres symptomatique de la même souffrance ; remarquer les vendeurs de café à la figure triste qui arpentent toute la nuit la file en espérant une petite transaction ou encore les individus qui vendent les places relatives à la place qu'ils occupent dans la queue ; être entassé les uns sur les autres (et on peut dénombrer des femmes enceintes, des personnes handicapées, parfois des enfants en bas âge) dans une fatigue collective qui plus d'une fois les fait ressembler à du bétail prêt pour l'abattoir, ce dont tout le monde ici a parfaitement conscience.

Pour beaucoup de présent-e-s dans la file, tout cela paraît infâme, indigne, immonde, abject, inhumain. Précisément, quand l'infâmie, l'indignité, l'abjection et l'inhumanité sembleraient se situer du côté d'une logique administrative froide et impersonnelle qui travaille à écoeurer les prétendant-e-s à une régularisation à laquelle ils et elles ont droit, la dignité et l'humanité résident du côté de celles et ceux qui, résigné-e-s, jouent plutôt tranquillement le jeu de la loi républicaine. Alors que ce jeu participe à l'ensauvagement de la société. Comment ne pas être enragé-e devant pareils outrages ? Comment ne pas être ému-e aussi du calme relatif qui règne du côté de dominé-e-s qui résistent de tous leurs pathétiques efforts pour ne pas succomber aux processus de dégradation et d'animalisation dont ils et elles sont les victimes ? Faudrait-il penser à inviter Besson et sa cohorte d'affidé-e-s à vivre pareille situation pour qu'ils et elles comprennent enfin, dans la profondeur de leur chair, la bêtise avilissante d'un système qui paraîtrait devoir réduire l'autre en un être moins humain qu'eux ?

Ce n'est quand même pas compliqué : régularisation de tous les sans papiers, nos égaux en prolétariat. Ainsi, les préfectures seront désengorgées, et les fonctionnaires (dont le nombre diminue aussi ici à cause de la RGPP, la Révision générale des politiques publiques qui taillent des croupières dans l'Etat social depuis 2008) feront un autre boulot que celui pour lequel les imposé-e-s que nous sommes sont obligé-e-s de les payer aujourd'hui : humilier les offensé-e-s.
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 16:41

Téléchargez le fichier PDF couleur ou noir et blanc (pour impression)

La lutte des sans-papiers est celle de tous les travailleurs

Depuis le 12 octobre 2009, des milliers de travailleurs et de travailleuses sans-papiers sont en grève pour obtenir leur régularisation et un changement d'attitude des préfectures et du ministère de l'identité nationale (dit aussi ministère des rafles et des déportations). Ils étaient 2000 le premier jour, principalement en Ile-de-France, et plus de 5000 à mi-novembre. Plus de 1800 entreprises sont concernées.
Ils sont en grève parce que leurs droits de travailleurs et de travailleuses ne sont pas respectés. Dans le bâtiment, le nettoyage, la restauration, la sécurité ou les services à la personne, ces sans-papiers sont indispensables au fonctionnement de l'économie. Ils acceptent les tâches que personne d'autre n'accepte. Pourtant, ils vivent dans l'insécurité permanente, à la merci du moindre contrôle policier et sous la menace de la politique inhumaine du chiffre de Sarkozy et Besson.
La plupart d'entre eux payent des cotisations sociales et des impôts. Pourtant, leurs droits sociaux sont baffoués en permanence. Ils sont massivement victimes de marchands de sommeil.
C'est pour que ce scandale cesse qu'ils sont en grève depuis le 12 octobre, soutenus par 11 organisations_: CGT, CFDT, Union syndicale Solidaires, FSU, UNSA, Ligue des Droits de l'Homme, Cimade, Réseau Education Sans Frontières, Femmes Egalité, Autremonde et Droits devant!!
Leur lutte est celle de tous les travailleurs et toutes les travailleuses. Ce qu'ils et elles subissent aujourd'hui, c'est ce que le patronat veut tous et toutes nous faire subir demain ! Nous appelons tous les sans-papiers à se mettre en grève et tous les salariés et salariées à les soutenir activement !
Plus d'informations : grevesanspapiers.blogspot.com et www.travailleurssanspapiers.org
Grèves en Seine-Saint-Denis
Au 12/11 :
- Alpha-Service, rue Anizan Cavillon, Le Bourget
- STN, 126 rue de Bondy, Aulnay-sous-Bois
- PAPREC, Le Blanc-Mesnil
- SIFODIAM, 32 rue Sali Carnot, Aubervilliers
- Agence Manpower, av. Paul Vaillant-Couturier, La Courneuve

Luttes en bref

Bondy, 50 rue Michelet : 4 refus de régularisation, 9 dossiers censés avoir une réponse positive en attente depuis des mois... Ca ne peut plus durer ! Les résidents de Michelet-Bondy et leur comité de soutien continuent à se battre pour sortir ces habitants des griffes du marchand de sommeil qui les exploite. Rassemblement à Bobigny le 2/12. Toutes les infos sur michelet-bondy.over-blog.fr.
Drancy, Pizza-Hut : la direction essaye de licencier la déléguée du personnel. Un premier rassemblement a eu lieu le 14/11 devant le restaurant. Alternative libertaire (parmi d'autres) soutient la lutte !
Le Blanc-Mesnil, Canal-Toys : 5 récepissés, 5 dossiers en cours. La lutte continue !
Défense du service public postal : le 3 octobre, plus de 2 millions de personnes ont voté sur l'avenir de la Poste, dont 97% contre la privatisation. En Seine-Saint-Denis, presque 76000 votes, dont 97% de Non. Mais le gouvernement ne veut rien entendre. Des cartes postales à renvoyer à Sarkozy sont disponibles pour remplir sa boite aux lettres. Rendez-vous dans la rue le 28/11. Plus d'informations sur defense-poste-93.over-blog.com.

Agenda

Mardi 24/11 : grève des postiers et postières contre la privatisation de la Poste.
Samedi 28/11, marché de Bondy (gare RER) : venez nous rencontrer au marché de Bondy où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 4ème samedi de chaque mois. Attention, cette vente risque d'être reportée.
Samedi 28/11, Paris : manifestation de défense du service public postal, contre la privatisation de la Poste.
Dimanche 29/11, 14h30, Luxembourg (Paris) : manifestation du réseau Uni-e-s contre l'immigration jetable, pour la régularisation des sans-papiers.
Mardi 1/12, 18h30, Bastille (Paris) : manifestation pour les victimes du Sida et le soutien aux pays pauvres.
Mercredi 2/12, 17h, préfecture de Bobigny : rassemblement de soutien aux résidents du 50 rue Michelet à Bondy, pour la régularisation des derniers cas bloqués par la préfecture.
Samedi 5/12 : moblilisation annuelle des chômeurs et chômeuses.
Samedi 12/12, marché de Noisy-le-Sec : venez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 2ème samedi de chaque mois.
Samedi 12/12, Saint-Denis : fête du quartier de la Gare et braderie solidaire.

Saint-Denis

Depuis la visite médiatique de Hortefeux en septembre dernier, Saint-Denis est sous le feu des projecteurs. Pouvoirs publics et médias feignent de découvrir l'existence du trafic de crack et de la misère sociale qui en découle.
La situation que vit aujourd'hui Saint-Denis et plus particulièrement le quartier de la gare n'est pourtant que le fruit d'une politique menée depuis des années consistant à repousser trafics et consommateurs de drogues en périphérie de Paris puis de plus en plus loin en banlieue sans jamais s'attaquer aux causes de la toxicomanie ni mettre en place de moyens d'aides aux toxicomanes.
Le quartier de la gare est ainsi récupéré par les réactionnaires de tous bords: de Hortefeux à tout ce que compte la ville de Saint-Denis de partisans de vidéo-surveillance,  renforcement policier et ... spéculation immobilière.
Face à cela un collectif d'habitantes et d'habitants se met en place sur le quartier. Après avoir relayé la campagne contre la privatisation de la Poste, il se donne pour objectif de réunir régulièrement celles et ceux qui pensent que la première insécurité vécue par les habitants est sociale.
Et dans ce domaine les fronts de lutte ne manquent pas !
Prochain rendez-vous : le 12 décembre pour une fête de quartier et braderie solidaire au profit des coopératives des écoles du quartier.

Noisy-le-Sec

L'Université Citoyenne Populaire de Seine-Saint-Denis organise des cafés citoyens à l'Ambassade de Merlan (rue de Merlan à Noisy-le-Sec). Le premier a eu lieu le 17 novembre sur le thème de l'égalité des chances à l'école. Initiative sympathique. A suivre !

RER B

Les conducteurs et conductrices du RER B ont fait grève à partir du 9 novembre. Non pas pour le plaisir d'embêter les voyageurs et voyageuses, mais parce que la réorganisation décidée par des bureaucrates de la direction de la SNCF qui ne connaissent pas grand-chose au terrain va détériorer fortement la qualité de service pour les usagers et usagères de cette ligne. Les roulements des conducteurs, le centre unique censé gérer les perturbations : tous ces points ont été bâclés et vont augmenter les incidents. En tant que voyageurs et voyageuses de la ligne B impactés par ces dégradation, nous sommes solidaires des grévistes.

Gros menteurs!

Eric Raoult, député-maire du Raincy qui a l'habitude de doubler le F-haine sur sa droite, veut interdire au prix Goncourt Marie Ndiaye de dire ce qu'elle pense de Sarkozy. Maintenant, on connaît le modèle de Raoult en matière de liberté d'expression : l'URSS stalinienne !
Sarkozy et Besson prétendent que l'obsession des Français en ce moment, c'est l'identité nationale ? Pendant que ces pitres occupent les médias avec leur chauvinisme, on ne parle pas du chômage, des licenciements, des salaires en berne, de la casse des services publics...
Besson veut faire chanter la Marseillaise au moins une fois par an aux écoliers. Sait-il au moins qu'il s'agit d'un chant raciste écrit par un alcoolique patenté (Rouget de Lisle) un soir de beuverie ? Besson fait l'apologie de l'éthylisme dans les écoles, bravo !
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 18:13
Intersyndicale 93 SUD-CGT-CFDT-FO-CFTC
Contre la privatisation, on continue pour gagner! Tous en grève le 24 novembre!
Malgré la mobilisation du personnel et l’opposition de la population, le projet de loi prévoyant le changement de statut et l’ouverture du capital de La Poste a été voté au sénat le 8 novembre avant d’être proposé à l’Assemblée nationale courant décembre.

Face à ce déni de démocratie, toutes les fédérations syndicales de La poste appellent le personnel à la grève le 24 novembre prochain, et à discuter de la poursuite de cette journée dés maintenant

Salariés et usagers de La Poste, même combat.

Le succès de la votation citoyenne du 3 octobre contre le projet du gouvernement montre à quel point les usagers sont attachés au service public postal. 2,3 millions d’usagers dont plus de 75000 en Seine Saint-Denis se sont déplacés pour exprimer leur refus de la privatisation de La Poste. 97% des suffrages exprimés disent non au changement de statut La réussite de cette initiative populaire est un formidable écho à la mobilisation des postiers du 22 septembre dernier. Notre combat pour la défense du service public postal est largement soutenu par la population. L’opinion publique n’est pas dupe et n’a pas la mémoire courte. Elle sait quoi penser des propos du gouvernement jurant qu’il ne s’agit pas d’une privatisation.

La mobilisation continue…

Donc à nous d’agir ! Il ne faut surtout pas s’arrêter là. Le moment est venu de gagner le retrait du projet de privatisation.

Nous devons être massivement en grève le 24 novembre pour stopper le projet du gouvernement et de la direction De La poste. Le 24 nous devons nous réunir pour discuter de la poursuit du mouvement.

ASSEMBLEE GENERALE DES GREVISTES, le 24 novembre à 10h30 à la bourse du travail de Bobigny

 

… face au mépris du gouvernement et de la Direction de La Poste

Inquiet du succès de l’opposition à leur projet, le gouvernement et la Direction de La Poste, au lieu de prendre en compte les millions de voix qui s’élèvent contre la privatisation, multiplient les mensonges et le mépris à l’égard de tous ceux qui s’y opposent. Le président doit organiser un referendum afin que chacun puisse s’exprimer sur l’avenir d’un service qui appartient à tous.

 

Postiers, élus, usagers, faisons nous entendre !

Faux arguments et vrais mensonges

Pourquoi privatiser la Poste : « parce que celle-ci aurait besoin de 2,7milliards d’euros pour se développer et se moderniser » nous répondent en cœur le gouvernement et Jean-Paul Bailly. Pourtant, il n’y a aucune obligation de changer le statut de La Poste.

Rappelons que l’Etat doit 800 millions d’euros par an à La Poste au titre de la compensation des missions de service public assurées par La Poste (aide aux tarifs de la presse, aménagement du territoire…). Cette compensation réglerait tout problème de financement.

Par ailleurs, l’Etat s’est engagé pour plus de 20 milliards dans le capital des banques françaises. Il peut prêter 20milliards aux banques privées et il serait impossible de faire 8 fois moins pour un service public.

D’autre part, le gouvernement annonce qu’il va apporter 7 milliards d’euros au développement du fret ferroviaire, sans pour autant qu’il soit question de changer le statut de la SNCF.

Quant à l’argumentation qui vise à faire porter la responsabilité de la privatisation à l’Europe, elle est proprement mensongère. La dernière directive européenne prévoit certes l’ouverture totale du marché du courrier à la concurrence au 1er janvier 2010, mais elle n’oblige en aucun cas les Etats membres à transformer leurs opérateurs publics en Société Anonyme.

 

2,7milliards, pour quoi faire ?

Il est évident que ces 2,7 milliards d’euros ne serviront ni à moderniser le service public (déjà budgétisé dans les projets de La Poste), ni encore moins à améliorer les conditions de travail des postiers. Non, la vérité est tout autre. Cet argent servira à acheter des entreprises en France et à l’étranger, comme l’avait fait en son temps France Télécom, provocant un gouffre de 70 milliards d’euros (comblés par de l’argent public).

 

Un peu d’histoire.

« Imprivatisable ». C’est le néologisme forgé par Estrosi, le ministre de l’industrie pour tenter de déminer la question de la privatisation. Les expériences passées ont largement démontré la crédibilité de ce type d’argument ainsi que la valeur des promesses gouvernementales

En 1996, avant la transformation de France Telecom en société anonyme, Michel Bon, le PDG à l’époque, affirmait que l’Etat conserverait plus de la moitié du capital. Aujourd’hui, l’Etat ne détient plus que 26% du capital…

Plus récemment, en 2004 Nicolas Sarkozy alors ministre des finances déclarait devant l’Assemblée Nationale : « EDF-GDF ne sera pas privatisée, ni aujourd’hui ni demain » Depuis GDF a été privatisée et a fusionné avec Suez, l’Etat n’est plus qu’actionnaire minoritaire… Dernièrement, Jean-paul Bailly en a rajouté une couche « Gaz de France n’a jamais été un service public national, le service public n’est pas au cœur de l’activité de GDF ». Il faudrait peut-être arrêter de prendre les habitants de ce pays pour de parfaits imbéciles.

 

Nos gouvernants et dirigeants doivent cesser de nous mentir et mettre fin au projet de changement de statut.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 21:04
ETABLISSEMENT TRACTION NORD PARISIEN Communiqué de presse SUD-Rail Paris le 6 novembre 2009

L'interopérabilité de la ligne B du RER prévue le 9 novembre se fera sans nous.

Les agents de l'ETNP seront en grève à l'appel notamment de SUD Rail. A trois jours de la date officielle de la suppression totale des relèves en Gare du Nord, bon nombre de problèmes subsistent. La conception des roulements des conducteurs, gage d'une régularité accrue pour les usagers de cette ligne, est bâclée par la direction SNCF. Pire, le Centre Unique ligne B (CUB), censé gérer les perturbations de la ligne, n'a toujours pas vu le jour.

Les intérêts des usagers et du personnel travaillant sur cette ligne se rejoignent. La région a imposé aux deux entreprises, RATP, SNCF de réaliser au plus vite cette interopérabilité. Face à leur incapacité à s'entendre et à travailler ensemble, la région via le STIF doit intervenir.

SUD Rail réclame des moyens pour un service public de qualité sur la ligne B et refuse de se voir opposer constamment la sacro sainte rentabilité.


En tant qu'usagers et usagères de la ligne B, on ne peut que déplorer la réorganisation des services des conducteurs et conductrices : que penser de l'augmentation de la durée de conduite sans pause? N'est-elle pas de nature à affaiblir les conditions de vigilance des conducteurs, et donc de conduire à des problèmes supplémentaires?

La seule question, c'est celle du manque de moyens, que la RATP et la SNCF organisent constamment: moins de rames les dimanches, donc des rames bondées, peu d'arrêts à Drancy et Blanc-Mesnil, et un tiers des RER B qui vont directement de gare du nord à l'aéroport de Roissy sans desservir les autres gares du parcours !

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 11:31

Voici les lieux actuellement en lutte en Seine-Saint-Denis. Passez soutenir les grévistes!

- STM: 126 rue de Bondy, Aulnay-sous-Bois

- MTI (sur le site CPCU - chauffage urbain) Travailleurs temporaires de la société SPI. 63 rue Ardoin,  St-Ouen

- Plus Net: 4 rue Girard, Montreuil

- Alpha Service: rue Anizan Cavillon, Le Bourget

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 18:23
67740 votants, dont 65804 NON (plus de 97%)!
Pour suivre les résultats: blog du comité départemental de défense du service public postal.



Ville et entreprise  Votants   Pour   Contre   Nul 
Tremblay 4186 207 3973 6
Aubervilliers 3056 42 3008 6
St-Ouen 2433 61 2360 12
Villepinte 689 17 672 0
Bagnolet 1876 25 1841 10
Sevran 1270 8 1259 3
Ile-St-Denis 1102 28 1072 2
Conseil général 1566 185 1165 216
Education nationale 839 12 818 9
Neuilly/Marne 1376 23 1339 14
Gournay 304 13 288 3
Les Lilas 1982 21 1956 5
Pantin 4003 79 3889 35
Neuilly-Plaisance 1849 48 1796 5
Montreuil 14847 231 14569 47
Bondy 2584 34 2537 13
Pavillons-sous-Bois 659 3 656  0
Saint Denis 9367 165 9140 62
Aulnay 2560 56 2503 1
Pierrefitte 972 30 930 12
Noisy-le-Grand 2298 69 2215 14
Rosny-ss-Bois 590 8 576 6
Blanc-Mesnil 1521 5 1516 0
Bobigny 2908 24 2884 0
Gagny 488 0 485 3
La Courneuve 1611 28 1557 26
Le Bourget 25 0 25 0
Le Pré Saint-Gervais 577 0 577 0
Villemomble 202 3 198 1
Total 67740 1425 65804 511
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 19:11
En Seine-Saint-Denis, il ne faut pas être pressé si on veut pouvoir satisfaire aux contrôles incessants des flics. Une demande de carte d'identité nationale déposée le 16 juillet est toujours en cours de traitement le 1er octobre! 11 semaines pour un bout de plastique! Ils les calligraphient à la plume d'oie avec des enluminures, ou quoi?


Partager cet article
Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 09:54
Le 3 octobre, le comité national de défense de la Poste organise une votation citoyenne contre la privatisation de la Poste que le gouvernement veut imposer au 1er janvier 2010. Il s'agit de montrer symboliquement notre refus de la casse des services publics en tant qu'usagers et usagères, travailleurs et travailleuses.

Des votations sont prévues dans de nombreuses villes du département. Toutes les réunions préparatoires sont indiquées sur le blog du comité départemental 93 de défense du service public postal.
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 15:12

Version PDF couleur et noir et blanc

Nous n’aurons que ce que nous prendrons

Ce n’est pas la crise pour tout le monde. La bourse Euronext (qui intègre la bourse de Paris) a augmenté de 56% en 6 mois (entre le 6 mars et le 8 septembre). Elle a retrouvé son niveau d’octobre 2008.

La banque BNP-Paribas prévoit déjà plus d’un milliard d’euros pour gaver ses traders. La banque américaine Goldman-Sachs a, quant à elle, mis de côté 11,3 milliards de dollars pour les bonus !

Comment est-ce possible ? En licenciant, en délocalisant, en gelant les salaires, la « crise » servant de prétexte magique et universel pour siphonner la richesse produite par les travailleurs et les travailleuses au profit des spéculateurs, des bouriscoteurs, des actionnaires, des patrons, bref au profit de ceux et celles qui ont provoqué cette crise.

Chez Continental, Good Year, New Fabris, SBFM, dans des milliers d’entreprises et d’usines, les salariés et salariées se sont mobilisés et ont lutté pour faire valoir leurs droits face aux rapaces de la finance et au patronat. Et ils ont réussi à obtenir bien plus que ce que le patronat comptait donner. Mais des travailleurs et des travailleuses qui se rebiffent, ça ne plaît pas à la bourgeoisie et au gouvernement qui défend ses intérêt. Alors on fait intervenir une « justice » de classe pour taper sur nos camarades en lutte. C’est ainsi que des travailleurs et travailleuses de Continental ont été condamnés alors même que leur patron-voyou et les actionnaires-escrocs ne sont pas le moins du monde inquiétés pour leur terrorisme social !

Cet acharnement judiciaire, en fait, confirme que ces luttes sont ce que le pouvoir redoute le plus. Raison de plus pour continuer, partout, à lutter, pour coordonner ces luttes et les étendre.

Bondy : le maire et les roms

Le maire de Bondy se vante par courrier distribué dans les boites aux lettres bondynoises de s’être mis d’accord avec la préfecture pour procéder à l’évacuation des campements de roms installés le long du canal de l’Ourcq, y compris « avec le concours de la force publique », c’est-à-dire en envoyant les flics contre des populations dans la misère. Plutôt que de les aider, l’Etat et la mairie préfèrent aggraver la situation en détruisant le camp qui est leur seul bien, et déplacer le « problème » en obligeant les roms à se réinstaller un peu plus loin. Pour le maire de Bondy, la question principale serait que les roms ne sont pas assez « respectueux de leur environnement » (sic !).

Agenda

- Samedi 12/9, marché de Noisy-le-Sec : venez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 2ème samedi de chaque mois.

- Jeudi 17/9, 11h, Bourse (Paris 2è) : rassemblement métallurgie et chimie pour une politique industrielle garantissant les emplois.

- Mardi 22/9 : grève des postiers, à l’appel de l’intersyndicale, contre la privatisation du service public postal.

- Samedi 26/9, gare RER de Bondy : venez nous rencontrer au marché de Bondy-sud où nous vendons le mensuel Alternative libertaire le 4ème samedi de chaque mois.

- Samedi 3/10 : « votation citoyenne » pour la défense du service public postal. Plus d’infos : www.appelpourlaposte.fr et defense-poste-93.over-blog.com.

- Mercredi 7/10 : Journée mondiale pour le travail décent, appel intersyndical à la mobilisation.

- Samedi 17/10 : commémoration du massacre du 17 octobre 1961.

- Samedi 17/10 : journée mondiale du refus de la misère.

- Samedi 17/10 : manifestation nationale pour le droit des femmes.

- Samedi 5/12 : moblilisation annuelle des chômeurs et chômeuses.

Ils ont lutté, ils commencent à gagner !

Bondy

Sur les 40 dossiers de régularisation des résidents de la clinique Michelet à Bondy, 26 ont reçu une réponse favorable. Dans 10 cas, la préfecture a donné oralement une réponse positive, mais n’a pas concrétisé ces promesses par le moindre document. Mais surtout, 4 refus « fermes et définitifs » ont été opposés aux résidents, sans justification. En réalité, il s’agit d’une décision idéologique et comptable de principe : ne pas donner 100% de régularisation. Cette logique mesquine va briser des vies. Nous la refusons et nous continuons à nous battre pour que tous sans-papiers du 50 rue Michelet à Bondy soient régularisés.

Durant l’été, pour la première fois depuis le dépôt des dossiers, un résident du 50 rue Michelet a été placé en centre de rétention. Il a heureusement été libéré grâce à la mobilisation des soutiens.

Noisy-le-Sec

Lors de la victoire aux élections municipales en 2008 à Noisy-le-Sec, la liste PS avait pris des engagements afin de lutter contre la précarité sévissant au sein de la collectivité territoriale. Sauf que rien n’arrivait. L’Union locale CGT a décidé de prendre aux mots la mairie et ses engagements électoraux. Résultat du recensement des précaires employé-e-s par la ville ? Plusieurs dizaines de salarié-e-s précaires depuis plusieurs années, voire pour certain-e-s depuis 10 ans !

Le « bureau de titularisation » de la CGT a rappelé à l’administration les engagements de l’équipe municipale actuelle à l’époque où celle-ci faisait campagne et a obtenu deux vagues de titularisation, entraînant l’embauche définitive de 2 fois plus de 80 salarié-e-s.

Blanc-Mesnil

Après quasiment six mois de lutte à l’usine de réception de jouets Canal Toys, dont deux semaines de piquet, les choses commencent à prendre une tournure enfin favorable pour nos camarades sans-papiers. Dans le 93, les cinq salariés qui habitent le département ont tous été régularisés. Dans le 94, les deux dossiers ont été transmis au service préfectoral de la Main-d’Oeuvre Etrangère (MOE), avec avis favorable. La situation est identique pour les deux autres travailleurs habitant le 95. Enfin, le dossier du salarié résidant à Paris a été transféré.

La préfecture du 93 nous avait assuré être notre seul interlocuteur dans le traitement des dossiers, mais cette promesse (qui n’engage que ceux qui y croient, comme on l’a bien compris !) s’est soldée par le redispatching des dossiers dans les autres préfectures d’Ile-de-France cet été ! Coup dur ! La procédure sera donc plus longue. Mais l’employeur, acquis à notre cause depuis les deux semaines de piquet qu’on lui a infligées en avril dernier, a envoyé une lettre en recommandé avec accusé de réception afin d’obtenir le récépissé avec autorisation de travail permettant au camarade de retourner travailler avec les autres dans la boîte.

Gros menteurs

- 36 Rafales vendus au Brésil, 5000 emplois sauvés ? Gros menteur ! Seuls 6 engins de mort seront construits en France, les autres le seront au Brésil grâce au transfert de technologie. Sarko booste l’emploi… brésilien.

- La visite de Luc Chatel dans un supermarché à l’occasion de la rentrée était bidonnée. Les parents d’élèves si contents de sa politique étaient des militants UMP ! Idem pour la visite magouillée de Sarko à l’usine Faurecia : les employés avaient été sélectionnés pour leur docilité et… leur petite taille !

- Le Conseil d’Etat exigerait de supprimer les 2 années de cotisation retraite en moins par enfant pour les femmes ? Gros menteurs ! Il dit qu’il ne faut pas de discrimination entre hommes et femmes, donc que les hommes peuvent avoir le même « bonus », pas qu’il faut rogner celui des femmes !

Partager cet article
Repost0