Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 21:32

Les salarié-e-s du syndicat interdépartemental des parcs de sports (SIPS) structure qui gère le complexe sportif à cheval sur les communes de Saint-Denis et de la Courneuve (y compris la piscine Marville) sont en grève reconductible depuis lundi 19 novembre (voir le précédent article qui expose les motivations de la grève) à l'appel d'une intersyndicale (CGT, FO, SUD).

Les camarades de SUD participent largement à l'animation de cette lutte qui voit la majorité des salarié-e-s sur les piquets de grève. Il ne faut pas hésiter à passer apporter du soutien aux camarades en lutte : Le piquet de grève continue au parc des sport de la Courneuve,  51 avenue Roger Salengro, 93200 la Courneuve - Station de Tram : "La Courneuve 6 Routes" Tramway T1.

En descendant du tram, vous prenez l'avenue Salengro (elle est sur votre gauche en venant de St Denis) vous allez toujours tout droit sur le trottoir de gauche de l'avenue Salengro et vous tombez sur les camarades grévistes dès 7h du matin.

Quelques mots de nos camarades SUD du Parc Marville (SUD SIPS, rattachjé à SUD CT) :

"Sur les 63 salarié-e-s, nous sommes 56 grévistes, dont une trentaine de camarades sont syndicqués à SUD CT. On demande du soutien, on ira au bout du mouvement, cela fait partie des vakeurs de Sud aussi. Après plusiers années qui nous ont plongés dans la précarité, ils nous ont poussés à la grève illimitée. Nous sollicitons votre aide financière pour aller au bout de la luitte. Les collègues vont perdre 20% de leur salaire avec les attaques actuelles".

Une caisse de grève est constituée pour apporter une solidarité financière aux salarié-e-s et leur permettre de remporter cette lutte. Déjà plusieurs syndicat SUD (SUD Santé-Social 93, SUD Education Créteil) ont apporté un soutien financier de plusieurs centaines d'euros chacun.

Les chéques sont à faire à l'ordre du syndicat SUD CT 93 (avec la mention GREVE SIPS au dos du chèque) et à envoyer à

Solidaires 93, Bourse du Travail de Saint-Denis, 9 rue Génin, 93200 Saint-Denis

Contact des camarades de la section sud ct : sud.sips@gmail.com

Le site des camarades de sud SIPS : http://sudsips.com/

 

On lâche rien !

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 09:11

DALL’incendie du 8 septembre dernier d’un immeuble insalubre du 39 rue Gabriel Péri à Saint-Denis a fait trois morts et 15 blessés dont trois très graves, Dès le lendemain, Cécile Duflot, ministre du Logement s’engageait à ce que « le relogement de toutes les personnes qui ont dû être évacuées (soit) assuré d’ici ce soir (dimanche)».

Dès le soir même, près de la moitié des sinistrés n’étaient pas pris en charge et beaucoup ont passé leur première nuit après le drame dans des jardins publics… Ce n’est qu’après l'installation des sinistréEs et de leurs soutien dans la basilique de Saint Denis et cinq jours après l’incendie que les sinistrées obtiennent un hébergement ensemble dans un hôtel de Saint denis, mais, dans un premier temps, garanti uniquement pour une durée de 5 jours seulement. Aujourd’hui, cet hébergement est garanti jusqu’au 1er octobre, et après ?

De plus, depuis la catastrophe :

· Toujours pas de cellule de crise ou d'écoute collective des personnes à hauteur d'un tel traumatisme,

· Pas de lieu de rassemblement pour les personnes

· Alors que les papiers sont perdus ou brûlés, et que beaucoup ont tout perdu dans l’incendie, les vêtements, la nourriture sont distribués au compte goutte. A titre d’exemple : un couple a reçu 4 tickets restaurants en une semaine….!

Heureusement demeure la solidarité des voisinEs, de la population du quartier, mais ne peut suffire à répondre à leurs besoins. L’état doit tenir ses promesses, prendre ses responsabilités et agir de suite et nous attendons de la municipalité qu’elle reçoive les sinistré-e-s et leurs soutiens et apporte son soutien à la hauteur des besoins et des demandes et à la régularisation et au relogement des sinistréEs.

Ainsi, nous exigeons :

· Le relogement et la régularisation de tous les habitant-e-s sinistré-e-s.

· Un hébergement stable, pérenne, proche du lieu de vie, jusqu’au relogement définitif.

· La mise à disposition d’une salle permettant aux habitant-e-s de se réunir dans des conditions dignes.

· Des conditions dignes d’accueil et de suivi des dossiers garanties pour toutes les personnes.

· des tables rondes régulières avec la Mairie, l’Etat, le Conseil Général, les habitantEs de l’immeuble et leurs soutiens.

· Application de la loi de réquisition des logements vides et mise à disposition des biens vacants de l’Etat, par exemple, la caserne de gendarmes mobiles à Fort de l’Est pour loger les sinistréEs et les sans logis de Saint Denis.

· Des mesures énergiques contre les marchands de sommeil afin de protéger les habitantEs et le relogement à Saint Denis de tous les habitantEs de logement insalubres et insécures.

 

Venez soutenir les sinistréEs tous les soirs à partir de 19h, devant la basilique.

Marche pour le relogement et la régularisation des sinistrés, RDV dimanche 23 septembre à 11h, devant la mairie.

 

 

Premiers signataires : DAL, MRAP, Réseau Solidarité Logement, RESF, UL Solidaires...

Avec le soutien de : FASE, G.A., NPA...

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 18:49

DALParis le 11 07 2012

7 familles expulsées de leur logement ces dernières semaines, dans les cités Floréal et Francs-moisins à Saint Denis, 93, totalisant 27 enfants, se verront proposer par la préfecture un hébergement stable, en urgence, et ce jusqu’au relogement. L’expulsion de 7 autres familles avec 33 enfants programmée dans ces deux quartiers doit être suspendue, également jusqu’à leur relogement.

De plus, les expulsions de familles avec enfants pourraient être suspendues cet été dans le département.

Ces engagements ont été annoncés en début d’après midi par le Préfet à l’égalité des chances, qui recevait à la sous Préfecture de Saint Denis le “collectif DAL Franc-moisins Floréal”, suite à plusieurs jours de bataille pour que cessent ces mises à la rue, et que les expulsées soient hébergés dans le 93 et jusqu’à leur relogement :

- marche vers la sous préfecture de Saint Denis mardi 11 juillet,

- campement la nuit suivante,

- expulsion du campement ce matin, par une vingtaine de policiers

- maintien de la mobilisation après l’opération de police...

Le collectif DAL Franc-moisins Floréal, avec le soutien de l’Union DAL des collectif du 93, reste vigilant et près à se remobiliser en cas d’alerte.

Un toit c’est un droit !

Partager cet article
Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 16:36

http://www.france5.fr/et-vous/userdata/c_bloc/4/4699/480_4699_vignette_Niger_expl_mine.jpg

Vendredi 13 Avril 2012 à 20h à St-Denis 

Projection - Débat
 
La sortie du livre « Areva en Afrique – une face cachée du nucléaire français » de Raphaël Granvaud est l’occasion de revenir sur la réalité de l’indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire.

Ce mythe repose sur diverses manipulations statistiques, dont la principale est « la question des importations d’uranium qui ne sont pas considérées comme importation énergétique dans les statistiques officielles. (…) Cela va de pair avec une occultation de la part de l’Afrique dans toute l’histoire du développement du nucléaire français, depuis les origines  », comme si la France se considérait toujours propriétaire du sous-sol de ses anciennes colonies. Pourtant, depuis 2001, elle importe la totalité de son uranium et environ 30% provient du sous-sol nigérien, exploité par les filiales d’Areva dans des conditions moyenâgeuses profitant de l’ignorance des populations locales.

D’autre part, Mamadou Tandja le dictateur local ne peut se maintenir qu’avec le soutien d’AREVA et de Sarkozy dont l’armée stationnée au Gabon peut intervenir à tout moment dans la région comme elle montre régulièrement au Niger (Septembre 2010), mais aussi au Mali ou en Mauritanie (Juillet 2010).

 Pour débattre, tant de la présence d’AREVA que de l’armée française en Afrique occidentale, Alternative Libertaire St Denis et Survie vous invitent à une projection-débat du documentaire "La bataille de l'uranium", le Vendredi 13 Avril 2012 à 20h au café le Boyard,  5 rue Gabriel Péri à Saint Denis (M° Saint Denis Porte de Paris)

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 21:12

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/arton4707.jpgSaint-Denis (93), Samedi 7 avril.

 

Depuis plusieurs années on assiste en France, comme en Europe à une progression de l’extrême droite et à la diffusion de ses idées nauséabondes au sein du champ politique traditionnel. Largement servi par une droite au pouvoir qui reprend quotidiennement ses discours et met en oeuvre des pans entiers de son programme, le principal représentant de ce courant, le Front national, s’appuie sur le désarroi qui gagne les déçu-e-s du sarkozysme et parmi eux-elles une partie des classes populaires qui cherche confusément une issue à la crise du capitalisme. Le FN se veut respectable alors qu’il s’avère toujours aussi intolérant, raciste et inégalitaire. Aux marges des partis officiels, la nébuleuse des groupes radicaux accroît son audience et double son discours ouvertement raciste d’actions souvent violentes, à l’encontre entre autres des étranger(e)s, des militant(e)s et des minorités sexuelles, destinées à instaurer un climat de peur parmi ceux et celles qu’elles visent.

L'extrême droite au secours du capital!

Partout sur le continent, l’extrême droite se transforme et progresse, pesant de plus en plus sur le quotidien, pourrissant l’atmosphère de ses valeurs haineuses et rétrogrades. Des milices paramilitaires sévissant en Hongrie contre les Roms, aux néofascistes de Casa Pound en Italie, dont l’idéologie raciste inspire les identitaires hexagonaux, cette mouvance polymorphe profite partout des effets de la crise pour se rapprocher du pouvoir. Cette ascension s’est même traduite dans certains pays (Grèce, Italie, Hongrie, notamment) par la participation à des gouvernements qui mènent des politiques d’austérité et font payer la crise à la population. Ceux qui veulent continuer de régner n’ont plus d’autre choix que de nous diviser. La seule véritable lutte ne peut opposer que les classes dominées aux intérêts financiers. En aucun cas, le combat politique ne peut être le terrain d’affrontement de prétendues races, religions ou autres clivages artificiels qui nous séparent et les renforcent.

Ils veulent nous diviser, à nous de nous rassembler!

Le mouvement social, en tant qu’acteur d’une démocratie de terrain, active, légitime, n’a eu de cesse de rassembler le peuple autour d’un objectif historique : l’émancipation de chacun-e pour le bien-être de toutes et tous. Plusieurs mobilisations récentes ont permis d’affirmer une opposition à l’extrême droite et à ses idées, notamment lors des déplacements de Marine Le Pen devant les usines PSA d’Aulnay-sous-Bois et de Sochaux, à l’Université de Paris-Dauphine, à Saint-Denis et sur l’île de La Réunion, mais aussi contre l’extrême droite radicale à Lille et face aux catholiques intégristes à Paris, Toulouse et Rennes. Aujourd’hui, face au retour de l’ordre moral et d’un fascisme rampant, raciste et xénophobe, sexiste et homophobe, nous nous rassemblons. Afin de combattre l’extrême droite et ses idées, en construisant ensemble un nouveau discours critique, antifasciste et moderne et des formes de mobilisations adaptées aux nouveaux enjeux et terrains de lutte,

Nous vous invitons toutes et tous à venir échanger et débattre avec nous lors de ce premier Forum social antifasciste, samedi 7 avril 2012 de 14h à 21h30, Bourse du travail de Saint-Denis, Rue Bobby Sands, métro porte de Paris.

 

Premiers signataires : Action antifasciste Paris Banlieue, Christianisme social, Collectif dyonisien contre le Front national et l’extrême droite, Collectif Tenon, Ras l’Front Marne la Vallée, SCALP Reflex, CNT Culture spectacle région parisienne, CNT Santé-social RP, CNT région parisienne, Solidaires Paris, SUD Culture Solidaires, SUD Etudiant, Alternative libertaire, Fédération anarchiste, Nouveau parti anticapitaliste, Réseau jeunes du Parti de gauche, Fédération Total respect / Tjenbé réd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le sida)…

 

- 13H30 Accueil

- 14H Débat : Où va l’extrême droite ? Etat des lieux de l’extrême droite en France. Le Front national, son programme, sa stratégie, ses réseaux. Extrême droite- droite extrême des passerelles de plus en plus nombreuses. La nébuleuse de l’extrême droite radicale avec : Jean-Paul Gautier, politologue, historien, un militant de SCALP Reflex

- 16H Atelier Chanson et fanfare de La Belle Etoile

- 16H30 Débats en atelier

Montée de l’extrême droite et antifascisme en Europe avec : Dominique Vidal (journaliste Le Monde Diplomatique), militant antifasciste italien René Monzat, (journaliste)

L’extrême droite sur le terrain social avec : un militant du SUB-CNT (bâtiment), Sébastien Champagne, syndicaliste de Solidaires, membre de Vigilance initiatives syndicales antifascistes Paul Ravaux (Vigilance et initiatives syndicales antifascistes)

Face à la violence d’extrême droite, quelles réponses ?

Quelles ripostes ? avec : des militant(e)s de collectifs antifascistes L’extrême droite, femmes, genre et sexualité avec : Maison des femmes de Montreuil (sous réserve), Des militantes du collectif Tenon, Sarah (CNT STE 93)

Racisme et idéologie sécuritaire au coeur du projet politique de l’extrême droite avec : Collectif dyonisien contre le Front national et l’extrême droite

L’instrumentalisation du religieux et de la laïcité par l’extrême droite avec : Henri Braun (avocat), Jérôme Anciberro (rédacteur en chef de Témoignage chrétien),

- 18H30 Débat : Face au danger d’extrême droite, quel antifascisme ? avec : des membres du collectif des organisations du Forum social antifasciste

- 20H30 Spectacle avec groupes de slam

 

Le Forum social antifasciste accueillera des stands d’organisations et de maisons d’édition. Plusieurs films seront projetés. Bar et buffets sont prévus.

 

contact : forum.social.antifa@gmail.com

Plus d’infos sur : forumsocialantifa.wordpress.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:40

Samedi 10 Mars à 11h - Ecole Jules Vallès

L'école se situe entre le théâtre et l'église - Quartier Gare de St Denis - 55 boulevard Jules Guesde

 

Pique-nique à l'arrivée place du 8 mai 1945

 

Drames du logement à Saint-Denis

- Mercredi 30 novembre 2011 au 11 rue Dezobry : 29 enfants, leurs parents et un célibataire sont expulsés de leurs logements par la préfecture.

- Mercredi 7 décembre au 76 rue Gabriel Péri : 35 adultes et 7 enfants sont encore expulsés par la préfecture. Le préfet promet alors d'autres expulsions en hiver. Les expulsés campent devant la mairie pour obtenir de l'aide face à l'Etat.

- Décembre à mars 2012 : St Denis se mobilise régulièrement aux côtés des expulsés : enseignants, parents, travailleurs, habitants, étudiants, chômeurs, syndicalistes... organisent des manifs, concerts, repas, flashmob, projections, débats pour obtenir papiers et logements pour les expulsé-e-s.

- Samedi 4 février 2012 : Une femme seule habitant Franc Moisin se donne la mort à la gare de St Denis. Surendettée du logement, elle était isolée et à bout. Elle laisse trois enfants.

- Mercredi 15 février 2012 : Une autre femme veuve dont les enfants sont scolarisés à Franc Moisin, s'immole dans le hall de l'hôtel de ville et décède le lendemain. En demande de logement depuis 14 ans, elle laisse 6 enfants orphelins.

 

Plus jamais ça!

La galères des expulsé-e-s cet hiver

Depuis 3 mois, les habitants du 76 rue Péri ont été expulsés par la Préfecture et campent devant la mairie. A part les parents avec enfants, les autres personnes n'ont pas été acceptées par le 115 durant des semaines. A partir du grand froid et avec la mise en place du parrainage des élus de St Denis, la situation s'est à peine améliorée.

Beaucoup des campeurs sont salariés et luttent dans ces conditions indignes pour garder leur emploi.

Exemples

- Un des campeurs: Il travaille de nuit et a besoin de dormir le jour, mais le 115 ne lui propose qu'un refuge ouvert de 21h à  6h. Il a passé des journées entières sans dormir. Indignité!

- Deux campeuses: Après 40 nuits passées sous la tente, dans des conditions climatiques difficiles (pluie presque tous les jours, froid), elles sont soulagées d'avoir enfin un lit dans un hôtel pour quelques nuits. Les couvertures sont sales, la fenêtre ne ferme pas et il n'y a pas de chauffage. A peine couchées, elles se font dévorer par les punaises qui infestent la literie et repartent sur le campement. Colère!

- Une autre femme expulsée : Depuis 3 mois, alors que l'Etat est obligé de l'héberger d'urgence car elle a une enfant mineure, pas de chambre, elles dorment à droite à gauche, grâce aux soutiens autour d'elles : Révolte!

- D'autres travailleurs (souvent sans papiers) : ils sont hébergés dans des refuges-dortoirs sans intimité, dans le bruit, relégués. Résultat : impossible de se reposer.

Le 115, c'est précaire, indigne, insalubre, épuisant et inhumain !

Et de toute façon, à partir du 15 mars, c'est la fin de la trève hivernale, tous les enfants et adultes risquent de se retrouver à la rue.

En plus, il y a 1500 procédures d'expulsion en cours sur Saint-Denis, et à partir du 15 mars des centaines de personnes peuvent être à la rue aussi!

 

Expulsés, futurs expulsés Rejoignez la lutte!

 

Contactez nous 06 21 49 55 34 (Amel) 06 42 56 56 57 (Sarah) // comite-de-lutte-contre-les-expulsions-saint-denis@gmx.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:28

L’association SURVIE Paris et le collectif Alternative Libertaire de Saint-Denis organisent une conférence-débat consacrée à la situation en Tunisie, et au problème de la dette héritée de la période coloniale (dette en partie « française »).

 

Quelles perspectives pour la révolution dans un contexte persistant de dépendance post-coloniale ?

 

Un membre du Collectif ACET (Auditons les Créances Européennes de la Tunisie) sera présent.

Rendez-vous à la Bourse du Travail de Saint-Denis (station Porte de Paris, ligne 13) à 19h30 vendredi 10 février

 

2012-01-R-u-publique-Survie-Tunisie.jpg

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 21:04

Les habitant-e-s de Saint-Denis refusent la politique de la peur et de la haine du Front National.

Malgré les opérations de communication, le projet politique du FN est plus que jamais raciste et autoritaire: Racisme, Islamophobie, Antisémitisme, Sexisme, Homophobie, politique anti-sociale au service des plus riches et restriction des libertés… Son tournant social est une fiction

La stratégie du FN est de diviser la population, de désigner l'autre, l'étranger, comme responsable de tous les problèmes de la société.

Le FN n'apporte aucune réponse au chômage, à la précarité, au mal-logement…

Au lieu de combattre les causes de la crise économique, le FN cherche à diviser les travailleurs pour remettre en cause nos droits et libertés.

Saint-Denis est une ville populaire qui, de tout temps, a accueilli de nouveaux habitant-e-s venus des quatre coins du monde.

 

Manifestation dimanche 8 janvier

RDV à 13h, Métro Porte de Paris, Ligne 13

 

Collectif Dionysien contre le Front National et l'extrême droite :Apeis, CGT Plaine Commune, Collectif Antiraciste, Coordination 93 de lutte pour les sans papiers, FASE, MRAP, Mouvement de la Paix, NPA, PCF, PS, Rasl'Front, Snuipp, diversEs citoyennes et citoyens…

soutenu par : Action anti-fasciste, Alternative Libertaire, CGT Plaine Commune, FASE, Gauche Unitaire, MRAP 93, NPA, PCF St-Denis, PS St-Denis, Sud étudiant Paris 8, UNEF Paris 8, Union Locale Solidaires et d'autres

dimanche08.01.2012.jpg

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 15:30

Reproduction ci dessous d'un tract des personnels mobilisés de l'Institut Médico Ecucatif (IME) et du service d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) de Saint-Denis

 

 

L’I.M.E « Les Moulins Gémeaux » et

le SESSAD de Saint-Denis SONT EN DANGER !!


Nous voudrions vous alerter sur un fait urgent et inhabituel dans la Fonction Publique !!!


Des restrictions budgétaires drastiques de l’Agence Régionale de Santé (anciennement DDASS), mettent en péril l’avenir de la prise en charge de nos jeunes et la rémunération de l’ensemble des personnels de nos établissements.

Le budget dont nous disposons ne nous permet plus de fonctionner maintenant et compromet les années à venir !!

 


CONCRETEMENT CELA ENTRAÎNE :


·         le transport des jeunes non autonomes (52 sur 80 pour l’I.M.E !!!) ne sera plus assuré à partir du mois de novembre 2011 car nous ne pouvons plus payer la société de transport ;


·         les salaires des personnels du SESSAD, de l’I.M.E et les heures de détachement des enseignants ne seront pas payées pour les mois de novembre et décembre ;


·         les factures des différents prestataires (cantine, facture de matériel éducatif et pédagogique, fournitures administratives, E.D.F, téléphone…..etc.) ne seront pas honorées.


·         Les projets de séjours thérapeutiques annulés ;


·         Les évolutions de carrières (changement d’échelon ; non application du décret qui concerne la revalorisation de certaines professions, …etc.) sont bloquées.

LA LISTE EST ENCORE LONGUE !!!


Outre nos rémunérations c’est tout notre travail et les valeurs humaines que nous défendons qui sont bafoués.

C’est  une remise en cause du droit aux soins et à la scolarité !!

Jusqu’où va aller le mépris vis-à-vis de nos jeunes et de leur famille au travers de cette politique ?

Les répercutions sur les projets éducatifs, pédagogiques et thérapeutiques pour offrir à nos jeunes un maximum de chance de trouver une place dans notre société sont catastrophiques !!

Selon l’A.R.S « Les établissements médico-sociaux doivent participer à l’effort d’économie des dépenses de l’état ».


C’EST INTOLERABLE !!!


Cela doit-il se faire au détriment des jeunes et des familles ?

Est-ce encore aux plus démunis de « payer une facture» qui n’est pas la leur ?

Que fait-on du droit à la scolarité dans nos établissements spécialisés ?


DEUX ACTIONS SONT DEJA PROGRAMEES :

  • Rassemblement devant la mairie de Saint-Denis  LUNDI 17 OCTOBRE à 14H30
  • Rassemblement devant l’Agence Régionale de Santé à Bobigny

(5-7 Promenade Jean Rostand BOBIGNY – Arrêt tramway Jean Rostand)

MERCREDI 19 OCTOBRE 2011 à 14H30

Nous proposons un départ groupé : RDV à 13h30 station de tramway Marché de         Saint-Denis.


Nous comptons vivement sur votre participation et votre soutien dans les démarches que nous menons pour défendre et revendiquer le droit et le devoir d’accueillir décemment des jeunes en grande souffrance psychique et psychologique (autisme, psychose, trisomie, hémiplégie…) et d’accompagner et de soutenir leur famille.

 

NOUS REFUSONS AVEC FORCE CETTE POLITIQUE INHUMAINE IMPOSEE PAR NOS GOUVERNANTS !!!! NOUS SOMMES EN MARCHE ET POURSUIVRONS NOS ACTIONS QUI S’AMPLIFIERONT SI NOUS NE SOMMES PAS ENTENDUS !!!


 NOUS EXIGEONS, POUR LE DERNIER TRIMESTRE 2011, L’ANNEE 2012 ET POUR LES ANNEES A VENIR UN BUDGET A LA HAUTEUR DE NOS BESOINS POUR CONTINUER A EXISTER !!!

NOUS REFUSONS DE TRAVAILLER BENEVOLEMENT ET QUE NOS JEUNES SOIENT MIS AU « BANC DE LA SOCIETE » !!!

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:09

lycee-Suger.JPG

 

Mesdames, messieurs les parents d’élèves,

 

Depuis la rentrée, les conditions de travail et d’accueil des élèves se sont dégradées au lycée Suger.


Un nouveau bâtiment a ouvert, ce qui double la surface de l’établissement. Mais le personnel nécessaire à la surveillance, au nettoyage et à l’entretien du nouveau bâtiment est totalement insuffisant : un poste et demi de surveillant supplémentaire seulement a été créé ; des collègues du ménage se retrouvent avec 16 salles de cours (entre autres) à nettoyer au lieu de 9 l’an passé.


Par ailleurs, la fréquentation de la cantine a augmenté (une centaine de repas supplémentaires) et les agents ne sont pas assez pour y faire face : les élèves font la queue trop longtemps, doivent avaler leur repas à toute vitesse et bien souvent arrivent en retard en cours. Non seulement ils n’ont pas le temps de se reposer mais de plus les cours sont perturbés par les retards.


À cette situation déjà problématique s’ajoute le non-renouvellement de deux collègues de la cantine en contrats précaires depuis le 1er octobre.


Une grève des agents et des enseignants a eu lieu le lundi 3 octobre pour exiger que les deux collègues de la cantine soient réembauchés. Des articles sont parus dans Le Parisien et dans Le journal de Saint-Denis. Il y a eu grève à nouveau le jeudi 6 octobre et les personnels ont été reçus au lycée par Madame Zoughebi, Vice-Présidente de l’Unité Lycée du Conseil Régional. Elle s’est proposée de faire remonter les revendications des personnels mais n’a pas donné de nouvelles à ce jour.


L’inauguration du nouveau bâtiment par la Région est prévue ce jeudi (13 octobre) à 15h45. Les personnels mobilisés ont décidé de tous se retrouver à 15h35 (heure de la récréation) dans le nouveau bâtiment avec des banderoles afin de dénoncer le manque de personnel. Nous vous invitons à nous rejoindre le plus nombreux possible afin de nous aider à poursuivre la mobilisation. Vos enfants doivent pouvoir étudier dans de bonnes conditions.


En espérant que vous pourrez venir nombreux, veuillez agréer, mesdames, messieurs, nos sincères salutations.

 

Les personnels mobilisés

Partager cet article
Repost0