Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 09:29

Retour sur le passé... de quelques semaines.

Les rencontres entre les différents acteurs de la lutte pour la régularisation des sans-papiers (associations et organisations syndicales) ont fait émerger une réalité de situations bloquées de toutes part, où l’arbitraire préfectoral bat son plain en s’appuyant sur un empilement de lois, circulaires, décrets d’applications, et autre télégramme dont les critères exposés sont très subjectifs ou carrément pas appliqués. Seul le rapport de force est payant. Mais il doit être de plus en plus « musclé ».

Ainsi, dans la perspective d’une reprise de mobilisation des travailleurs sans-papiers le 23 septembre une première réunion rassemblait, à l’initiative de la CGT, organisations syndicales et associations pour définir ensemble les modalités d’actions. Elles se sont poursuvies de semaine en semaine et perdurent aujourd’hui , après le début du mouvement de grève. Une lettre au premier ministre demandant une circulaire de régularisation pour les travailleurs sans-papiers est signée par les 11 participants : CGT, CFDT, UNSA, Solidaires, FSU, Autre Monde, LDH, RESF, Femmes Egalité, Cimade, Droits Devant !!.

Puis se construisent les modalités de la lutte, stratégie et objectif. Face au bilan mitigé du mouvement de l’année passée, le curseur est placé plus haut. Il ne s’agit plus de déposer puis négocier des dossiers de régularisation par le travail dans chaque préfecture, mais d’interpeller directement le gouvernement pour lui arracher une circulaire de régularisation qui « doit définir des critères améliorés, simplifiés, appliqués dans l’ensemble du territoire national. Elle doit garantir une égalité de traitement de chaque salarié(e) quel que soit son lieu de travail et à l’intérieur d’un même lieu de travail. Elle doit définir une procédure de régularisation sécurisée et standardisée quel que soit le département ».

Des revendications pour mettre fin :

- aux critères subjectifs d’ « intégration » ou de maîtrise de la langue française,

- à ceux qui sont absents de l’article 40, comme le temps de présence en France,

- aux différences de traitement selon les nationalités - algériens et tunisiens - et tous ceux dont le pays a signé un accord bilatéral, situation qui conduit à des aberrations qui font, par exemple, que les sénégalais peuvent travailler dans la sécurité mais pas les maliens....

- aux applications locales et fantaisistes des 150 métiers en tension

- au licenciement suite à la déclaration de sa situation de sans-papier

- à la multiplication des autorisations provisoires de séjours, souvent sans autorisation de travail

- au harcèlement papivore administratif qui veut qu’il manque toujours un papier, un justificatif, un tampon..

La grève, outil de la victoire

Parce que les travailleurs sans-papiers fournissent une part très importante de plusieurs secteurs de l’économie - BTP, Restauration, nettoyage, sécurité, aide à la personne, ...- leur arme c’est la grève. Paralyser une partie du système, dénoncer leur sur-exploitation et leurs conditions de travail est à l’ordre du jour.

L’acte II a été pensé pour permettre la lutte des travailleurs regroupés dans une même entreprise mais aussi de ceux qui sont isolés dans leur boite (les « individuels »). Ces derniers sont appelés à se rassembler dans un lieu commun par branche professionnelle, comme par exemple à la fédération nationale des travaux publics en ce qui concerne les travailleurs du BTP. Pas d’exclusion, non plus, en ce qui concerne les travailleurs au noir, sans fiche de paie.

Une carte de grèviste avec photo - gratuite et non siglée syndicalement - est remise à chaque grèviste afin d’en recenser le nombre et de (tenter) les protéger contre les interpellations dont ils pourraient être victimes lors de leurs déplacements hors du lieu occupé.

Aucun dossier en tant que tel ne sera constitué, aucune liste établie, mais il sera demandé à chaque employeur de remplir les documents « cerfa » de régularisation par le travail - contrat de travail et taxe Anaem - pour chaque gréviste et ils seront centralisés entre les différentes organisations syndicales.

Ces modalités de lutte sont partagées et organisées à la fois par la CGT et Solidaires, seul partenaire syndical ayant engagé aujourd’hui des mouvements de grève, qui se rencontrent régulièrement.

Le rôle des soutiens

Cette lutte, à la différence de la précédente en 2008, a été préparée avec le concours d’un certain nombre d’associations. La victoire des travailleurs sans-papiers sera une victoire non seulement syndicale mais aussi de l’opinion publique. La présence, aux côtés des grévistes, du réseau éducation sans frontières et de la ligue des droits de l’homme, notamment, devra permettre une popularisation des luttes, un soutien technique et politique sur chaque piquet. Conscients que la victoire des uns fera avancer la lutte des autres et que seule l’unité la plus large possible a des chances d’ébranler la politique gouvernementale, associations et syndicats avancent ensemble pour la première fois.

Etat au troisième jour de grève

Partis à 1300 le lundi 12 octobre, il sont 2300 mercredi 14 octobre répartis dans 34 sites. Ils sont (encore) concentrés en région parisienne (75, 91, 92, 93, 94) mais l’espoir de voir le mouvement s’étendre en province est toujours présent. Dans une semaine, combien seront-ils ?

Une pétition nationale issue du groupe des onze (signataires) est disponible sur chaque piquet.

Une campagne de collecte de fonds (centralisée) au profit des grévistes est mise en place.

 

Les grévistes ont besoin du soutien de tous !

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 17:00

Comment lutter contre l’absentéisme scolaire ? Une idée géniale vient tout récemment de sortir du chapeau magique du gouvernement. Trois lycées professionnels de l’académie de Créteil vont expérimenter à partir de lundi 05 octobre la mise en place d’une « cagnotte collective par classe » pour lutter contre l’absentéisme, a indiqué un représentant du Haut commissaire à la Jeunesse. Deux classes de chacun des lycées — Lino-Ventura à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), Gabriel-Péri à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) et Alfred-Costes à Bobigny (Seine-Saint-Denis) — soit 150 élèves selon le rectorat, vont servir de « phase pilote » pour cette année scolaire 2009-2010 avant une éventuelle extension. Chaque classe disposera d’une cagnotte initiale de 2.000 euros, susceptible de « prospérer » au fur et à mesure de l’année si le « contrat » passé entre les élèves et les adultes référents en termes d’assiduité et de discipline est respecté.


La valorisation du capital et le contractualisme bourgeois : voilà deux bonnes façons d’assujettir le domaine scolaire et ses usagers praticiens aux logiques capitalistes de l’épargne et du contrat. Chômage de masse et multiplication des contrats précaires et des petits boulots qui délégitiment aux yeux des enfants des classes populaires le désir de faire des études longues. Dévalorisation autant du travail manuel et industriel que des filières auxquelles ne s’intéressent pas les décideurs (tels les arts, les lettres et les sciences humaines). Privatisation en cours des universités pour lesquelles la sélection sera encore plus accentuée. Renforcement des inégalités scolaires déterminé par la hausse des inégalités sociales. Contre-réforme libérale des lycées professionnels afin de livrer aux mains du patronat la main-d’œuvre la plus corvéable qui soit. Existence d’une violence symbolique qui, au nom de l’idéologie républicaine et méritocratique, est exercée par l’institution elle-même envers les jeunes les moins pourvus de capital culturel et les plus récalcitrants face à la promotion islamophobe et raciste de « l’identité nationale ». Au lieu de faire le constat de toutes ces causes structurelles qui participent objectivement à casser les investissements des jeunes pour l’école (l'absentéisme scolaire est aussi l'équivalent structural de l'absentéisme salarial décrit dans notre texte précédent : "La lutte continue ?"), et au lieu d’y remédier en obligeant à mettre un terme à la domination du capital sur la société, l’Etat propose au contraire de conformer davantage les dispositions individuelles aux discours contractualistes et utilitaristes pour lesquels le contrat doit se substituer à la loi, l’intérêt au don, le quantifiable à la qualité, et la valorisation du capital à la gratuité de l’acquisition des connaissances. C’est un recul de civilisation – encore un ! – qui manifeste l’intégration toujours plus grande de la société dans la logique du capitalisme.


Interrogé sur cette forme de motivation pécuniaire des élèves, le représentant du Haut commissaire a répondu: « On n’est pas dans une logique de cagnotte individuelle, ça s’inscrit dans un projet collectif de classe et pour que cela fonctionne il faut une solidarité du groupe ». Super la solidarité, alors qu’il ne s’agit ici que d’une misérable carotte proposée à la populace qui, on le sait bien, est aussi dévorée par la soif de l’or que les bourgeois qui l’oppriment. « Le projet qui pourra être financé à la fin de l’année doit être éducatif », a-t-on également précisé, comme par exemple « un voyage scolaire, la création d’entreprise ou d’association, une action sociale, l’aménagement de classe, l’achat de matériel informatique, sportif ou culturel ». Et pourquoi pas, tant qu’on y est, remplacer l’idée même de salaire socialisé et d’impôt progressif par la multiplication des « cagnottes », et ce dans tous les domaines de l’existence ? Les capitalistes y pensent sérieusement : « Ce serait trop cool ! Et on se ferait moins chier, non ? ». Ouais. Mais non.

Franz B.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 10:29
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 21:49
Aujourd'hui, manif du secteur automobile devant la Bourse.
Un petit être verdâtre à la lèvre veule s'agite et éructe devant la table de presse dAlternative libertaire. Nous finissons par distinguer des mots dans ses borborygmes: "RFI, 19 semaines! Pourquoi vous ne parlez pas de la grève à RFI!?". On commence par répondre calmement. Oui, on sait, mais là c'est pas exactement le sujet. Dans le mensuel, ça ne s'est pas trouvé, on ne peut pas écrire sur tout. Mais s'il veut écrire un article à ce sujet, pas de souci, qu'il nous l'envoie, je suis même prêt à lui donner l'adresse à laquelle transmettre.
"Non mais je ne suis pas journaliste, je suis un simple citoyen. Pourquoi vous ne faites rien, pourquoi vous n'en parlez pas? Vous êtes des dégonflés". Il commence à me chauffer, le gnome. Nous aussi, on est de "simples citoyens", sauf que nous, on se bouge. Et toi, tu fais quoi à part nous gueuler dessus comme un crétin? Ni syndiqué, ni organisé politiquement! Lui ne veut surtout pas se mouiller, encore moins mettre les mains dans le cambouis. Ben voyons.
"Non, vous êtes tous des lâches, vous n'avez pas de couilles. Vous avez peur d'en parler parce que c'est Christine Ockrent".
Ah ben celle-là, je ne l'avais pas vu venir. J'ai un moment d'hésitation, je me dis que j'ai mal entendu tellement c'est con. Alternative libertaire terrorisée par ce qu'Ockrent pourrait lui faire! J'essaye de faire comprendre à ce demeuré toute la stupidité insondable de ce qu'il vient de sortir. Mais c'est trop tard, deux fils ont dû se toucher dans la poubelle qui lui sert de cerveau. Il est parti en boucle: "Lâches, dégonflés, pas de couilles".
Me faire traiter de lâche par un magistral fumiste qui sait uniquement exiger que les autres fassent tout à sa place a le don de m'énerver. Je sais qu'il ne faut pas, on est entre gens civilisés, mais j'ai le coup de genoux aux parties qui me démange, le crochet au foie qui me titille et le coup de boule qui me turlupine. Je tente de raisonner avec l'anomalie neurologique qui continue à émettre ses couinements agressifs. Je lui explique que s'il y a des appels à la grève, à mobilisation, on les mettra dans l'agenda du site Web si quelqu'un nous les transmet. "Un appel, il y en a eu un en mai", me rétorque l'énergumène. En mai? Et rien depuis? De deux choses l'une. Soit les grévistes de RFI sont des vrais branleurs et des gros nazes au niveau mobilisation et communication, ce que je n'ai aucune raison de croire. Soit le psycho en face de moi ne prend même pas la peine de suivre l'actualité de sa lubie du moment, en plus d'être grossier, agressif, inutile et nuisible, c'est une vraie feignasse.
Ca va bien. Pas que ça à foutre de perdre mon temps avec des branleurs qui m'insultent. Je lui ordonne de se taire. Un balèze badgé CGT voit que le cintré va rapidement finir explosé façon puzzle au quatre coins de la place, il le tire en arrière et tente de le calmer. Bon courage!
Les grévistes de RFI mènent un combat courageux. Malheureusement pour eux, il y a au moins un détraqué qui nuit gravement à leur cause en écumant les manifs pour y insulter en leur nom tous ceux qu'il rencontre. Dommage...

Pour plus d'infos (et pas tirées des délires d'un allumé): www.rfiengreve.info
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 02:40

Le 1er semestre 2009 se solde, pour l’ensemble de la filière auto, par un massacre en règle des emplois industriels.

- Les milliards offerts aux banques n’ont servi qu’à permettre aux “traiders” du secteur bancaire de continuer le boursicotage sur les marchés internationaux.
- Les confortables “bonus” 1 milliard pour la BNP) offerts à ces mercenaires de la finance en atteste. Spéculation au détriment de l’investissement industriel : voilà la règle !
- Le patronat de la filière auto n’est pas en reste. Les “aides” du gouvernement, en monnaie trébuchante, n’ont servi qu’à restruturer massivement la filière, jetant à la rue des milliers de salariés. SONAS, WAGON, RENAULT, SANDOUVILLE, EMT, FAURECIA, VALEO, NEW FABRIS, CONTINENTAL, SBFM, GOOD YEAR, MOLEX...

 

Cette liste non exhaustive s’allonge de jour en jour et des centaines d’entreprises de premier et de second rang sont visées. Face à la Bourse - ce symbole de la finance - montrons que les salariés ne sont pas décidés à payer la crise et que les milliards d’euros offerts aux banques et au patronat doivent servir au développement de l’emploi et à l’investissement industriel.

 

Le 17 septembre 2009, les Fédérations Métallurgie et Chimie CGT, l'union syndicale Solidaires, appellent l’ensemble des salariés de la filière auto - donneurs d’ordre, sous traitants et équipementiers - à un rassemblement /manifestation devant la Bourse des Valeurs à Paris, à 11h00.

 

Alternative Libertaire y sera présent aux cotés des salariés et y soutiendra toute initiative tendant à ancrer les luttes dans les entreprises pour la perspective d”un “Tous ensemble” qu’il est urgent de construire.

 

Mais comment cela se passe-t-il dans ces boites ? Voici l'Interview d'Eric membre du Comité du Grève de FREESCALE (ex-MOTOROLA) à Toulouse et délégué CGT. Il y parle du fonctionnement du Comité du Grève que les salariés ont mis en place, de l’assignation par la direction des grévistes au T.G.I., de la galere de VALEO client important de FREESCALE qui est au bord d’une rupture du stock et de la manif interpro et interentreprises qu'ils organisent localement le même jour, en fin d'après midi.

 

 

 


«Nous appelons à manifester le 17 septembre place de la Bourse à Paris, mais ce ne sera qu'une première étape et on se réunira de suite pour engager rapidement une multitude d'actions les plus convergentes possibles», a déclaré lors d'un point-presse Jean-Pierre Delanoy, responsable CGT à la fédération Métallurgie du Nord-Pas-de-Calais, en ajoutant: «On ne peut pas attendre, la stratégie des confédérations n'est pas la bonne aujourd'hui».

 

«On a trop espacé les mobilisations, on a essoufflé les gens», a estimé Michaël Wamen, délégué CGT de Goodyear Amiens, à l'origine de cette manifestation. «Mais y'a pas que les Goodyear et les Continental qui souffrent aujourd'hui en France, il y en a plein d'autres et il faut les rassembler pour arriver à peser contre les licenciements boursiers et la criminalisation de l'action syndicale», a-t-il ajouté à la presse.

 

«Nous ne voulons pas contrer les confédérations, nous voulons qu'elles rentrent dans notre mouvement, mais il faudrait qu'elles écoutent mieux le monde du travail», a lancé Xavier Mathieu, délégué CGT de Continental, qui a récemment critiqué de manière virulente Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT.



Partager cet article
Repost0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 19:42

A lire: le blog Lutte Chez Oscar

 

Pendant 9 jours 7 salariés se sont mis en grève et 4 d’entre eux on fait une grève de la faim durant 7 jours.

5 de ces salariés ont des familles nombreuses (de 3 à 8 enfants) et dont les seules ressources sont le revenu du « chef de famille ».

Depuis le 21 mai, les employés de « chez Oscar » subissent :

- RACISME : « … travail de sale arabe… », « … travail de sale nègre… », le chef de cuisine vide les détritus d’un sac poubelle et ordonne au commis de cuisine maghrébin : « Ramasses car c’est un travail d’arabe ! » Le gérant dit « qu’il va dégager tous les bougnoules car ils sont dégueulasses et qu’on n’a pas besoin d’eux ! »

- HARCELEMENT MORAL : le gérant refuse aussi de serrer les mains des salariés arabes et des noirs ! Des accusations de vol et des gestes obscènes sont proférés.

- MENACE : Des menaces de mort sont proférées à l’encontre du Délégué du Personnel devant les collègues et à plusieurs reprises.

- SALAIRES IMPAYES : Aujourd’hui, les salariés en lutte n’ont toujours pas été rémunérés, et ce, depuis le mois de mai pour certain.

 

Certains salariés ne sont pas déclarés et le droit du travail est constamment piétiné.

L’action du patron a pour conséquence d’atteindre les familles dans leur dignité et de les affamer !!!

Nos revendications :

- le paiement des salaires en urgence de tous les salariés,

- que justice soit faite et les actes racistes punis,

- le respect de la législation du travail.

 

Réponse de l’employeur : licenciement pour faute grave et mise à pied conservatoire pour tout le monde !


AVEC NOUS FAITES CESSER CETTE SITUATION !!!

Venez nous soutenir financièrement et en signant la pétition qui se trouve devant le restaurant « Chez Oscar », 11/13 bld Beaumarchais 75004 Paris.

 

Soyez nombreux a participer au rassemblement devant le restaurant le mercredi 19 août 2009 à 18h00

Partager cet article
Repost0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 23:43
Le marché Pyrénées-Ménilmontant à Paris XX° a été, dimanche 31 mai 2009, le théâtre d'affrontements provoqués par des dizaines de militant-e-s de la liste «antisioniste» encadrant la venue de Dieudonné. Cette cohorte réunissait nationalistes, jeunes identitaires, royalistes, hooligans racistes du PSG, skinheads proche du Front National, fondamentalistes catholiques et musulmans.

Ainsi que l’a révélé le reportage de France 3 diffusé le soir-même, les sbires de Dieudonné ont violemment attaqué et blessé des antifascistes et des habitant-e-s qui tentaient d'alerter la population et les commerçants  sur le véritable visage de cette liste aux alliances dangereuses.
Comble d'injustice, ce sont quatre antifascistes qui ont été arrêtés par la police et placés 48h en garde à vue. Ils ont finalement été relâchés et ne sont, à ce jour, pas poursuivis par la justice.

ANTISIONISME OU ANTISEMITISME ?
LES ALLIANCES DANGEREUSES DE LA LISTE “ANTISIONISTE”
La crise du Front national, ainsi que la conquête du pouvoir par le sarkozisme, ont favorisé la décomposition-recomposition des différents courants de l'extrême droite en quête de nouvelles alliances. Le mouvement antifasciste et antiraciste se doit d'analyser, de dénoncer et de combattre les formations hybrides qui revêtent des masques prêtant à confusion. Nous devons ainsi faire la lumière sur l'antisémitisme qui cimente la liste “antisioniste” conduite par le trio Dieudonné-Soral-Gouasmi. Le clown mégalomane et haineux Dieudonné M’Bala s'illustre depuis quelques années par des provocations politiques nauséabondes. Jusqu'au début des années 2000, il était pourtant présent dans le mouvement antifasciste.

Mais depuis quelques années, Dieudonné enchaîne les dérapages contrôlés, antisémites. Signalons qu'en 2004, il est exclu par le collectif Euro Palestine en raison de sa promiscuité avec des négationnistes, et se produira d'ailleurs avec Faurisson. Par ailleurs, il multiplie les contacts avec l'extrême droite qu'il combattait auparavant. Ainsi, sa venue en 2006 à la fête bleu-blanc-rouge du Front national, ou encore en 2008 le parrainage de sa fille par Le Pen dans une église traditionnaliste.
Alain Soral présente également un parcours pour le moins tortueux. Cet ancien du Parti Communiste fait un passage éclair au Front National avant de s’engager dans une approche plus “musclée” de l’extrêmisme de droite. Il aura tout de même été conseiller spécial de Le Pen, et auteur de certains de ses discours. En 2007, il fonde et préside l'association «néonationaliste» Egalité et Réconciliation. Il est condamné la même année pour antisémitisme.
Yahia Gouasmi est le président du Parti Anti Sioniste de France, de la Fédération des Chiites de France et de l’association Zahra France, officine idéologique en lien avec l'ambassade d'Iran. Rappelez-vous des manifestations de solidarité avec la population de Gaza en février dernier :le service d’ordre unitaire des organisations à l’initiative de cette manifestation avait dû écarter ce mouvement du cortège, parce qu’il s’illustrait en arborant des drapeaux du Hezbollah et en scandant des slogans antisémites.

LE JUSTE COMBAT DU PEUPLE PALESTINIEN NE DOIT PAS ETRE INSTRUMENTALISE PAR DES ANTISEMITES
On l’aura compris, sous le prétexte d’un antisionisme affiché, c’est véritablement un antisémitisme rampant qui anime la sinistre clique Dieudonné-Soral-Gouasmi. Et ce n'est pas la caution du rabbin orthodoxe Borreman qui servira à camoufler leur antisémitisme.
La libération des territoires palestiniens occupés et l’émancipation politique du peuple palestinien n’ont pas besoin du soutien de racistes patentés qui veulent instrumentaliser un juste combat au profit d’intérêts qui n’ont absolument rien à voir avec la paix entre Israël et la Palestine. Nous sommes au contraire animés par l'idéal de solidarité entre les peuples, dans une logique anticapitaliste.
Alternative Libertaire lutte depuis toujours aux côtés de nombreuses organisations associatives, syndicales, politiques de soutien à la Palestine.
Manifestations et actions de soutien, réunions publiques, tant en France et en Palestine, qu’en Israël avec les opposants à la politique israélienne... autant d’actions concrètes que nous menons depuis des années.
Qu’est-ce que Dieudonné et son alliance de la haine ont fait pour la Palestine ?
Les organisations progressistes et antiracistes dénoncent sa liste pour les élections européennes, qui prétend instrumentaliser l'antisionisme. Si cette critique de la politique coloniale de l'Etat israélien, et la solidarité avec le peuple palestien sont nécessaires, il est essentiel de se distancier de toute forme aux fins d'antisémitisme. C’est toujours la même recette de la haine paranoïaque et de la victimisation : sous couvert de "théorie du complot", Dieudonné a fait la tournée des quartiers populaires afin de détourner la colère des populations, socialement stigmatisées et reléguées, sur des boucs émissaires. L’extrême droite a toujours procédé de la sorte et, en période de crise, les responsables sont, comme d’habitude, soit les Juif-ve-s, soit les étranger-e-s.

Leur antisionisme n’est pas le nôtre ! A bas tous les racismes !
Pour la fin de la guerre coloniale de l’Etat d’Israël en Palestine !
Pour la paix entre Palestinien-ne-s et Israélien-ne-s !
Pour le droit à l’autodétermination des Palestinien-ne-s !

Alternative libertaire,
juin 2009
Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 12:22
La justice bourgeoise vient (pour une fois !) de frapper un honnête capitaliste.

Le Conseil d'État a annulé ce lundi les élections municipales à Corbeil-Essonnes et a déclaré son maire UMP, Serge Dassault, inéligible pour un an.

L'avionneur et patron de presse propriétaire du Figaro a déclaré que cette annulation était "inique, politique, scandaleuse". "Je n'ai jamais rien fait, rien, jamais. Il n'y a aucune preuve contre moi. C'est uniquement pour me virer de Corbeil-Essonnes", se défend-il. S'il n'a rien fait, alors pourquoi évoque-t-il l'absence de preuves contre lui ? Sacré Serge !

 

Ce dernier annonce également qu'il va faire appel de cette décision. Dans la foulée, l'ex sénateur-maire de Corbeil-Essonnes n'épargne pas de sa vindicte les magistrats du Conseil d'État qui, selon lui, "sont tous des socialistes". Bien sûr ! Encore une victime de la barbarie socialiste ! Il serait temps que Sarkozy (à moins qu'il ne soit en réalité un trotskyste lambertiste qui aurait fait de l'entrisme au sein de l'UMP) prenne des mesures idoines !

 

Cette décision du Conseil d'État est conforme à la recommandation de Luc Derepas, rapporteur public qui a relevé que le "don d'argent avec contrepartie électorale" était "contraire à la loi" et pouvait "entacher la sincérité du scrutin". Il a jugé que plusieurs témoignages en ce sens étaient "suffisamment circonstanciés pour établir la réalité d'une telle pratique" à Corbeil-Essonnes. Ce que tout le monde savait, et qu'un bon nombre de reportages radiophoniques de l'émission de Daniel Memet "Là-bas si j'y suis" avait déjà confirmé !

 

Notons que Bruno Piriou du PCF, et principal opposant de Serge Dassault, a lui aussi été déclaré inéligible pour un an, pour n'avoir pas intégré dans ses comptes de campagne la location d'une salle qu'il croyait gratuite. Décidément, le socialisme a ses limites !

 

Franz B.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:15
La présentation par Dieudonné d’une liste prétendument antisioniste et constituée de militants d’extrême droite aux élections européennes mérite une mise au point.

Dieudonné ne s’en cache plus, il est devenu le grand ami de Le Pen, n’hésite pas à ironiser sur la déportation des juifs d’Europe vers les camps de la mort ni à se commettre avec le négationniste Faurisson.

Qu’il participe d’une telle liste d’extrême droite n’est donc pas pour nous étonner.

Nous aurions pu nous contenter du silence, pour ne pas contribuer à ce que Dieudonné recherche : la médiatisation dont il se repaît.

C’eût été ignorer les dangers de ce qu’il véhicule.

Car le fait que cette liste surfe sur les légitimes émotions et colères suscitées par la politique israélienne en Palestine occupée -notamment après la guerre meurtrière menée cet hiver contre la population de Gaza- pour tenter de les détourner à son profit, ne relève pas seulement de la duperie. Sa logique même est dangereuse. Elle l’est pour notre société et les valeurs de solidarité, d’antiracisme et d’égalité que nous y défendons. Elle l’est pour la cause palestinienne dont le droit et la nécessité de respecter le droit sont les fondements. Les valeurs du combat national du peuple palestinien et celles que prétend défendre l’extrême droite sont aux antipodes les unes des autres.

Si nous condamnons la politique sioniste des dirigeants israéliens, c’est précisément parce qu’elle nie quotidiennement et par principe les droits nationaux du peuple palestinien, en se fondant non seulement sur une logique d’expansionnisme annexionniste mais aussi sur une logique de la séparation, dont le mur d’annexion et les transferts de populations ou de territoires sont parmi les multiples avatars. Cette logique, c’est celle du refus du métissage, celle du refus de l’échange et du partage, celle du rejet du « Ta’ayoush », ce « vivre ensemble » que défendent ensemble militants palestiniens et militants anti-colonialistes israéliens. C’est cette même logique de séparation qui anime historiquement l’extrême droite, en France ou ailleurs.

En dénonçant les deux revers d’une même médaille, nous refusons le piège grossier qui consisterait à voir un allié dans l’adversaire de son adversaire.

Et nous invitons tous ceux qui ont à cœur de défendre l’égalité et la solidarité à condamner également d’une même voix ces deux versions d’un même poison.

 

Communiqué de l'association France Palestine Sollidarité

Paris, le 25 mai 2009

http://www.france-palestine.org

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 21:09
Dimanche 31 mai, Paris 20ème, marché Pyrénées. Plusieurs dizaines de nervis de la liste soit-disant "anti-sioniste" Dieudonné-Soral agressent sauvagement les militants et militantes antifascistes venus dénoncer la présence de l'extrème-droite. Car Dieudonné et Soral, c'est l'extrême-droite.

Cette mouvance tente de récupérer le discours anticolonialiste. Ce discours qui ressemble à de l'anticolonisalisme mais qui a le vrai goût du racisme entretient l'ambiguité sur la réalité de cette liste. Elle permet de ratisser large, de récupérer des gens peu politisés.

Il faut rappeler que Soral vient du Front national. Il faut rappeler que Dieudonné est cul et chemise avec l'apologiste de crime contre l'humanité Le Pen et le négationniste Faurisson. Il faut dire et redire que les hommes de main de Dieudonné sont des militants d'extrême droite de longue date. Dieudonné réussit l'alliance hallucinante de vrais néo-nazis du Kop Boulogne (qui ont chargé les antifascistes aux cris de "Hooligan PSG") ou des Jeunesses Identitaires, avec des Islamistes intégristes ou des tenants de la "suprématie noire". Tous unis contre un ennemi imaginaire: le grand complot "sioniste" (euphémisme utilisé pour ne pas se faire condamner illico), tentaculaire et toute puissant si on en croit l'ancien pseudo-humoriste pas drôle du tout.

Cette confusion ravit visiblement le pouvoir en place. La liste Dieudonné-Soral avait déjà bénéficié d'un formidable coup de pub de la part de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, lorsque celui-ci avait menacé en l'air d'interdire cette liste. Menace non suivie de la moindre action. Le pouvoir a continué en mettant en scène un pseudo-blocage du dépôt de la liste qui a permis à Dieudonné et Soral de faire de nouveaux parler d'eux.

Aujourd'hui, nouvelle étape: la police aide les nervis d'extrême droite contre les antifascistes. Elle a arrêté plusieurs militants et les garde depuis, sans qu'on sache ce qui leur est reproché. Cet acharnement contre les antifascistes est totalement scandaleux.

Alternative libertaire combat depuis toujours l'extrème droite. Qu'elle se déguise d'oripeaux anticolonialistes ne change rien à l'affaire. Nous continuerons à nous battre.


Communiqué de presse

Ce matin, Dieudonné en campagne tractait au marché Pyrénées dans le XXè arrondissement de Paris, accompagné de ses alliés politiques: jeunes identitaires, royalistes, hooligans du PSG, skinheads du FN, cathos et musulmans fondamentalistes.

C'est là le vrai visage de cette liste dite « antisioniste », en fait un ramassis de nazillons et d'intégristes de tout poil qui n'ont pas hésité à agresser un passant qui ne voulait pas de leur tract.

A quelques pas de là, des militantes et militants antifascistes se sont faits courser et tabasser par les antisémites armés alors qu'ils tentaient d'informer les passant-es des idées véhiculées par cette liste et de s'opposer à la diffusion de ces idées immondes. Côté antifascistes, on dénombre plusieurs blessés et plusieurs interpellations. Pendant ce temps, Dieudonné et ses soldats, taxant leurs opposants de « racistes et d'islamophobes » (sic !), continuait à se donner une posture victimaire, au cœur de sa campagne et de sa relation aux médias. Pas facile d'assumer des idées aussi sales et haineuses que les siennes !

Dans la même veine, un proche du RED (Rassemblement des Etudiants de Droite) se faisait interviewer par une télévision, la tête ensanglantée, protégé par la police, se disant simple passant agressé par « les anarchistes ».

Le 9 mai dernier, les fachos avaient été privés de défilé annuel (croix gammées, flambeaux et autres réjouissances), notamment sous la pression des antifascistes. Frustrés, ils avaient commis des « ratonnades » (passages à tabac racistes) et des dégradations en chantant des hymnes nazis dans le XIVe arrondissement.

Les évènements de ce matin ne font que dévoiler le vrai visage de Dieudonné et de sa ligue de fascistes ultra-violents. Nous continuerons à nous battre chaque jour, sur tous les terrains, contre l'extrême droite qui n'est plus à présenter. Quelle qu'elle soit (catho, musulmane, royaliste, nationaliste...), elle n'a pas sa place dans une société qui se veut démocratique, quand bien même se cache-t-elle derrière le paravent électoral. Nous serons toujours là contre la bête immonde !

Parce que ces gens là se revendiquent de Franco, d'Hitler, de Pinochet, pas de fascistes dans nos quartiers, pas de quartier pour les fascistes !

Le fascisme, c'est la gangrène, on l'élimine ou on en crève !

Alternative libertaire le 31 mai 2009

 

Excellent tract de Ras l'Front sur le sujet

Partager cet article
Repost0