Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 07:37
L’eau est trop chère

Paris paie 1,06€ HT/m3, mais en banlieue, sur le territoire du SEDIF (syndicat des Eaux d’Ile de France), nous payons 1,73€ HT/m3 pour l’eau potable.

Le privé a trouvé le filon

C’est la multinationale VEOLIA qui produit et distribue l’eau, facture la consommation et les services, est censée entretenir le réseau, etc.
Le renouvellement du contrat du SEDIF a donné lieu à une bataille entre VEOLIA et SUEZ à coups de millions (6,5 millions selon le Monde pour SUEZ, qui a perdu… Combien pour VEOLIA ?) D’où vient cet argent sinon des sur-profits dégagés par ce marché juteux ?

Des représentants des villes sont complices

Le dernier contrat du SEDIF avec VEOLIA a duré 48 ans, un nouveau contrat vient d’être signé pour 12 ans ! Le SEDIF, ce sont les représentants des 133 villes qui le composent. La majorité de ces élus a clairement confié l’eau potable à une multinationale.

Y’ a comme une erreur

La « surfacturation » estimée par l’UFC Que Choisir ? à plus de 80 millions d’EUROS par an a été confirmée par les audits officiels du SEDIF à hauteur de 40 millions d’EUROS par an ! Alors pour quelles mauvaises raisons s’est-il trouvé une majorité d’élus pour signer un nouveau contrat ? !
Et il est pourtant difficile de cacher les dérives et l’opacité qui règnent au SEDIF : selon Les Echos du 24 août dernier, le SEDIF devra investir 575 millions d’EUROS dans les cinq ans pour « rénover » ses installations (trois usines notamment) « vieillissantes ». Qu’a donc fait VEOLIA ces dernières années avec le trésor du SEDIF (c’est-à-dire l’argent des usagers)?

Et à Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint-Gervais, Montreuil, Les Lilas, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville ?

Ces neuf villes ont constitué une communauté d’agglomération : Est Ensemble. A cette occasion,
elles sont sorties du SEDIF. Mais cette mesure est provisoire. Maintenant elles peuvent choisir à une gestion publique SI les élus le décident.

La gestion publique, c’est possible et c’est mieux

La ville de Paris vient de re-municipaliser la gestion de l’eau après 25 ans de gestion confiée au privé. La communauté d’agglomération des Lacs d’Essonne est sortie du SEDIF et a créé une régie publique.

Que faire ?

Dans notre agglomération aussi, une gestion publique est envisageable et elle se traduirait rapidement
par une économie importante pour les usagers. Il est temps que les citoyens interviennent pour « aider » leurs élus à faire le bon choix !


C’est pourquoi nous avons lancé une pétition et voulons la porter aux élus de chaque ville à Est ensemble.
eau1.jpg

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 20:02
Née juridiquement au début de cette année 2010, la plus grande communauté d’agglomération d’Ile-de-France, (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville) avec 400.000 habitants, vient de porter à sa présidence le maire (PS) de Pantin, Bertrand Kerrn.
Pour autant, ces 400 000 habitants n’ont pas voté pour désigner leurs 91 conseillers communautaires. Une élection c’est bien trop compliqué. Oulala ! Ces 400 000 habitants n’ont pas été consultés, ni invités à participer à ce projet.

De toute façon, ils font confiance à leurs élus municipaux puisque, justement, ils les ont élus !

La gauche est pour la proportionnelle. Oui mais pas pour cette élection. Car le problème … c’est qu’ils ont trop d’amis !

Sur les 91 conseillers il n’y aura que 4 UMP, 2 élus du réseau « Alter Agglo 93 », et 1 modem.

Alter-Agglo93 : Pour une autre intercommunalité
Le 23 janvier la communauté d'agglomération (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville) a installé son conseil communautaire.
Mais pourquoi les délégués ne sont-il pas élus à la proportionnelle ? Qu'exprime le réseau Alter-agglo93 ? Comment justifier qu'à Romainville, 52% des votants n'aient aucun représentant ?
Ci après une video en sortie du conseil et la déclaration faite par Mariana LESCURE au nom du réseau
Affirmons d’emblée notre position : l’intercommunalité c’est la coopération entre les villes et le partage. Nous sommes donc complètement en accord avec nos valeurs : coopérer pour aider, se développer, construire / partager les idées avec tous pour répondre au mieux aux besoins, partager le pouvoir ?
Les associations du réseau Alter-agglo93, représentées aujourd’hui par Dominique Attia (Montreuil) et moi-même portent ces idées. Nous les défendrons, ici comme ailleurs.
Beaucoup de faits témoignent déjà qu’il nous faudra être vigilantes et nous voulons croire qu’il en est parmi vous qui le seront avec nous :
· Contrairement à ce qui a été dit, les élections municipales n’ont pas été l’occasion d’un débat sur le projet de communauté d’agglomération, malgré les affirmations des équipes en place,
· Il aurait fallu partir des besoins de la population pour construire l’intercommunalité. En ce sens, Est ensemble est né dans des conditions anti-démocratiques qu’on ne « rattrapera » pas,
· C’est comme si les désiderata des élus majoritaires passaient avant les besoins des habitants,
· L’absence de projets élaborés par les habitants trouve sa justification dans le fait qu’il reste 2 ans pour trouver ce qu’on va faire ensemble … 2 ans ? ce n’est rien, et vous le savez,
· Enfin nous sommes indignées de voir une belle idée ravalée à des considérations de boutiquiers se partageant de places.

C’est d’autant plus dommage que la déclaration de principe des maires évoquait l’objectif de développement de pratiques démocratiques innovantes. On aurait pu imaginer que la proportionnelle en fasse partie. Or, la désignation des délégués communautaires a réduit les oppositions à portion congrue. C’est ainsi que dans certaines villes, Romainville par exemple, près de 50% des électeurs ne sont pas représentés ici.
Cette assemblée est donc un contre-exemple des principes affirmés.
C’est une source de défiance pour les habitants du territoire.
Nous remarquons aussi que vous n’êtes pas parvenus à la parité. C’est encore un renoncement alors que toutes les majorités municipales concernées proclament leur attachement à ce principe.
L’installation du conseil communautaire aurait pu être un moment marquant pour s’opposer aux politiques de régression sociale, d’injustices, que Sarkozy décline à l’échelle de notre territoire. Alors qu’il va tailler encore plus dans les services publics : éducation, santé, transports, culture, en dégradation continue, il serait temps que nous montrions notre différence et répondions aux questions que se posent les personnels des communes de l’interco.

Nous voulons mutualiser nos moyens pour fournir un meilleur service.
Nous voulons partager les richesses entre les habitants.

C’est à notre avis tout le sens de l’intercommunalité. C’est particulièrement le cas pour des villes qui partagent un territoire comme par exemple le Canal de l’Ourcq ou la RN3, ou qui ont déjà des projets en commun comme le SIPLARC (qui fournit les repas des écoles à Noisy-le-Sec et Bondy), ou le cinéma le Trianon.

Nous continuons à demander une intercommunalité démocratique et citoyenne, de projets, une interco écologique et sociale dans les faits et non pas dans l’autoproclamation.
Voici quelques exemples de notre démarche, que nous défendrons tout au long de notre participation :

Une démarche démocratique et citoyenne :
· Qui permet à chacun des habitants de l’agglomération, y compris les étrangers, d’avoir voix au chapitre,
· Qui donne toute leur place aux élus minoritaires, ainsi qu’aux associations,

De projets : en sollicitant des citoyens sur les projets envisagés par l’organisation de débats dans chacune des villes. A cette fin, nous mettrons à disposition un site Internet où figureront les initiatives locales auxquelles nous invitons toutes les villes à participer,

Ecologique : montrons notre volonté tout de suite en faisant le choix d’une gestion publique de l’eau en régie directe,

Sociale : en développant le logement social de qualité, en favorisant l’accès à la culture pour tous avec un même tarif local dans l’agglo pour tous les équipements culturels et sportifs par exemple.

 

Alter-Agglo93, qui sommes-nous?

Alter-Agglo93 est un réseau constitué face au projet de communauté d'agglomération devant réunir Montreuil, Romainville, Pantin, Le Pré saint Gervais, Les Lilas, Noisy-le-Sec, Bagnolet, Bondy, Bobigny.

Ce réseau comprend A Gauche Autrement du Pré Saint Gervais, Alternative libertaire 93 (Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec), Bondy Autrement, Café de l'alternative Citoyenne (CAC93) de Bagnolet, Comité citoyen Romainvillois, Les Alternatifs des Lilas, Les Alternatifs de Bagnolet, Les Alternatifs de Pantin, Les élus communistes de Montreuil.

 


Partager cet article
Repost0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 10:34

Un projet de communauté d'agglomération en Seine-Sant-Denis doit réunir Montreuil, Romainville, Pantin, Le Pré saint Gervais, Les Lilas, Noisy-le-Sec, Bagnolet, Bondy et Bobigny.

La population des villes concernées n'est pas impliquée. Il s'agit de négociation d'exécutifs, sans contrôle démocratique. La responsabilité des communautés d'agglomération ne passe même pas par le suffrage universel (qui lui-même ne garantit pas la démocratie réelle), mais par des jeux d'appareils, de personnes et d'ambitions.

Un réseau se met en place sur les villes concernées, pour proposer une autre vision de la solidarité entre les communes de Seine-Saint-Denis : Alter-Agglo93. Le Collectif Alternative libertaire 93, présent en particulier sur Bondy, Montreuil et Noisy-le-Sec a décidé de participer à ce réseau.

Bien évidemment, comme dans toute démarche unitaire, il y a des points de divergence mineurs. Sur le rôle des élus et élues d'opposition, sur la conception de la démocratie au niveau intercommunal, sur les projets ou les services à mutualiser, nous comptons apporter dans le réseau une réflexion différente de celle de groupes ayant des élus aux conseils municipaux. Le débat ne fait que commencer!

Partager cet article
Repost0