Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 18:46
Bondy, le 7 juillet 2009

Monsieur le Préfet,

Lassana KONATE, né en 1972 à Bamako, N° étranger 9303278636, doit être libéré.

 

Il a été interpelé le samedi 27 juin et il se trouve depuis le lundi 29 juin au centre de rétention de Bobigny. Il habite au 50 rue Michelet à Bondy, immeuble dont le propriétaire pratique des loyers scandaleux sans entretenir les bâtiments. Début avril, un incendie avait ravagé 3 chambres. Depuis, les habitants, dont Lassana KONATE, sont toujours en danger et à la merci du propriétaire, faute de régularisation par vos services.

 

L'Obligation à Quitter le Territoire Français qui lui a été signifiée le 26/11/2008 fait l'objet actuellement d'un appel. De plus, sa situation a changé depuis le dépôt de son dossier, puisqu'il va devenir père. La mère de son enfant à naître, Eliana, est de nationalité européenne (Espagnole) avec des ascendants français. Elle a un emploi stable de kinésithérapeute dans un grand hôpital parisien. La grossesse d'Eliana réclame une attention quotidienne. Elle est en arrêt maladie depuis le 29 juin. Elle a appris l'interpellation de son compagnon le 27 juin, en revenant des urgences médicales de l'hôpital Lariboisière. Cette nouvelle n'a pu qu'aggraver son état.

 

C'est pourquoi le collectif Alternative libertaire de Seine-Saint-Denis, membre du comité de soutien des habitants du 50 rue Michelet à Bondy, vous demande la libération de Lassana KONATE. Nous vous demandons également de lui délivrer un titre de séjour au plus vite, au titre de la vie privée et familiale, afin de lui permettre de vivre avec sa compagne et d'élever leur enfant. Nous vous demandons d'empêcher une décision administrative inepte et inhumaine qui priverait un enfant de son père sans aucune raison. Si jamais Lassana KONATE devait être expulsé par vos services, cette décision serait une violation manifeste au moins des articles 3, 7 et 9 des de la Convention internationale des droits de l'Enfant, texte de l'Organisation des Nations Unies, ratifié par la France le 7 août 1990. Certains de votre volonté de faire respecter le droit international, nous sommes donc confiants dans la libération imminente de notre ami et voisin Lassana KONATE.

 

Je vous rappelle que Lassana KONATE est en France depuis plus de 5 ans. Il est diplômé. Il travaille, comme électricien, c'est-à-dire dans un secteur en tension (bâtiment). Orphelin et fils unique, il n'a plus d'attache dans son pays d'origine. Vos services disposent de longue date de toutes ces informations qui auraient déjà dû conduire à sa régularisation.

 

Enfin, je vous rappelle que si Lassana KONATE devait contre toute attente être expulsé par vos services, il s'agirait là d'un signe fort d'encouragement envoyé au propriétaire du 50 rue Michelet à Bondy. Je vous rappelle que vos services ont déjà dû procéder à la fermeture administrative d'une des chambres pour insalubrité. Je vous rappelle que suite à l'incendie d'avril 2009, vos services ont exigé des travaux de mise en sûreté de la part du propriétaire: je vous invite à visiter les lieux pour constater que rien n'a été fait. Si vous expulsez Lassana KONATE, vous vous en prenez à une victime, et par conséquent vous légitimez le propriétaire et ses agissements.

 

Dans l'attente impatiente de la libération de Lassana KONATE, veuillez agréer, monsieur le préfet, l'expression de nos salutations.

 

Pour le Collectif Alternative libertaire Seine-Saint-Denis,
Laurent Scapin

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 08:40
Lassana Konaté fait partie des 40 sans papiers accompagnés de
21 enfants, victimes d'un marchand de sommeil, qui habitent l'ancienne clinique Michelet à Bondy et qui se battent depuis 2 ans pour leur régularisation.

 

La préfecture a décidé d'en régulariser 36 et de s'arrêter là. Pour l'exemple. Lassana Konaté fait partie des 4 refusés.
Il a reçu une OQTF le 26/11/2008, a fait un recours gracieux, un autre au TA qui confirma son OQTF le 15 mai. Il fait appel. Interpellé samedi 27, il est depuis lundi an centre de rétention de Bobigny.

 

Pourtant, il est présent depuis 5 ans en France, possède des diplômes de l'enseignement supérieur et travaille comme électricien. Orphelin et fils unique, il n'a plus d'attache au pays et va bientôt devenir papa. Depuis plus d'un an, il vit avec Eliana, qui est kinésithérapeute dans un grand hôpital parisien et attend un enfant. Elle est de nationalité espagnole et son père français.

 

Lassana doit être libéré pour voir naître son enfant et doit avoir un titre de séjour pour l'élever.

 

L'avenir de ce couple et de leur enfant est en France et nulle part ailleurs !

 

Rappel: Vous pouvez toujours signer la pétition de soutien aux résidents du 50 rue Michelet, sur le site de RESF.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 12:22
Il manque toujours des régularisations au 50 rue Michelet à Bondy. Une dizaine de dossiers n'a toujours pas de réponse positive. D'autres n'ont reçu aucune confirmation écrite des régularisations annoncées oralement. Cette situation ne peut plus durer. Les habitants et habitantes de la clinique Michelet sont en danger: un nouvel incendie peut survenir.

L'association des résidents et le comité de soutien ont demandé une entrevue au sous-préfet en charge du dossier pour régler cette situation. Elle aura lieu vendredi 26 juin.

Rassemblement à la préfecture de Bobigny, vendredi 26 juin, à partir de 17h30.

Initialement prévue le 23/6, cette rencontre est repoussée au 26 à la demande de la préfecture.
Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 16:39
Hier lundi, la mairie de Bondy organisait un débat sur l'intercommunalité. L'invité et intervenant était Patrick Braouzec, en tant que président de la communauté d'agglomération de Plaine Commune. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ensemble n'était guère convaincant.

Notons tout d'abord l'affluence. Une grosse centaine de personnes ont facilement rempli l'Espace Chauzy. Gilbert Roger, maire de Bondy, et Patrick Braouzec s'en sont réjoui. Pourtant, sur une ville de plus 50000 habitants et habitantes, on ne peut pas dire que ce soit une franche réussite. Il faut dire qu'au niveau information, la mairie avait un peu fait le service minimum: annonce dans Reflets, le journal municipal, enrobée dans un discours un peu lénifiant... et c'est tout. Ca fait peu. D'ailleurs, l'initiative ne figure même pas dans l'agenda du site Web de la ville!

Mais peut-être la majorité municipale avait-elle peur que de "simples citoyens" viennent concurrencer son monopole de la parole? En effet, la majorité des questions depuis la salle était le fait d'élus et élues (très largement  de la majorité municipale, mais aussi du Modem, qui semble prêt à soutenir un peu aveuglément tant qu'on lui promet des places pour l'opposition au sein de l'exécutif intercommunal) ou de militants et militantes PS, se présentant comme tels. Les interventions de "simples citoyens" ont été tellement rares que Gilbert Roger s'est senti obligé de les souligner!

Sur le fond, Patrick Braouzec a brossé un tableau un peu idyllique de l'intercommunalité. Il faut dire qu'il a "oublié" de répondre à certaines questions, en particulier celles concernant les finances: pas de réponse à la question sur la dotation générale de fonctionnement (la carotte-bâton de l'Etat envers les communautés d'agglomération), réponse très évasive voire risible sur les ressources ayant permis d'augmenter les investissements dans les proportions faramineuses qu'il a annoncées. De la même manière, il a fait des réponses dignes du pire des jésuites sur les questions de démocratie: selon lui, il n'y a pas de risque que l'intercommunalité coupe les citoyens et citoyennes de ceux et celles sensés les représenter... puisque cette fracture peut exister même sans intercommunalité! Un tel sophisme laisse pantois. Mais il a eu l'air de parfaitement satisfaire la horde de militants et militantes PS qui avaient envahi l'Espace Chauzy pour écouter la bonne parole... Faut-il en déduire que l'esprit critique et la logique ne sont pas les qualités les mieux cultivées au PS? Je ne franchirai pas ce pas, ce serait mesquin.

Toujours sur ces questions de fonctionnement et de démocratie, on notera l'envolée de Gilbert Roger, interpellé sur le cumul des mandats, jurant la main sur le coeur qu'il ne souhaite ni la présidence de l'intercommunalité, ni une vice-présidence. Nous saurons lui rappeler ces promesses dans quelques temps...

On notera aussi quelques incohérences. Alors qu'une question soulignait l'avancée "à marche forcée" vers l'intercommunalité, Braouzec, lui, ne voit pas où est le problème... alors même qu'il venait d'expliquer que dans le cas de Plaine Commune, le processus s'était déroulé sur des années et des années. Pourquoi, dans le cas de Bondy, Noisy, Montreuil, etc. faut-il donc aller aussi vite, puisque l'objectif est de lancer la communauté d'agglomération au 1er janvier? Pourquoi ne pas prendre le temps de discuter, d'élaborer collectivement?

Car en soi, nous ne sommes pas contre le regroupement de communes. Bien au contraire! Nous prônons le fédéralisme, et donc une vraie fédération de communes, pour mettre des moyens en commun et développer les solidarités. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que le débat hier soir à Bondy n'était pas convaincant que c'est bien la direction qui est en train d'être prise! Bref, le réseau Alter-Agglo93 ne sert pas à rien!

Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 11:22
Débat sur le logement à Bondy
jeudi 11 juin à 19h30
Salle Chauzy (Mairie de Bondy)

Organisé par l'association des résidents de Michelet et leur comité de soutien et le réseau 93 "Un logement pour tous".

La situation du mal logement atteint des sommets jamais égalés depuis de nombreuses années. Dans notre département comptant parmi les plus touchés par le chômage et la précarité, le nombre de demandeurs de logement atteint désormais plus de 60.000 personnes avec 15.000 demandeurs prioritaires.

 

Le délai moyen d'attente dépasse largement les 5 ans, mais il n'est pas rare de voir des demandes de plus 8 ans voire 10 ans. 20.000 enfants n'ont pas de toit et vivent en errance, d'un hébergement de fortune à un autre, traversant l'Ile-de-France pour poursuivre leur scolarité.

 

Des milliers de familles sont menacées d'expulsion. Les premières réunions de la commission dite de prévention des expulsions décident de nombreux concours de la force publique pour les semaines à venir. Ce qui signifie que contrairement aux allégations de Madame Boutin de nombreuses familles vont se retrouver expulsées sans aucune solution de relogement voire sans hébergement puisque ceux-ci sont totalement saturés.

 

Face à cela, le gouvernement réduit d'année en année le budget consacré au logement, poursuit les démolitions, les privatisations, la vente du logement social. Il est temps de mettre un coup d'arrêt à cette régression sociale. C'est pourquoi, défenseur du droit au logement pour tous, notre collectif départemental (qui réunit des mal-logés, des militants associatifs, politiques, syndicaux, travailleurs sociaux, citoyens) exige :

- la construction d'au moins 20% de logements sociaux accessibles à tous dans toutes les communes sans exception,

- l'arrêt de toutes les expulsions locatives,

- la réquisition de tous les bâtiments publics et institutionnels vides.

 

Dans toutes nos villes, constituons des comités pour le droit au logement, des chaînes anti-expulsion pour faire valoir le droit au logement partout et pour tous.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 18:35
Dans la nuit du 11 au 12 avril, vers minuit, un incendie s'est déclaré au 50 rue Michelet. C'est vraiment par chance que personne n'est blessé. Trois chambres sont dévastées et inutilisables. Le système d'alarme incendie était hors service, les extincteurs manifestement hors d'usage.

L'ensemble des habitants a été herbegé provisoirement au gymnase Aïache voisin. Cet après-midi, 12 avril, ils ont pu regagner les lieux, à l'exception des résidents des chambres dévastées. Ceux-ci, grâce à la pression et à la mobilisation, sont relogés dans d'autres chambres, ou à l'hôtel aux frais du propriétaire pour l'un deux.

Depuis deux ans, les résidents et leurs soutiens (dont Alternative libertaire) se battent d'une part pour la régularisation des quelques 40 sans-papiers qui habitent la clinique Michelet, et d'autre part pour leur relogement. Nous dénonçons depuis longtemps le risque que constitue cet immeuble que le propriétaire n'entretient pas. Mais les autorités, en particulier préfectorale, s'acharnent à maintenir les résidents sous la coupe du propriétaire, en refusant les régularisations. Après les dernières mobilisations, il reste encore 10 cas qui n'ont pas reçu de réponse favorable.

Ce sinistre qui aurait pu tourner aux drames confirme que depuis les résidents et leurs soutiens ont raison depuis le début. Il faut régulariser tous les sans-papiers du 50 rue Michelet, tout de suite. Il faut leur délivrer des cartes de séjour "vie privée et familiale", seules qui ne font pas peser une épée de Damoclès permanente. Il faut aussi que les institutions, préfectorales et municipales, entrent dans une opposition vraiment résolue au propriétaire. Les actions judiciaires menées jusqu'à présent n'étaient pas vraiment offensives!

Des résidents ont tout perdu. Ils ont besoin de votre soutien. Vous pouvez les aider, par des dons (argent ou vêtement). Le détail sera communiqué bientôt, mais vous pouvez tout de suite prendre contact avec l'Association des résidents de Michelet-Bondy.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 23:59
Communiqué de presse


Bondy, le 3 avril 2009. Les résidents du 50 rue Michelet à Bondy et leurs soutiens ont rencontré le 11 mars 2009 le sous-préfet Normand. Après plus d'un an de mobilisation, seuls 29 dossiers de régularisation sur 39 ont reçu une réponse positive. Cette avancée n'a été rendue possible que par la lutte, la mobilisation des habitants et de leurs soutiens.


La lutte doit continuer ! L'ancienne clinique Michelet a été transformée en logements par son propriétaire en toute illégalité. Il loue les chambres à prix d'or et profite de l'insécurité administrative des 39 résidents sans-papiers pour faire pression sur tous. Tous les résidents sont des victimes.


La régularisation des sans-papiers est indispensable pour mettre tous les résidents à l'abri des agissements scandaleux du propriétaire. En refusant de régulariser les 10 derniers dossiers, la préfecture protège un marchand de sommeil.


Tous les résidents de Michelet subissent le même racket à l'habitat : les différences de traitement relèvent de l'arbitraire.


Les résidents resteront mobilisés et solidaires jusqu'à satisfaction complète. Le comité de soutien, regroupant les associations, organisations syndicales et politiques de Bondy et des villes voisines, se battra jusqu'au bout aux côtés des résidents du 50 rue Michelet à Bondy pour obtenir la justice, c'est-à-dire la régularisation de tous les sans-papiers de Michelet-Bondy et un logement digne pour tous.

Partager cet article
Repost0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 10:00
Environ 150 personnes habitent l'ancienne clinique du 50 rue Michelet à Bondy. Pourtant, ce bâtiment n'est pas sensé servir d'habitation. Un tiers d'entre elles environ est sans-papiers. Faute de pouvoir trouver un logement décent ailleurs, elles n'ont pas d'autre choix que d'accepter les conditions scandaleuses imposées par le propriétaire des lieux. Le 50 rue Michelet est un habitat indigne :
- loyers délirants (500 euros par mois pour une simple chambre)
- bâtiment non conforme : condamné en appel en décembre 2008 à remettre le bâtiment aux normes, le propriétaire s'est pourvu en cassation... ce qui lui permet de gagner du temps et de ne pas faire les travaux.

La lutte des résident de Michelet Bondy est légitime car ils sont les victimes d'un marchand de sommeil que les autorités ne semblent pas pressées de poursuivre.

La préfecture, qui traite depuis un an la quarantaine de demandes de régularisation déposées par l'association des résidents et le comité de soutien, semble ignorer l'injustice dont ils sont victimes. Alors que ils et elles sont sont présents depuis de nombreuses années en France, la préfecture distribue autant de régularisations que de refus !

Cette situation est d'autant plus incompréhensible que les résidents du 50 rue Michelet, travaillent, payent leurs impôts, qu'ils ont des enfants scolarisés. Ils ont reçu le soutien massif de leurs voisins (plus de 1500 signatures de la pétition demandant leur régularisation, 300 lettres de soutien), d'organisations associatives, syndicales et politiques de Bondy et de Seine-Saint-Denis, ainsi que d'élus.

Nous, résidents et membres du comité de soutien, exigeons :
- la régularisation, au titre de la vie privée et familiale, de tous les sans-papiers du 50 rue Michelet à Bondy
- des propositions sérieuses de relogement pour mettre fin aux agissements scandaleux du propriétaire. Un logement décent pour toutes et tous !

Ce scandale doit cesser !

La mairie doit faire pression sur la préfecture, pour obtenir la régularisation des résidents, première étape pour qu'ils puissent se soustraire aux griffes du marchand de sommeil. Nous n'obtiendrons satisfaction que par la mobilisation et la solidarité. Ne laissons pas des propriétaires-voyous exploiter des locataires en toute impunité! Nous avons tous et toutes intérêt à faire cesser ces agissements!

Mobilisons-nous!

Rassemblement de soutien,  mercredi 4 mars, 17h,  devant la préfecture de Bobigny
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 19:42
Bondy, le 7/12/2008. L'association des résidents du 50 rue Michelet à Bondy et leur comité de soutien appellent à un rassemblement mercredi10/12, à partir de 17h30, devant la préfecture de Bobigny. Ce rassemblement précédera une rencontre avec le nouveau sous-préfet encharge de ce dossier.

Le 50 rue Michelet à Bondy est une ancienne clinique, reconvertie en toute illégalité en bâtiment d'habitation. Environ 150 personnes y vivent en payant des loyers très élevés. 39 résidents sont sans-papiers. Alors qu'ils habitent à Bondy, travaillent, payent des impôts et ont des enfants scolarisés à Bondy, il est inadmissible qu'ils soient privés de droits et contraints d'accepter de telles conditions de logement du fait de leur situation administrative. Des dossiers de régularisation ont été déposés, avec le comité de soutien.


A ce jour, 14 dossiers ont reçu une réponse négative avec obligation à quitter le territoire français, et 8 n'ont reçu aucune réponse. Tous les résidents et toutes les résidents du 50 rue Michelet doivent être régularisés. Le compte n'y est donc pas.


A l'occasion de la prise de fonction de M. Normand, qui reprend ce dossier à la préfecture de Seine-Saint-Denis, l'association des résidents et le comité de soutien ont demandé une entrevue pour faire le point sur la situation. Elle aura lieu le mercredi 10 décembre à 18h.


Nous appelons à un rassemblement de soutien devant la préfecture de Bobigny à partir de 17h30.


Pour joindre l'association des résidents: arm-b@hotmail.fr, 06.13.12.16.59 ou 06.10.40.86.22 ou 06.23.18.97.11, http://michelet-bondy.over-blog.fr


Soutiens: Alternative libertaire 93, Bondy Autrement, Association des Communistes Unitaires de Bondy, Collectif de soutien aux mal-logés de Bondy, Collectif des sans-papiers de Bondy, Conseil national de la jeunesse malienne de France (CNJM-F), Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, Coordination des groupes anarchistes (CGA), Droit au logement (DAL), Fraction L'Etincelle de Lutte ouvrière, Gauche alternative unitaire (GAU), Haut conseil des maliens de France (HCMF), Ligue des Droits de l'Homme Bondy-Noisy-Rosny, MRAP 93, Les Verts, Parti socialiste Bondy, RESF Bondy, RESF Noisy-le-Sec, RESF Renoir.
Gilbert Roger (maire de Bondy et conseiller général de Seine-Saint-Denis) et tout le conseil municipal de Bondy qui a adopté en vœu en faveur de leur régularisation ; Elizabeth Guigou, députée de Bondy ; Eliane Assassi, sénatrice de Seine-Saint-Denis ; Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis et maire de Montreuil ; Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris ; les élus communistes du conseil général ; Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR ; Sylvain Goldstein, président du MRAP 93.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 20:06
Voici le dernier communiqué de presse de l'association des résidents du 50 rue Michelet à Bondy. Nous relayons cette position et nous continuons à soutenir cette lutte.

Ancienne clinique Michelet

Communiqué de presse

Des papiers pour se loger et travailler dignement

Depuis plusieurs mois, nous sommes en lutte pour notre régularisation.

En effet, nous sommes pour moitié sans-papiers. Ce qui explique que nous avons dû accepter des prix énormes pour des pièces minuscules.

Sur les 37 dossiers déposés,12 régularisations ont eu lieu. Pour la plupart ceux qui ont été régularisés avaient été frappés d'une Obligation à Quitter le Territoire Français (OQTF). Leur régularisation prouve que notre lutte et la solidarité des autres Bondynois-es (1) ont payé.

Cependant, il reste donc les deux tiers des résidents sans réponse, certains depuis3 mois ! Le Préfet doit nous régulariser pour nous sortir des griffes des marchands de sommeil et des patrons voyous.

Nous vivons en France depuis des années, y travaillons, y payons nos loyers et nos impôts, participons activement à la vie de notre quartier, nos enfants y sont nés et y sont scolarisés.

Mal-logés, surexploités, pourchassés...notre combat est celui des droits de l'Homme.

C'est le moment pour chacun de témoigner sa solidarité pour arracher les papiers à la préfecture.

Comment soutenir?

- En prenant contact avec l'association des résidents de Michelet-Bondy pour vous informer ou rejoindre le collectif de soutien : ARM-B@hotmail.fr, 06.13.12.16.59 ou 06.10.40.86.22 ou 06.23.18.97.11 ;
- En participant aux actions, comme les rassemblements devant la préfecture à Bobigny. Pour les connaître : michelet-bondy.over-blog.fr ;
- En écrivant à la préfecture pour apporter votre soutien ;
- En exigeant de vos élus qu'ils fassent pression sur la préfecture.

Les résidents de l'ancienne clinique du 50 rue Michelet

(1) Parmi nos soutiens : Alternative libertaire 93,Bondy Autrement, Association des Communistes Unitaires de Bondy, Collectif de soutien aux mal-logés de Bondy, Collectif des sans-papiers de Bondy, Conseil national de la jeunesse malienne de France (CNJM-F), Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, Coordination des groupes anarchistes (CGA), Droit au logement (DAL), Fraction L'Etincelle de Lutte ouvrière, Gauche alternative unitaire (GAU), Haut conseil des maliens de France (HCMF), Les Verts, Parti socialiste Bondy, RESF Bondy, RESF Noisy-le-Sec, RESF Renoir, Gilbert Roger(maire de Bondy et conseiller général de Seine-Saint-Denis) et tout le conseil municipal de Bondy qui a adopté en vœu en faveur de leur régularisation;Elizabeth Guigou, députée de Bondy; Eliane Assassi, sénatrice de Seine-Saint-Denis; Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis et maire de Montreuil, Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris, les élus communistes du conseil général.

Partager cet article
Repost0