Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 18:05

Les résidents du 50 rue Michelet à Bondy continuent à se battre pour leurs droits. 150 personnes vivent dans cette ancienne clinique dont les chambres ont été illégalement transformées en logements.

Une quarantaine était sans-papiers. Mais après deux ans de lutte, nous n'avons toujours pas obtenu la régularisation de 13 d'entre eux.

- La préfecture oppose un refus « ferme et définitif » à 4 d'entre eux, sans aucune raison objective. Une est mariée à un Français. Trois sont des travailleurs : à l'instar des travailleurs sans-papiers en grève actuellement dans toute l'Ile-de-France, ils sont indispensables à l'économie et à leur entreprise. Ils doivent être régularisés et obtenir les mêmes droits que tous les autres travailleurs.

- Pour neuf résidents, la préfecture avait promis en juin une régularisation. Depuis 5 mois, soit ils n'ont rien reçu, soit on ne leur délivre que des papiers temporaires ne les autorisant pas à travailler !

C'est inadmissible et insupportable. La préfecture de Seine-Saint-Denis ne peut pas continuer à jouer ainsi avec les vies des habitants et habitantes du 50 rue Michelet, qui méritent les mêmes droits que n'importe quel Bondynois et Bondynoise. Ils payent leurs impôts, et leur loyer malgré des conditions indignes. Le propriétaire vient d'ailleurs d'être condamné à remettre le bâtiment aux normes. Bien qu'un incendie ait ravagé trois chambres en avril dernier, la préfecture laisse ces Bondynois et Bondynoises à la merci d'un marchand de sommeil sans scrupule, en refusant de les régulariser. Attend-elle un mort pour nous prendre au sérieux ?

Les résidents du 50 rue Michelet sont des citoyens et citoyennes exemplaires. Impliqués dans le comité de quartier du Mainguy, ils participent activement à la vie de leur quartier et de la ville. S’ils ne sont pas Français, ils sont en tout cas bien « citoyens ». Faut-il priver Bondy de la richesse qu'ils apportent et de leur contribution à la collectivité, pour « faire du chiffre »d'expulsion et faire plaisir à Besson ? Ils vivent et ils travaillent ici, leurs enfants sont à l’école ici, ils doivent rester ici sans craindre chaque jour l’expulsion.

Nous pouvons gagner, battons-nous pour obtenir la régularisation de tous les résidents du 50 rue Michelet à Bondy.


Rassemblement le mercredi 2 décembre à 17h *(départ à 16h20 de la clinique)

Devant la préfecture de Seine-Saint-Denis à Bobigny

avec l’Association des Résidents Michelet Bondy (ARM-B) et son comité de soutien.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 10:29

Pour La Poste, après le non, on continue pour gagner!

La votation citoyenne a été un franc succès populaire :

- plus de 2,3 millions de votant-e-s ;

- plus de 400 000 pour la région parisienne ;

- plus de 75 000 en Seine-Saint-Denis.

- Et 97 % des suffrages exprimés disent « Non » au changement de statut.

Le comité 93 pour la défense du service public postal se félicite de la mobilisation citoyenne et du refus massif du changement de statut. Malgré ses dénis, le gouvernement veut privatiser la Poste comme cela a été fait pour France Télécom il y a dix ans.

Le gouvernement critique le résultat ? Qu'il organise lui-même un référendum. Et s'il n'a pas le courage de le faire, c'est qu'il craint un résultat identique à celui de la votation.

Salariés et usagers de La Poste, même combat.

Le gouvernement ne s'attendait pas à ce raz-de-marée anti-privatisation, et voulait opposer les usagers aux postiers. C'est raté ! Il faut poursuivre dans ce sens pour garder la Poste dans le domaine public. La Poste est le produit du travail de ses agents qui n'ont pas d'autre moyen que la lutte pour protéger leur outil, et améliorer l'emploi et leurs conditions de travail. Les postiers sont déjà frappés par la précarité, les faibles salaires, la détérioration des conditions de travail.

Et c’est cela dont souffrent les usagers dans la dégradation du service postal, parce que la privatisation entraînera la hausse des inégalités sociales à cause de l'augmentation prévisible du prix des services. La Poste nous appartient, à nous ses usagers, nous qui voulons un service public à la mesure, non pas du profit escompté par une poignée d’actionnaires, mais bien de la satisfaction de nos besoins sociaux.

La votation n'est qu'un début, la mobilisation continue.

Donc, à nous d'agir ! Il ne faut pas surtout pas s'arrêter là.

Nous comptons sur la présence du plus grand nombre pour faire de ces rencontres les moments forts d'une mobilisation qui réussira à stopper la machine gouvernementale à tout privatiser.

D'autres rendez-vous ont été décidés par le comité national, notamment :

- Pendant la semaine du samedi 31 octobre au samedi 07 novembre, les comités locaux vont organiser des actions diverses. Le 31 octobre : journée nationale de rassemblements devant les bureaux de poste afin de faire signer la carte postale à envoyer au président de la République pour exiger l'organisation d'un référendum sur le service public postal.

- Le lundi 02 novembre, la loi qui autorisera l'ouverture du capital sera examinée au Sénat. Donc il faudra être le plus nombreux possible devant le Sénat pour rappeler à l'ordre des sénateurs qui n'auraient pas bien compris le résultat de la votation. Les listes d'émargement seront rassemblées pour rendre visible et prouver la légitimité de notre vote !


Rassemblements le 31/10 à Bondy

Le comité local de défense du service public postal de Bondy organise des rassemblements le samedi 31/10, de 10h à 12h, pour faire signer les cartes postales et distribuer le tract départemental.

- Poste principale. Alternative libertaire y sera présent.

- Marché Bondy-sud / Gare RER

- Marché Bondy-Nord

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 15:58
Ce n'est pas Alternative libertaire qui organise, on n'est pas toujours d'accord sur tout, mais Bondy autrement est réellement actif dans les luttes sociales et nous travaillons efficacement et en confiance ensemble, que ce soit au sein du collectif Michelet-Bondy ou du comité de défense du service public postal. Ca vaut bien un petit copinage à propos du débat que Bondy autrement organise lundi prochain.

Démocratie, es-tu (encore) là ?

Si nous dénonçons une monarchie élective en France et à Bondy, est-ce exagéré ? Elit-on des personnes pour qu’elles prennent les décisions à la place des électeurs ? Mais les élus ont-ils un pouvoir ? Ou bien est-ce que le « marché » décide seul ? Sommes-nous fidèles aux principes démocratiques de la Grèce ancienne ? Les élections servent-elles à donner la parole aux citoyens ? Faut-il renier la « démocratie » actuelle ? Que faire d’autre ? Peut-on être un « citoyen » et rester passif en laissant d’autres prendre les décisions ? Les Conseils de quartier peuvent-ils améliorer la démocratie ? Les entreprises, l’armée, sont-elles hermétiques à la démocratie, et définitivement ? Le sarkozysme adapte-t-il une ancienne forme de régime autoritaire, de dictature ?

 

Lundi 12 octobre à 19h15,
espace Chauzy (mairie de Bondy),
avec Jean-Louis Sagot-Duvauroux, philosophe, dramaturge.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 22:00

L'unité est un combat

La mobilisation unitaire contre la privatisation de la Poste l'a encore montré sur Bondy: l'unité est un combat. Certains ont une conception bien étrange du travail unitaire. Et une conception tout aussi étrange de la mobilisation de terrain, d'ailleurs.

Des réunions de préparation réservées aux VIP

Alternative libertaire fait partie, depuis sa mise en place, du comité départemental de défense du service public postal. Nous étions satisfaits lorsqu'en réunion de ce comité départemental, il a été décidé d'organiser une réunion unitaire sur Bondy pour y organiser la votation citoyenne du 3 octobre. Mais c'était sans compter avec le PS. Alors que la réunion unitaire avait été fixée au vendredi 18 septembre, le PS a grillé la politesse à tout le monde en s'autoproclamant organisateur d'un comité local et en convoquant sa propre réunion le lundi précédent. Bien évidemment, nos "amis" socio-démocrates ont aussi soigneusement choisi la liste des organisations invitées. Ainsi, exit Alternative libertaire (dont la présence sur Bondy peut pourtant difficilement être ignorée, à moins d'être aveugle et de ne pas voir nos autocollants!). Exit également Bondy autrement, tout aussi actif dans le comité départemental, mais probablement un peu trop remuant au sein du conseil municipal au gré de socialistes qui ne conçoivent la démocratie que le petit doigt sur la couture du pantalon. Par contre, la CFDT, totalement absente du comité départemental et dont les positions nationales sont pour le moins douteuses, était, elle, invitée!
Les syndicats du comité départemental (SUD-PTT, CGT-FAPT, FO COM) de sont étonnés de cette étrangeté et demandé le maintien de la réunion du vendredi, avec tout le monde cette fois. A cette nouvelle réunion, on retrouvait les syndicats qui luttent réellement contre la privatisation (SUD, CGT, FO... bien sûr nulle trace de la CFDT), et les organisations politiques de "gauche" présentes sur Bondy: Alternative libertaire, Bondy autrement, PCF, les Verts, Parti de gauche, PS. Bien que la discussion ait été totalement décousue et chaotique, certaines décisions ont pu heureusement être prises. Manifestement, beaucoup de "politiques" présents n'ont pas du tout l'habitude d'écouter les autres et de les laisser s'exprimer, vus le brouhaha et les prises de parole sauvages! Belle conception d'un débat démocratique.

Un tract imposé en force

Néanmoins, le pire était encore à venir. Quatre jours après la réunion, le Parti socialiste nous sort un tract à sa sauce, où il valorise les exigences de la CFDT... qui n'était même pas à la réunion! Alors que Bondy autrement avait déjà envoyé le tract rectifié conformément aux discussions collectives, les socialistes ajoutent, retirent, modifient, sans rien changer réellement sur le fond. Mais ça leur permet de montrer que c'est "leur" tract. Et quand Alternative libertaire s'étonne de ces méthodes, le seul argument qu'on nous oppose est qu'"il faut réussir la mobilisation". Certes, mais en quoi le passage en force, la mise devant le fait accompli et le mépris pour les partenaires sont-ils un gage de réussite?!? Nous attendons encore la réponse à cette question.
On note aussi une conception assez curieuse de l'ordre alphabétique, dans lequel la coutume veut que l'on place les organisations dans les tracts unitaires. Là, ça commence par le PS, ça continue avec les gens "fréquentables" (Verts, PCF, PG), et on relègue ensuite les vilains petits canards d'Alternative libertaire et Bondy autrement. Le "A" et le "B" après le "P" et le "V", il faut vraiment mettre en place des cours d'alphabétisation à destination des permanents PS! Quant aux syndicats, ils sont carrément mis après les organisations politiques, alors que la moindre des choses aurait été de leur donner la primauté. Il faut aussi prévoir des cours de géométrie et de traitement de texte, vue la taille "respectable" du logo PS, comparé à celui des autres organisations signataires... Passons enfin sur l'absence de référence au blog du comité départemental de défense du service public postal. Pourtant, Alternative libertaire avait demandé à plusieurs reprises, oralement et par écrit, à ce qu'il soit mentionné. Un oubli malheureux, sans doute? Nous ne pouvons pas croire qu'il s'agisse d'une volonté de passer sous silence l'existence d'une instance légitime dont le PS est totalement absent...
Mais nous ne voulons pas faire exploser le cadre unitaire "simplement" pour ces pratiques méprisables et méprisantes, autoritaires, antidémocratiques et contre-productives. Nous acceptons donc de signer le tract et nous nous préparons à la mobilisation.

Mais ils sont où, les socialistes?

La première mobilisation importante est la votation à l'hôpital Jean-Verdier le 1er octobre à 6h du matin pour le changement entre équipes de nuit et de jour. La veille, on se rend compte qu'il faut bien y apporter les urnes, les bulletins, les tracts et les listes d'émargement. Or personne du Parti socialiste n'y sera! L'organisation qui roulait des mécaniques une semaine plus tôt en annonçant 10 militant-e-s le 3/10 est incapable de trouver quelqu'un capable de se lever le matin. C'est vrai que le parti socialiste est une petite organisation, ils n'ont pas beaucoup de capacité de mobilisation: ils ne tiennent que la mairie, la députation, le conseil général et le conseil régional! Les socio-démocrates sont donc contraints de demander aux libertaires de trimballer leur urne! Un comble...
Autre cocasserie. Le conseil général a prévu des urnes en carton, siglées pour la votation citoyenne sur la Poste. Certes, le PS bondinois est allé les chercher... mais a oublié les socles! Bref, c'est inutilisable en l'état, et il faut utiliser une urne "classique". C'est d'ailleurs le plus simple, il y a des urnes en quantité à al mairie, et c'est ce qui faisait consensus lors de la réunion unitaire. Mais les camarades du PS ont dû avoir une absence à ce moment-là et ne pas entendre...
A propos des urnes du conseil général, on peut d'ailleurs s'interroger sur la pertinence de l'utilisation de l'argent public. C'est bien de soutenir l'initiative, mais des bulletins de vote en noir et blanc faisaient très bien l'affaire sans qu'il soit besoin d'en tirer en couleur, et l'utilisation des urnes municipales aurait pu remplacer avantageusement les grands trucs en carton pas du tout pratiques fabriqués pour l'occasion!

Ach, sabotage!

Mais nos "ami-e-s" socio-démocrates arrivent encore à se surpasser et à nous étonner. Toujours le 1er octobre, une votation est prévue au marché de la gare de Bondy, de 16h à 19h. Et le PS réussit l'exploit de mettre en colère même leurs obligés des Verts! En effet, le PS non seulement n'est pas capable d'apporter lui-même le matériel de votation, mais n'est pas pas foutu de le fournir au camarade des Verts venu le chercher! Au syndicaliste de SUD-PTT qui un peu plus tard s'étonnera de cette attitude frôlant le sabotage pur et simple, il sera répondu que le PS "n'a pas que ça à foutre". Certes. Le même jour, les gentils petits mickeys du PS étaient occupés à se regarder le nombril sur leurs primaires et sur le cumul des mandats!
Au final, la votation pourra tout de même avoir lieu, malgré la mauvaise volonté socialiste, grâce à l'acharnement d'un camarade de Bondy autrement qui fera le forcing pour récupérer le matériel détenu par le PS...

Les cons, ça ose tout...

Mais le PS n'est pas encore arrivé au bout de son numéro. Le samedi 3 octobre, "grand jour" de la votation, le PS s'aperçoit à 7h30 qu'il manque des tables. Oui, le PS a décidé de tout gérer tout seul, a changé le lieu de rendez-vous du samedi matin unilatéralement le vendredi soir. Il avait annoncé s'occuper de tous les aspects matériels avec la mairie. Trouver une dizaine de tables dans une ville de plus de 50000 habitants, ça doit être possible, quand même, quand la mairie est sensée appuyer une initiative.
Il faut dire à sa décharge qu'elle a de bonnes raisons de ne pas avoir confiance, la mairie. Un militant PS avoue un peu penaud avoir... perdu les clés du camion municipal prévu pour le transport du matériel de votation. Un autre a dû être fourni en urgence.
Concernant les tables, c'est Alternative libertaire qui fournira dans un premier temps celle du point de vote à la Poste principale, avant que le problème soit enfin réglé en milieu de matinée.
Mais comme les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait, le PS geint qu'il doit tout faire et s'interroge à haute voix sur ce que font les autres. Ce à quoi la réponse d'Alternative libertaire est claire: fournir des militants de terrain! Car jusque là, le PS n'a quand même pas brillé par sa présence. Il faut dire que le PS "hésite à mettre trop de monde, de peur qu'on dise qu'il récupère"! Sic! Que répondre à un truc pareil?
Dès 11h, les tracts viennent à manquer. Où sont donc passés les 10000 tracts sensés avoir été tirés? Mystère et boule de gomme. Il est mathématiquement impossible que 10000 tracts se soient évaporés entre jeudi et samedi 11h. La mairie et le PS ne savent-ils pas compter? Ou bien le PS a-t-il oublié quelques cartons pleins de tract au fond de son sous-sol? Nous ne le saurons jamais. Ca permet encore une fois à nos grands amis socialistes de se la péter à peu de frais et de manière ridicule en retirant quelques ramettes de tracts en urgence.
Comme il y a quand même des priorités dans la vie, le maire Gilbert Roger n'oublie cependant pas de venir se montrer sur les points de vote et serrer quelques louches.

Jusqu'au dernier instant

Dépouillement à 18h30 en mairie. Et là encore, un grand numéro d'artiste. Une des urnes est fermée par un cadenas, dont personne ne parvient à trouver la clé! Qui a bouclé une urne restée en mairie?On a une idée, mais faute de preuve, on se retiendra de balancer. Bref, le cadenas est bousillé au marteau. J'avais bien proposé de m'occuper de l'urne toute entière au manche de pioche, mais ça n'a pas fait l'unanimité!
Bon, déjà, nous pouvons nous estimer heureux. On n'a pas découvert au milieu des votes sur la poste une urne pleine de bulletins "Martine Aubry" ou "Ségolène Royal", c'est déjà ça.
Nous aurons vraiment bu la coupe jusqu'à la lie. Au moins, maintenant, nous savons pour l'avenir très exactement à quoi nous attendre avec la PS bondinois.


Et un petit dernier pour la route. Par curiosité, jetez un coup d'oeil au blog du PS bondinois. Aucune mise à jour depuis juin et la déroute socialiste des européennes. Aucune annonce de la votation. Pathétique.
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 19:41
Ce samedi 3 cotobre était le "grand jour" pour la consultation nationale sur l'avenir du service public postal. A Bondy comme partout en France, les usagers et usagères de la Poste tout comme les postiers et postières étaient appelés à s'exprimer sur la privatisation.
Un peu moins de 200 personnes ont voté de 8h à 12h devant la Poste principale, malgré le froid, où Alternative libertaire 93 a tenu le point de vote avec la CGT-FAPT, et partiellement le PS et les Verts.
Au final, presque 2600 personnes ont voté sur l'ensemble de la ville. 98,2% (en comptant les blancs et nuls, que nous autres libertaires n'avons pas l'habitude de ne pas considérer...) se sont opposés aux projets gouvernementaux de destruction du service public postal.
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:27
Ce matin à 6h, une demie douzaine de militants de SUD-Santé, CGT-FAPT, Alternative libertaire, Bondy autrement et des Verts ont organisé la votation citoyenne sur l'avenir du service publique postal à l'hôpital Jean-Verdier de Bondy. En deux heures, plus d'une centaine de personnes se sont prononcés sur le projet de privatisation que le gouvernement veut imposer. Vues les réactions et les discussions que nous avons eues avec les personnels et les patients, on peut penser que le vote à été très largement contre la casse du service public postal.
Les personnels, en particulier, se sentent concernés. Ils savent que le service public hospitalier subit lui aussi de lourdes attaques, et ils n'ont guère de doutes sur le fait qu'ils risquent d'être le prochains sur la liste. La manière dont l'hôpital public est privé de moyen pour empêcher les personnels de remplir correctement leur mission est symptômatique de ce type de projet de vente aux intérêts privés.
Beaucoup de questions ont porté sur ce qui peut ressortir de cette votation. Ne soyons pas naïfs: pas grand-chose. Elle a surtout une portée symbolique. Elle vise à sensibiliser l'opinion publique sur le sujet et à en faire parler. Mais c'est se bercer d'illusions que de croire que le gouvernement pourrait sous la contrainte organiser un "vrai" référendum sur la question. Pour le faire plier, il faudra plus que des simulacres. Il faudra une mobilisation d'ampleur des postiers et postières, soutenus par les usagers et les usagères. Cette mobilisation reste possible et nécessaire. La votation n'est là que pour l'aider. C'est un moyen, pas un but.
Cet après-midi, suite à la gare RER de Bondy à partir de 16h!
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 16:01

Jusqu’au samedi 3 octobre 2009, devant vos bureaux de Poste

Consultation nationale contre la privatisation de La Poste pour un débat public et un référendum sur le service public postal

La Poste est le premier service public de proximité, son rôle est déterminant dans notre mode de vie : courrier, accès au service bancaire, maillage territorial. Cela est encore plus vrai en période de crise…C'est pourtant le moment choisi par le gouvernement et la direction de La Poste pour transformer La Poste en société anonyme.

On nous dit que le capital sera public à 100%. Mais on nous a déjà fait le coup : France Telecom, EDF, GDF… Avec les mêmes conséquences : augmentation des tarifs, baisse de la qualité du service, précarisation des salariés, suppressions massives d’emplois. La priorité est donnée à la satisfaction des actionnaires et des financiers au détriment des salariés et des usagers.

A Bondy aussi, la qualité du service postal a été sciemment dégradée pour préparer cette manœuvre gouvernementale en limitant les investissements. Depuis 2002, près de 6000 bureaux de poste sur 17000 ont été modifiés et plus de 50000 emplois supprimés.

A Bondy aussi, cela se traduit par l'espacement des tournées, les délais croissants de livraison du courrier, les réductions d’horaires, l'allongement des files d'attentes voire la suppression de bureaux de postes.

Nous, citoyens bondynois, attachés au service public et aux valeurs de solidarité nationale qu’il doit continuer à porter, disons NON à ce projet, qui n’est rien d’autre qu’un premier pas vers la privatisation.

A Bondy aussi, une privatisation de La Poste ne ferait qu’accélérer la détérioration du service rendu aux usagers pour une rentabilité maximale immédiate et pour privilégier les impératifs financiers au détriment de l'intérêt général.

L’ensemble des formations politiques progressistes et des syndicats représentés à Bondy se joignent à cet appel, à la suite du Comité national regroupant plus de 50 organisations politiques, associatives et syndicales, créé en septembre 2008 qui a demandé au président de la République d’organiser un référendum sur l'avenir de La Poste. Sans réponse à ce jour.

C'est pourquoi, face à la menace de privatisation de La Poste, vous exprimerez votre refus en votant massivement NON au projet gouvernemental, lors de la consultation nationale organisée près de chez vous jusqu’au samedi 3 octobre 2009.

Les urnes se trouveront aux endroits suivants :

- A la mairie, toute la semaine, à l’accueil.

- A la gare, un vote aura lieu le jeudi 1er octobre de 16h à 19h.

Le 3 octobre, entre 8h et 18h :

- Kiosque Tati,

- Monoprix,

- Poste Nord, le matin, et LIDL nord, l’après-midi,

- Poste Mainguy, le matin,

- Poste Philosophie, le matin, et Franprix, l’après-midi,

- Poste Principale, le matin, et Ecomarché, l’après-midi,

- Marché nord, le matin, et ED, l’après-midi,

- Marché sud et gare, le matin, Intermarché, l’après-midi,

Le dépouillement aura lieu à 18h30 à l'espace Chauzy (mairie de Bondy).

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 15:00
Dans les boites aux lettres bondinoises hier mercredi, nous avons eu le bonheur de trouver un courrier de notre "bon maire".  C'est qu'il est ennuyé. Il a de méchants roms qui squattent sa jolie ville et la défigurent. Heureusement, il a pris les choses en main pour protéger ses pauvres administrés! "Nous avons engagé [...] des actions en vue de l'évacuation de ces campements". Mais attention, ce n'est pas un vidage xénophobe. Non, non, on les dégage manu militari, mais c'est humanitaire! En effet, l'évacuation, c'est pour faire "face aux conditions de vie très précaires de ces familles démunies". Bref, comme elles n'ont pas grand-chose, pour les aider, on va leur enlever le peu qu'elles ont. Des fois, la logique des élus professionnels du PS est un peu tortueuse... pour ne pas dire complètement délirante...

Mais ce n'est pas sa faute, aussi. Il est sous pression, Gilbert Roger. En effet, il commence sa lettre en expliquant que les Bondynois et les Bondynoises sont "nombreux à avoir exprimé ces derniers mois [leur] inquiétude au sujet des populations rroms [...] installées dans des campements le long du canal de l'Ourcq". Nombreux? Bon, déjà, ce n'est pas moi... Etant donné que les-dits campements sont dans une zone commerciale, sans habitation à proximité, on se demande qui a bien pu ainsi exiger qu'on les dégage. A moins que les patrons de grandes surfaces représentent une population "nombreuse"?

Certes, il faut reconnaître qu'il n'a pas tort quand il écrit que Bondy seul ne peut pas régler la situation et répondre aux besoins des roms. L'Etat doit prendre ses responsabilités. Mais le maire de Bondy est assez sélectif dans ces responsabilités à prendre puisque sa préoccupation principale est que le "Préfet de Seine-Saint-Denis [fasse] exécuter cette décision de justice [d'évacuation de ces campements], avec le concours de la force publique"! Envoyons les flics! Et pourquoi pas les blindés et un appui aérien, pendant qu'on y est?

Mais tout cela n'est pas grand chose à côté de la petite phrase abjecte qui tombe en bas de page et laisse pantois de la part d'un élu soit-disant de gauche. "La mairie de Bondy [s'est] rapprochée des représentants des populations rroms afin de les sensibiliser à un comportement plus respectueux de leur environnement"! S'ils vivent dans un camp, c'est parce qu'ils ne font pas attention. On a craint un moment que le coup parte tout seul et que les mots "pouilleux" ou "voleurs de poules" ne glissent du stylo du maire, mais il a réussi à se retenir. Bravo.

Ca fait du bien de se sentir ainsi protégé...


Partager cet article
Repost0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 21:34
Lassana Konaté, le résident de la clinique Michelet qui fait partie des 4 que le préfet ne veut pas régulariser - il ne faut pas qu'il soit dit qu'il y a eu régularisation globale ! - a été libéré le 15 juillet au matin.

 

Il était arrivé au terme des 15 premiers jours de rétention administrative et, le consul du Mali ayant refusé de délivrer le fatidique laisser-passer au regard de sa situation de futur père et des certificats médicaux de sa compagne attestant d'une grossesse à risque, il n'était pas embarquable.....

 

Tant mieux.

 

On attend toujours le délibéré du référé liberté dont l'audience était vendredi 10 juilllet. La justice n'est décidemment pas pressée ! Il avait tout le temps de se faire expulser !

 

En attendant, il demeure en danger puisqu'il n'a toujours pas de titre de séjour.

 

On ne connait pas encore la date de son recours en appel contre la décision du Tribunal administratif qui avait confirmé son Obligation à Quitter le Territoire Français, mais pour lui, comme pour les autres, le soutien ne doit pas mollir.


Vous pouvez signer la pétition.

 

La suite au prochain épisode !

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 18:49
Communiqué de presse du comité de soutien aux résidents de la clinique Michelet

 

Lassana KONATE, bientôt papa, doit être libéré !

 

Lassana Konaté fait partie des 40 sans papiers accompagnés de 21 enfants, victimes d'un marchand de sommeil, qui habitent l'ancienne clinique Michelet à Bondy et qui se battent depuis 2 ans pour leur régularisation.

 

La préfecture a décidé d'en régulariser 36 et de s'arrêter là. Pour l'exemple.

 

Lassana Konaté fait partie des 4 refusés.

 

Il a reçu une OQTF le 26/11/2008, a fait un recours gracieux, un autre au TA qui confirma son OQTF le 15 mai. Il fait appel.
Interpellé samedi 27, il est depuis lundi an centre de rétention de Bobigny.

 

Pourtant, il est présent depuis 5 ans en France, possède des diplômes de l'enseignement supérieur et travaille comme électricien. Orphelin et fils unique, il n'a plus d'attache au pays et va bientôt devenir papa.

 

Depuis plus d'un an, il vit avec Eliana, qui est kinésithérapeute dans un grand hôpital parisien et attend un enfant. Elle est de nationalité espagnole et son père français.

 

Lassana doit être libéré pour voir naître son enfant et doit avoir un titre de séjour pour l'élever.

 

L'avenir de ce couple et de leur enfant est en France et nulle part ailleurs !

 

Nous appelons chacune et chacun à signer et faire signer cet appel par écrit ou par internet :

http://www.educationsansfrontieres.org/article21205.html.

 

Bondy, le 7 juillet 2009

 

Dernière minute: Lassana passe en référé liberté le vendredi 10 juillet à 14h, au tribunal administratif de Cergy-Pontoise (2 bd de l'Hautil à Cegy-Pontoise, RER A station Cergy-Préfecture). Venez le soutenir!

Partager cet article
Repost0