Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 08:21

Le marchand de sommeil propriétaire du 50 rue Michelet à Bondy veut en expulser les résidents. Ils ont le tort à ses yeux de défendre leurs droits. Le propriétaire doit assumer ses responsabilités et remettre les lieux en état. La justice doit refuser de le laisser l’instrumentaliser.

 

Les résidents du 50 rue Michelet à Bondy, sont victimes d'un marchand de sommeil. Cette clinique transformée illégalement en logements est louée à des tarifs exorbitants. Les résidents n’ont pas le choix car ils ne trouvent pas de logement ailleurs. Ils ont tous un bail et des quittances de loyer : ce ne sont absolument pas squatters, mais des locataires victimes d’un propriétaire sans scrupule.

Le propriétaire n’assume pas ses responsabilités d’entretien. Un incendie a détruit 3 chambres, heureusement sans faire de victime.

Grâce à la mobilisation des résidents, de leurs soutiens et des bondynois et bondynoises, la plupart des sans-papiers du 50 rue Michelet ont été régularisés : il ne reste que 2 dossiers en instance.

La préfecture de Seine-Saint-Denis fait la sourde oreille les concernant, mais nous ne nous résignons pas et nous resterons mobilisés jusqu'à la régularisation de tous les résidents.

Le propriétaire de l'immeuble a été définitivement condamné à mettre les lieux aux normes. Il prend ce prétexte pour assigner les résidents en justice (audience le 6 juin 2011), demander leur expulsion, et ainsi fuir ses responsabilités. Il tente surtout de les asphyxier financièrement. Leurs revenus sont faibles ; les loyers exorbitants exigés par le Dr. Mignen pèsent lourd.

Il reste environ 5 000 euros de frais d'avocat à régler pour qu’ils puissent se défendre. Nous avons besoin de votre solidarité financière pour que les résidents du 50 rue Michelet puissent se défendre.

Mais le propriétaire est également poursuivi par le Procureur de la République pour Soumission de plusieurs personnes vulnérables ou dépendantes dont au moins un mineur à des conditions d'hébergement indignes (Art 225-14, 225-15 A3 du code pénal). L’audience doit avoir lieu le 11 mai 2011 à 13h30 au tribunal correctionnel de Bobigny. Venez nous soutenir contre les agissements de ce marchand de sommeil.

 

Soutenez-nous !

- Envoyez vos dons, à l'ordre de la Ligue des Droits de l’Homme, avec la mention « Solidarité Michelet » à LDH Bondy, c/o Centre Gérard Philippe, 115 rue Jean Jaurès, 93130 Noisy le Sec.

- Venez nous soutenir lors des audiences le 11 mai 2011 et le 6 juin 2011 à Bobigny.

- Envoyez vos messages de soutien à ARM-B@hotmail.fr.

- Suivez l’actualité de la lutte : http://michelet-bondy.over-blog.fr

 

clo-deux.JPG

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 18:30

La semaine dernière, les boites aux lettres de l'avenue Carnot à Bondy ont été souillées par un tract ultralibéral sur les travaux de l'avenue Carnot!

 

L'avenue Carnot est en travaux depuis plusieurs mois et pour plusieurs mois encore. La réfection de la partie centrale ne fait que commencer. Ces travaux étaient une nécessité absolue. La rue était dans un état lamentable: Paris-Roubaix ou le Paris-Dakar, c'était de la gnognotte à côté de la remontée de l'avenue Carnot!

 

Certes, la méthode soc-dem de Gilbert Roger pour lancer et mener ces travaux est très, très loin d'être exemplaire.

- Sur la forme d'abord, on ne peut pas dire que la démocratie soit le fort du maire de Bondy. Certes, il y a eu une réunion publique d'information. Mais justement, il n'y a eu que ça! Il n'y a eu aucune concertation réelle avec les riverains, aucun débat, aucune élaboration collective. "Voilà, c'est comme ça, et ça ne se discute pas, mais vous pouvez poser 2 ou 3 questions pour faire semblant", telle est la méthode de Gilbert Roger.

- Sur le fond ensuite, on peut légitimement interroger les choix urbanistiques qui ont été faits pour ces travaux.Par exemple, il est contestable de réserver 1/3 de la surface à des pistes cyclables. En effet, le nombre de vélos circulant actuellement dans Bondy est ridicule. Les parcs à vélos sont quasi inexistants. L'utilité de cette piste n'est pas du tout démontrée. A-t-il été envisagé comme alternative une voie de bus en voie propre, par exemple? Car des bus, par contre, il y a! Pas assez, certes, mais bon... On peut facilement imaginer que le choix des pistes cyclables n'a pas répondu à un besoin des Bondynois et Bondynoises, mais à une posture idéologique. D'une part il s'agissait de faire du Delanoë à Bondy. D'autre part, il s'agit manifestement pour le PS local de se concilier ses vassaux verts à l'heure où la succursale PCF semble plus tentée par l'OPA du Front de Gauche que pas rester dans l'orbite soc-dem'.

 

Si l'on peut contester les choix de la mairie, nous n'en adoptons pas pour autant le point de vue vomitif de l'ACCB. Cette association à l'appelation certifiée 100% poujadiste voulait simplement que rien ne change et conserver une rue pourrie aux trottoirs défoncés et aux bosquets transformés en décharge.

Mais surtout, l'ACBB fait de l'apologie ultralibérale alors même que le système capitaliste a démontré une fois de plus sa stupidité et son caractère malfaisant dans la dernière crise. En effet, les réacs de l'ACBB méprisent la démocratie. Ils ne connaissent que la Bourse et la spéculation: "Vous payez des impôts, vous êtes des actionnaires de la ville"!

Non, les citoyens et les citoyennes ne sont pas des actionnaires! Non, nous ne payons pas des impôts par esprit de lucre spéculatif!

 

Décidément, les ennemis de nos ennemis ne sont vraiment pas nos amis. Et il y a trois visions antagonistes de la voirie urbaine. La nôtre est au service des Bondynois, celle du maire au service de ses magouilles électoralistes, et celles des racs poujadistes de l'ACCB au service de leur égoïsme et de leur porte-feuille!

 

CCF19042011.jpg

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 07:13

Le Collectif Alternative libertaire Seine-Saint-Denis sera présent à la fête organisée le 9/4 à Bondy avec Bondy autrement, l'Association des Résidents de Michelet-Bondy, l'association franco-tamoule de Bondy, le Parti de Gauche, les Alternatifs, la Coordination Eau Ile-de-France...

FeteBondy.jpg

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 22:15

Michelet03.jpgLe marchand de sommeil propriétaire du 50 rue Michelet tente d'expulser les résidents, sûrement trop remuants à son goût! Le procès a lieu le 24/1, 9h30 au tribunal d'instance de Bobigny. Nous appelons à venir soutenir les résidents de Michelet! Nous appelons aussi à les aider à régler les frais d'avocat (voir appel ci-dessous). Le proprio, le Dr Mignen, est par ailleurs poursuivi pour Soumission de plusieurs personnes vulnérables ou dépendantes dont au moins un mineur à des conditions d'hébergement indignes. Procès le 11/5 à 13h.

 

L’association des résidents de Michelet appelle les Bondynois à verser largement à la souscription pour payer l’avocat qui doit plaider. Ce sont trente cas que le propriétaire assigne pour les expulser. Après les Aides Juridictionnelles, il reste à payer 5.000 €. Chaque famille doit payer 180€, mais pour certaines d’entre elles, elles n’ont aucun salaire. La solidarité des Bondynois doit permettre de battre le propriétaire, cette bataille concerne tous les Bondynois.

Rappelons que le propriétaire a déjà été condamné. Et il est de nouveau convoqué suite à une plainte du procureur de la république… Son assignation a pour but de procéder à notre expulsion alors que nous payons très cher pour des chambres minuscules.

Les chèques doivent être mis à l’ordre de LDH Bondy (La ligue des Droits de l'Homme) avec la mention « solidarité Michelet » au dos et transmis à des militants ou des soutiens de notre lutte, ou encore envoyés à Ligue des Droits de l'Homme

c/o Centre Gérard Philippe
115 rue Jean Jaurès
93130 Noisy le Sec

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 22:30

eau.JPGOrganisée à l’initiative du collectif pour une gestion publique de l’eau regroupant Alternative Libertaire 93, Bondy autrement, Bondy écologie, Ligue des Droits de l’Homme, Parti Communiste de Bondy, Parti de Gauche, Verts de Bondy :

« Quel mode de gestion de l’eau pour les 400 000 habitants d’Est Ensemble ? »

 

Mercredi 10 Novembre à 19 hMairie de Bondy - Espace Chauzy

Projection d’un extrait du film « Water Makes Money »

Entrée libre et gratuite

 

En présence d’élus communautaires dont notamment Gilbert ROGER maire de Bondy, Sylvie BADOUX, Patrick SOLLIER et Daniel BERNARD vice-présidents d’EST ENSEMBLE, Marc LAIME journaliste, Jean-Claude OLIVA Coordination Eau Ile-de-France.

La possibilité d’un retour à une régie publique de l’eau sera votée au conseil communautaire du 23 novembre 2010…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 10:05

Maintenant qu'on s'est vraiment comptés, il faut vraiment y aller !

 

Samedi 16 octobre à 13h30 départ de la gare RER de Bondy pour la manifestation.

 

Et l'appel des enseignants de Renoir à la manif et à la suite :

 

Appel aux lycéens et à leurs parents

Nous, enseignants et personnels de la cité scolaire Jean Renoir, en grève reconductible depuis le 12 octobre, appelons les lycéens et leurs parents à nous rejoindre lors de la manifestation du samedi 16 octobre pour le retrait de la réforme des retraites.

Cette réforme vous concerne : non seulement le maintien des salariés dans leur emploi jusqu'à 67 ans pourrait retarder encore votre accès au travail, mais de plus, vous auriez à travailler vous-mêmes jusqu'à 67 ans pour une retraite amputée, voire au-delà si cette loi, comme on le craint, ne constitue que le premier des allongements du temps de travail.

Par ailleurs, nous constatons que, depuis mercredi 13 octobre, le gouvernement répond par la violence et la répression aux manifestations des lycéens qu'il tente ainsi de dissuader de rejoindre le mouvement. C'est pourquoi nous vous incitons :

- à manifester à nos côtés derrière la banderole du lycée Jean Renoir,

- à nous retrouver ce samedi à la gare de Bondy à 13H30 pour aller ensemble à la manifestation,

- ou à nous y rejoindre à 14H30 à Paris place de la République devant Darty (av. de la République).

L'AG des enseignants du collège et lycée Jean Renoir et leurs organisations syndicales SNES, SUD, FO.

 

Merci à Bondy Autrement pour les informations

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 07:33

0305imgretraites.jpgDevant le refus du gouvernement Sarkozy- Fillon d’entamer de vraies négociations à propos de la question des retraites.

Devant son obstination à voter à toute vitesse une loi que 71 % des français réprouvent, l’intersyndicale de la ville de Bondy appelle à une manifestation départementale au  départ de la mairie de Bondy, jeudi 14 octobre à 13 h en direction de la Préfecture de Bobigny.

 

A l’appel des employés CGT de la mairie de Bondy et des membres de l’Intersyndicale du lycée Jean Renoir (SNES - SUD - FO).

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 21:44

Illégalement convertie en logement par un marchand de sommeil, la clinique du 50 rue Michelet à Bondy abrite cent cinquante résidents, en lutte depuis plus de deux ans pour des régularisations et pour un habitat décent.

 

Derrière la société officiellement propriétaire des lieux se cache le Dr. Mignen, un anesthésiste en retraite, mais exploiteur bel et bien en activité, qui loue les chambres de la clinique (10 m2) pour 500 euros par mois, voire plus ! Tous les occupants ont un bail – aux clauses illégales - et paient leur loyer. Mais une quarantaine d’entre eux étaient sans-papiers il y a 3 ans, ce qui en fait des cibles faciles.

 

Papiers : 80% de régularisations

 

Mais la lutte a payé. Les résidents se sont constitués en association et ont su mobiliser un comité de soutien sur la ville. Certes, ce dernier s’est étiolé au fil du temps : en dehors d’Alternative libertaire 93 et de Bondy autrement, on ne voit guère les autres composantes quand il faut constituer ou déposer les dossiers. Malgré les changements d'interlocuteurs - déjà trois préfets et sous-préfets d’arrondissement successifs -, résidents et soutiens ont obtenu 35 régularisations. La lutte continue pour les cinq derniers cas à régler.

 

Menace d’expulsion

 

Mais aujourd’hui, une nouvelle menace plane sur les résidents : celle de l’expulsion. Après plusieurs années de procédures, la municipalité de Bondy a fait condamner le propriétaire à effectuer des travaux de remise aux normes. Des travaux bien nécessaires : en avril 2009, un incendie a dévasté trois chambres, et révélé la dangerosité des systèmes de sécurité.

 

Le propriétaire prend maintenant prétexte de cette condamnation pour assigner les résidents en justice, en vue d’une expulsion ! Le fait que les résidents s’organisent pour se défendre incite probablement le propriétaire à remplacer des habitants trop « rebelles » par de plus démunis, donc plus dociles. Le Dr Mignen a par ailleurs cessé tout entretien des locaux : plus aucun ménage n’est fait dans les parties communes. Les résidents s’attendent à ce qu'il coupe l’eau ou l’électricité prochainement, pratique dont il usait déjà en cas de loyer en retard...

 

Quelles perspectives ?

 

Officiellement, la mairie de Bondy soutient les résidents du 50 rue Michelet. Elle s’est engagée publiquement à faire rétablir les fluides en cas de coupure. Cependant, elle refuse toujours de parler de ses projets pour le lieu. Le scepticisme est donc de mise, entre les maigres perspectives de relogement, et le refus des autorités « compétentes » de reconnaître officiellement l'insalubrité des logements, afin ne pas se créer d’obligation. Alors que la majorité municipale se gargarise de son rôle dans les régularisations, résidents et soutiens savent bien que tout ce qui a été obtenu ne l’a été que par la lutte. Et c’est par la lutte que la question du logement peut trouver une issue favorable. L’association des résidents s’est constituée en comité Droit au Logement. Ce 12 septembre, veille de l’audience provoquée par Mignen (finalement reportée au 24 janvier), un repas de solidarité a réuni quelques quatre vingt personnes, démontrant que les familles ne sont pas isolées. Reste le plus difficile : développer encore la mobilisation pour obliger municipalité et préfecture à prendre leurs responsabilités à l’encontre du propriétaire comme envers les résidents.

 

Laurent Scapin (AL 93) - paru dans Alternative libertaire n°199

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 07:22

Hier soir, les résidents du 50 rue Michelet à Bondy étaient reçus par le maire, entouré de quelques adjoints. Les résidents étaient accompagnés de soutiens d'Alternative libertaire, de Bondy autrement et de RESF, en présence de membres du site Expression93.fr. En effet, ces résidents sont en lutte contre le marchand de sommeil qui les exploite, et sont maintenant menacés d'expulsion. Le propriétaire prend prétexte de sa condamnation par la justice suite à une action intentée par la municipalité.

 

Toute la première partie de l'entretien ne nous a pas appris grand chose. Gilbert Roger a sorti les violons pour redire son "soutien", qu'il est "aux côtés" des résidents et débiter une série de banalités sur l'audience du 13 septembre, archi-connues des résidents et de leurs soutiens. Il a ensuite pris quelques engagements qui ne coûtent pas cher: donner à l'avocat des résidents les informations dont il aura besoin (alors que les soutiens réclament depuis des mois et des mois communication des précédents jugements ayant opposé la municipalité au Dr Mignen jusqu'à sa condamnation définitive en appel et au rejet de son pourvoi en cassation), enclencher une enquète sociale préparatoire à des dossiers de demande de logement auprès des bailleurs sociaux, passer en coup de vent dimanche au repas de soutien organisé par les résidents...

 

Les choses se corsent quand on entre dans le dur. Gilbert Roger annonce clairement que l'objectif de la mairie est la fermeture pure et simple de la clinique. Certes, il s'agit d'un objectif compréhensible voire louable, puisque c'est le seul moyen de faire cesser réellement les exactions du marchand de sommeil qui en est le propriétaire. Mais cette affirmation pose immédiatement la question du devenir des presque 150 personnes qui y sont actuellement "piégées". Où s'agit-il de les mettre? A la rue, sur le trottoir devant le 50? Ailleurs? A cette question, la réponse reste bien évasive: "chez les bailleurs sociaux". Comment? Où? Surtout, n'en discutons pas...

 

Deuxième question: que compte faire la mairie du 50 rue Michelet, si le bâtiment est fermé et alors que le Plan d'Occupation des Sols interdit de le transformer en logements, comme Gilbert Roger l'a répété en boucle? Là, même pas de réponse évasive. La question est purement et simplement ignorée. On ne saura donc pas, une fois de plus, ce que la mairie a en tête et quelle est sa stratégie. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir posé et reposé la même question depuis 3 ans. Le même mutisme obstiné accueille systématiquement cette interrogation somme toute légitime.

 

Enfin, Gilbert Roger tombe un peu le masque en fin de réunion en passant de la compassion paternaliste aux menaces. Un résident s'énerve devant le discours lénifiant, et dit qu'il en assez d'entendre les mêmes mots depuis 7 ans, qu'il attend maintenant des actes. La réponse de Gilbert Roger? Si vous n'êtes pas contents, je peux arrêter de vous soutenir et m'aligner sur d'autres maires comme celui du Raincy! Bel exemple! Quelle référence! Rappelons que le maire du Raincy est Eric Raoult, un digne représentant de la droite extrème!

 

S'ensuit une séance stupéfiante d'autosatisfaction de la part de l'équipe municipale, qui soutient hardiement que ce qui a été obtenu jusqu'à présent concernant les régularisations de résidents sans-papier ne doit pas grand-chose à la lutte et quasiment tout au formidable entregent de Gilbert Roger et à ses interventions décisives! Militants et militantes, sachez-le, tout ce que vous faites ne sert à rien! Résidents, inutile de vous mobiliser! Papa Roger est là pour vous protéger et s'occuper de tout.

 

Malheureusement, cette position délirante n'a rien de surprenant. Elle est symptomatique d'un PS qui ne considère les luttes qu'à travers ce qu'elles lui rapporteront électoralement.

 

Les résidents, heureusement, sont plus conscients que le maire de Bondy de ce que leur mobilisation et leur solidarité ont rapporté et de ce que les (vrais) soutiens ont fait pour eux. La lutte continue!

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 10:22

Repas-solidaire---12-septembre-2010.jpgAttention, cette initiative remplace celle initialement prévue le 5 septembre 2010.

 

Le marchand de sommeil propriétaire du 50 rue Michelet à Bondy veut en expulser les résidents, et les assigne pour cela au tribunal le 13 septembre. Ils ont le tort à ses yeux de défendre leurs droits. Nous refusons cette expulsion : le propriétaire doit assumer ses responsabilités et remettre les lieux en état.

 

Le 50 rue Michelet à Bondy est une clinique, transformée illégalement en immeuble d’habitation par son propriétaire. 150 personnes y vivent dans des petites chambres louées à des prix exorbitants (parfois plus 500 euros par mois pour 10 m2). Les résidents ont tous des baux, payent leur loyer, travaillent, payent leurs impôts. Mais certains étaient sans-papiers, les mettant en situation de vulnérabilité face aux prédateurs immobiliers. La grande difficulté à se loger en Ile-de-France permet à des personnes comme le propriétaire de la clinique Michelet de pressurer des locataires.

Le 50 rue Michelet n’est pas entretenu. Les normes de sécurité ne sont pas respectées. En avril 2009, un incendie a d’ailleurs ravagé trois des chambres. Heureusement, il n’y a pas eu de blessé. Certaines chambres ont fait l’objet d’arrêts limités d’insalubrité.

Condamné à remettre les lieux en état et aux normes, le propriétaire profite du mois de juillet pour assigner tous les résidents devant le tribunal le 13 septembre 2010 en vue d’une expulsion ! Il prépare manifestement une nouvelle opération immobilière spéculative sur le dos des résidents !

L’association des résidents de Michelet-Bondy ne se laissera pas faire ! Nous les résidents, nous voulons faire valoir nos droits à un logement décent.

Le comité de soutien à Michelet-Bondy, qui soutient depuis plus de 2 ans la régularisation des quelques dizaines de sans-papiers du 50 rue Michelet, refuse cette expulsion et s’y opposera par tous les moyens.

Nous réclamons que les autorités municipales et préfectorales prennent enfin pleinement leurs responsabilités dans ce dossier. Au lieu de tergiverser, elles doivent reconnaître le caractère indigne de ces logements. Elles ont les moyens de faire pression sur le propriétaire pour qu’il respecte la décision de justice, remette les lieux en état et reloge les habitants. Encore faut-il que la préfecture de Seine-Saint-Denis et la mairie de Bondy empêchent le propriétaire de vider les lieux !


Venez manifester votre solidarité avec les familles résidentes !

Repas (yassa, mafé, tiep) anti-expulsion le dimanche 12 septembre à 12h au 50 rue Michelet


Envoyez vos messages de soutien à ARM-B@hotmail.fr.

Suivez l’actualité de la lutte : http://michelet-bondy.over-blog.fr

Partager cet article
Repost0