Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 10:27

Communiqué de Droit au logement

RV dimanche 14 à 11H, métro Pablo Picasso – BOBIGNY

 

dalDroit Au Logement fait part de sa tristesse après le décès de la petite Mélissa, dans l’incendie du bidonville de Bobigny , apporte son soutien à sa famille, et participera à la marche blanche de dimanche;

Droit Au logement dénonce les propos indignes du Préfet de Seine Saint Denis qui accuse la Mairie de Bobigny de ne pas avoir expulsé ces familles. Mais qui est responsable devant la loi de la mise en œuvre le droit à l’hébergement dans le Département ? Le Préfet. La Seine Saint Denis ne fait pas exception.

Nous dénonçons également les quelques mots lâché par le ministre de l’Intérieur évoquant une installation “illicite”, comme si finalement la mort de cette petite fille était de la responsabilité de ses parents.

Il justifie ainsi sa politique de destructions et d’expulsions, été comme hiver, de manière répétée pour décourager ses habitants de se réinstaller ... En violation également du droit à l’hébergement, prévu jusqu’à une orientation vers un relogement ou un hébergement de stabilisation.

Nous n’avons pas oublié que la “loi Vivien” donnait un droit au relogement des habitants d’îlots insalubres, c’est à dire de bidonvilles, même sans titre d’occupation. Cette disposition de bon sens qui a incité à édifier les logements sociaux nécessaire à leur relogement a été abrogée en 2005 à la demande expresse du ministre l’Intérieur, ce dernier voulant lancer sa campagne de stigmatisation et de répression des Roms.

Mais qu’attend ce gouvernement pour rétablir le droit au relogement des habitants de bidonville et de taudis au lieu de les harceler, les réprimer, les expulser et d’en faire les boucs émissaires de notre pays ?

Tandis que le gouvernement Hongrois, change sa constitution pour envoyer en prison les sans abri qui “récidivent” 3 fois plutôt que de les loger, jusqu’où ira le Gouvernement Français dans le reniement et le refus de leur reconnaître ce droit au relogement.

Nous serons à Bobigny au coté des expulsés-harcelés-stigmatisés, véritables souffres douleurs du pouvoir d’aujourd’hui et d”hier.

Un toit c’est un droit !

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 21:10

Communiqué de presse

Les sections syndicales CGT et SUD du centre de tri postal de BOBIGNY organisent une conférence de presse le lundi 10 février 2014 à 12 heures 30 devant la direction départementale de la poste de Seine‐Saint‐Denis, 200 avenue Paul Vaillant Couturier a BOBIGNY.

Nous appelons les syndicats locaux et départementaux ainsi que les élus à exprimer leur soutien à notre action visant à empêcher la fermeture à la fin de l’année du centre de tri départemental de la poste.

Cette restructuration vise non seulement à délocaliser plus de 200 emplois de postiers mais également à transférer le tri du courrier pour les usagers de Seine‐Saint‐Denis dans les départements limitrophes 77 et 95.

Notre département serait le premier d’Ile de France à ne plus avoir son courrier trié sur place.

Notre action pour le maintien du centre de tri, créé en 1976 dans la zone industrielle des Vignes à BOBIGNY, vise tout autant à défendre tous les emplois qu’un acheminement de proximité du courrier aux usagers du département.

 

Contacts :

CGT : Alain Millard : 06 83 32 75 83 / alain‐millard@orange.fr

SUD : Philippe Chamek : 06 79 08 09 27 / philippe.chamek@orange.fr

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:50

feminisme3.jpgNous relayons et soutenons cet appel!

La Ville de Bobigny a été en son temps célèbre pour sa mobilisation en faveur de l'avortement, à l'occasion du procès de la jeune Marie Claire. La passerelle qui va au tribunal porte toujours ce nom.

On sait bien qu'en ce moment tout le monde s'intéresse plus aux élections qu'à autre chose, mais ce lieu symbolique pourrait être utilisé pour une riposte départementale à la manifestation d'aujourd'hui. On est plusieurs copines de Bobigny à avoir eu cette idée : Le Boléro de Ravel, une flashmob avec des  femmes qui arriveraient face caméra, chacune portant une pancarte différente, le 8 MARS à 10 h  du matin, avec un rendez vous devant le tribunal pour faire les pancarte (c'est mon choix, j'ai avorté,  l'avortement c'est un droit, ....chacun et chacune pourra choisir...).

Pour en savoir plus: 8mars-bobigny@laposte.net

1604664_525056967607786_726655553_n.jpg

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 21:47

Bobigny-Révolutions

poing.gifHabitants ou salariés à Bobigny, nous souhaitons mettre en commun nos informations et nos combats pour leur donner plus de forces. Plus de forces pour les luttes locales et plus de dynamismes pour les luttes nationales. Loin des petits calculs électoraux et des promesses faciles, nous voulons créer un réseau où la parole de chacun compte.

Résolument hostiles aux lois et à la morale de la société capitaliste : esprit de concurrence, réussite individuelle, écrasement du faible par le fort, inégalités, discriminations… nous luttons pour une société de partage, d’entraide et d’égalité réelle.

En attendant les révolutions à venir, indispensables et urgentes, nous voulons construire un lieu d’échanges, de solidarités, de partages où chacun pourrait amener sa contribution et bénéficier des apports des autres : une maison du peuple pour mettre en commun nos savoirs (soutien scolaire, bibliothèque, débats, alphabétisation…), un lieu de solidarité (financière, alimentaire…). Un lieu que nous construirons ensemble, petit à petit. Un lieu pour commencer à rêver et vivre autrement. Avec vous ?

Avec le soutien des militantes et des militants d'Alternative libertaire (AL) et du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 21:01

Depuis plusieurs jours parents et enseignants mènent la grève et le blocage du Collège Delaune à Bobigny pour obtenir un second poste de CPE. Avec 600 enfants ce deuxième poste permettrait d’améliorer les conditions de vie et de travail des élèves comme des personnels.

Et dans le contexte de chômage que nous subissons un emploi en plus c’est toujours mieux que rien ! D’autant que la plupart des écoles, collèges et lycées du département font face à des difficultés spécifiques qui nécessitent des moyens spécifiques et supplémentaires.

Le président Hollande avait promis de rétablir les moyens humains massivement détruits par Sarkozy. Il serait temps de passer aux actes : embauches et formation professionnelle des personnels de l’éducation nationale sont deux urgences !

Bobigny le 13 novembre 2013

Ce communiqué est envoyé au recteur de l’académie, aux élus du Conseil général du 93 et à la presse. Contact : al93@alternativelibertaire.org

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 17:40

Lors de son show télévisé du 15 septembre 2013, François Hollande s’est félicité d'être "le président des entreprises". Derrière cette déclaration, une politique favorable aux patrons, aux détenteurs du capital, et rien pour les travailleurs et travailleuses.

Les faits sont là : le Président « socialiste » a choisi son camp, poursuivant la politique de Nicolas Sarkozy, avec quelques nuances minimes. La TVA, qui est le plus injuste des impôts, car il frappe plus lourdement les classes populaires, va passer de 19,6% à 20 % : Sarkozy avait prévu 21,6%, Hollande limite donc la hausse… C'est ça le changement !

La liste des cadeaux au MEDEF est longue : 20 milliards au titre de la compétitivité, loi issue de l'accord signé par la CFDT qui permet aux chefs d'entreprise de flexibiliser le temps de travail, le salaire et de licencier encore plus facilement, nouvelle contre-réforme des retraites qui aggrave la logique des précédentes, etc.

Côté monde du travail les coups pleuvent : plus de 5 millions de chômeurs, baisse continuelle des salaires et des pensions, des retraites à la baisse et toujours plus difficiles à atteindre, liquidation progressive de la Sécurité sociale, etc.

Dans tous les pays de l'Union européenne, une même politique d'austérité permanente est imposée aux peuples et les alternances droite-gauche ou vice-versa masquent la continuité de l’offensive néolibérale.

En Grèce, en Espagne, les effets sont dramatiques, constituant un terrain propice aux partis d'extrême-droite voire ouvertement fascistes comme Aube dorée en Grèce qui agresse les immigré-e-s et les militants de gauche. Enfin, le développement capitaliste entame toujours plus les ressources naturelles, sans se soucier des catastrophes écologiques qui risquent d’être de plus en plus nombreuses.

Face à ces politiques, il est nécessaire de se mobiliser et de faire entendre notre voix pour imposer d’autres choix de société. Parce que l’unité fera notre force, Alternative libertaire et le Nouveau Parti Anticapitaliste vous invitent à venir débattre, à Bobigny, de la construction d’un front anticapitaliste, afin de rassembler et d’amplifier la résistance à la casse sociale !

Réunion-Débat à Bobigny Le Jeudi 21 novembre 2013 à 18 heures 30
Salle Libération, 142 avenue Jean Jaurès (station de tramway : Libération)

Organisé par Alternative libertaire et le Nouveau Parti Anticapitaliste

 

Les Roms sont des immigrés comme les autres

Ils sont à peine 20 000 à vivre en bidonvilles en France depuis quelques années. Ils fuient la misère et les discriminations qu’ils subissent dans leurs pays, principalement la Roumanie et la Bulgarie. Comme tous les immigrés ils rêvent d’un avenir meilleur pour leurs familles. Si chaque commune de région parisienne décidait d’accueillir une famille il n’y aurait pas assez de Roms pour tout le monde !

Le paradoxe c’est qu’ils sont citoyens européens. A ce titre ils ont le droit de vote aux élections municipales et européennes ! Et en même temps il leur est interdit de travailler jusqu’en janvier prochain…

Comme pour tous les immigrés leur arrivée en France est difficile. Apprendre la langue, trouver un travail (forcément au noir), trouver un logement, comprendre les fonctionnements de l’administration… Alors comme tant d’algériens et de portugais dans les années 1950-1970 ils commencent en bidonville.

Comme tant d’africains qui ont connu les foyers surpeuplés des années 80-90 ils vivent entassés mais dans une solidarité familiale qui protège.

La politique des gouvernements Sarkozy et Hollande est une honte et un échec.

L’acharnement à détruire les bidonvilles sans solution de relogement aggrave la misère, retarde les scolarisations, empêche le suivi des soins. Les maires jouent à expulser comme on joue au ping-pong. Au mépris des droits élémentaires des enfants et de leurs parents.

A l’inverse de cette politique de répression, il est urgent de développer une vraie politique d’accueil et d’intégration. Puisqu’ils sont là et qu’ils ne repartiront pas. Il faut bien comprendre la misère qu’ils vivaient dans leurs pays pour qu’ils trouvent préférable de vivre ici dans les conditions qui leurs sont faites !

De ce point de vue la mairie de Bobigny n’est pas la pire. Fidèle à une tradition d’accueil et de solidarité elle refuse de demander l’expulsion des terrains appartenant à la Ville.

C’est bien. Mais il faut lui arracher pieds à pieds les conditions matérielles permettant une intégration minimum : toilettes, eau, poubelles… Sans ces conditions minimum de propreté, les voisins des bidonvilles sont vite manipulés par la droite et les amis de Lagarde dont les tracts incitent au racisme. Le collectif de soutien aux Roms de Bobigny mène un gros de travail de solidarité et de mobilisation. Vous pouvez vous aussi rejoindre la solidarité et la dignité. Pour prendre contact : bondy-noisyrosny@ldh-france.org

Usine de TMB-Méthanisation : Restons mobilisés

Alors que le projet était tout ficelé avec l’accord des élus concernés d’Est-Ensemble et de Paris, la mobilisation initiée par l’association ARIVEM a permis de bloquer, au moins provisoirement, la construction sur le site de l’actuelle déchetterie d’une usine de tri mécanobiologique.

Les sites existants sont en effets à la fois source de puanteurs et de dangers. Ils sont de surcroît technologiquement mauvais en produisant des composts inutilisables pour une agriculture paysanne. Le coût de ces usines, au seul profit des capitalistes, est exorbitant pour la collectivité. Le préfet a stoppé le projet mais la société privée qui gère l’usine a fait appel de la décision.

Le récent incendie à l'usine de TMB de Fos-sur-Mer vient encore une fois démontrer la nécessité d'abandonner ce type d'usines au profit d'un véritable tri à la source.

Pour en savoir plus consultez le site de l’association : www.arivem.free.fr

Rythmes scolaires

Alors qu’un nouvel appel à la grève dans le 93 contre la réforme des rythmes scolaires à lieu ce 14 novembre, il est urgent qu’enseignants et parents de Bobigny s’emparent du problème.

Une réforme des rythmes est surement nécessaire. Mais celle du gouvernement dépourvue des financements et des personnels adéquats n’est pas une solution. La mairie de Bobigny a commencé des discussions autour du passage en 4 jours et demi. Vu les problèmes rencontrés dans les villes qui ont choisi d’appliquer dès cette année (Bondy, Aubervilliers…) la plus grande vigilance est de mise.

Et le retrait de cette réforme bâclée reste l’objectif !

Plus d’infos : www.sudeduccreteil.org

 

Se-rassembler-pour-resister-a-la-casse-sociale.jpg

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 16:25

Événement

Le mardi 5 novembre 2013 à 18h30

 

A la librairie à Bobigny et Alternative libertaire vous invitent à venir rencontrer Eric Hazan à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Premières mesures révolutionnaires, co-écrit avec Kamo (La fabrique, Paris, 2013, 8 euros).

L’ordre existant, ce scandale permanent et mondial, ne répond plus à personne, ni de rien. Il a renoncé à tout argument, hormis celui de la force. Aussi, nous ne le critiquerons plus, nous l’attaquerons. Pour attaquer, il faut constituer une force et disposer d’un plan. Ce livre est une proposition de plan pour rendre l’insurrection irréversible, pour que le vieux monde ne puisse plus faire retour, passé le moment où le pouvoir se sera évaporé, où ses débris tournoieront dans le vide. Un plan pour sortir du cycle trop connu des révolutions ratées.

mesures-revoluionnaires.jpg

Quant à la force, nous la constituerons en commun, tout en discutant, en amendant ce plan, en en formant un meilleur. Avec tous ceux qui n’en peuvent plus et qui attendent que quelque chose se lève pour nous porter ailleurs. Il faut faire vite : le vent de la révolte parcourt le monde et le domino français ne va pas tarder, comme bien d’autres avant lui, à tomber. Rencontrons-nous. Organisons-nous. Soulevons-nous.

La soirée sera aussi l’occasion pour revenir sur les anciennes œuvres d’Eric Hazan, de l’édition de L’Insurrection qui vient à sa récente Histoire de la révolution française ou encore celle de La barricade : histoire d’un objet révolutionnaire.

A la librairie,

23, boulevard Lénine

93 000 Bobigny

01 48 30 04 13

Metro Bobigny Pablo-Picasso (ligne 5)

Tram T1 Hôtel de ville de Bobigny

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 11:53

Retrait du projet de transformation
Maintien de la PIC de Bobigny - Maintien de tous les emplois

Le 24 septembre 2013, le personnel et les organisations syndicales ont été informés du projet de la direction de La Poste de transformer la PIC de Bobigny en plate-forme client courrier.

Il faut être clair, c’est la liquidation brutale du centre de tri départemental postal de la Seine Saint Denis, ouvert en 1976 avec plus de 700 postiers.

Sur les 280 agents actuels, il ne resterait sur le site, fin 2014, qu’au maximum 60 à 70 personnes résultant du maintien des activités de collecte, du service entreprises et des retours d’Île de France ; par ailleurs, il n’y a aucune garantie sur la pérennité de ces services.

Nous ne comprenons pas! Nous n'acceptons pas la fermeture!

Trois ans et demi après la dernière restructuration qui s’est traduite par la perte de 25% de l’effectif, une centaine de suppression d’emplois, la détérioration des horaires de travail, c’est la mesure radicale de la fermeture du centre.

La direction entend justifier son choix de transférer, pour la fin de l’année prochaine, le trafic courrier sur les PIC de Lognes (77) et Gonesse (95) au nom de la baisse du trafic observé nationalement à La Poste.

Baisse du trafic ? Et la baisse des effectifs ? Elle est deux fois plus importante par le non remplacement de 50 postes depuis 2010 ! Et cela, tous les jours, les agents le vivent dans leurs conditions de travail avec une situation de sous-effectif dans la quasi totalité des brigades.

Non, nous n’acceptons pas que le personnel de la PIC, dont la direction vante « le grand professionnalisme », fasse les frais d’une politique de rationalisation de l’outil industriel (les machines de tri automatique) dans le cadre de la privatisation de La Poste.

Non, nous n’acceptons pas que les usagers de Seine Saint Denis soient pénalisés par l’éloignement du tri du courrier de sa distribution.

Non, il est faux d’affirmer qu’il y aurait de la place pour tout le monde (dans les PIC de Lognes, Gonesse, Roissy, à la distribution, à l’Enseigne...) avec les horaires de travail de son choix.

Qui peut ainsi décider de l’avenir du plus de 200 postiers, pour beaucoup travaillant sur le site de Bobigny depuis 10, 20, 30 ans et plus ?

Qui peut décider de remettre en cause leurs conditions matérielles d’existence, de l’allongement de la durée de trajet pour se rendre sur leurs lieux de travail, de détériorer leur vie familiale, leur pouvoir d’achat ?

Rien n’est inéluctable, ni réglé d’avance.

Pour toutes ces raisons, les syndicats CGT et SUD de la PIC de Bobigny appellent le personnel à organiser la résistance, à construire un rapport de force indispensable dans les négociations à venir avec la Direction de La Poste.

Défenseurs des intérêts des postiers comme du service public postal, nous contestons les choix qui viennent d’être faits de liquider le centre de tri départemental de Seine Saint Denis.

NOUS APPELONS LE PERSONNEL A SE RASSEMBLER EN MASSE EN OCTOBRE DANS LES HEURES MENSUELLES D’INFORMATIONS SYNDICALES COMMUNES CGT-SUD POUR DISCUTER DE CETTE SITUATION ET DECIDER DES FORMES DE L’ACTION COMMUNE.

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 22:28

Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme - Fédération de Seine-Saint-Denis

 

Le mardi 27 aout la police expulsait tout le bidonville des Coquetiers à Bobigny en outrepassant largement les décisions du Tribunal Administratif de Montreuil. Après 36h de mobilisation des familles et de leur comité de soutien et avec l’appui de la Ville de Bobigny les familles ont réintégré leurs logements. Une concertation positive s’est enfin engagée entre les résidents et la Ville qui doit permettre le nettoyage et une viabilisation du site : toilettes, collecte des poubelles y compris l’installation d’un point d’eau.

La bonne scolarisation de la totalité des enfants du site aura été un point d’appui important de ce combat.

Reste un point noir. Le matin du 27 la police a fait évacuer les caravanes dotées de cartes grises. Une douzaine de véhicules ont quitté le site dans la panique puisque la menace d’une destruction totale du bidonville était clairement posée. Les caravanes ont été garées à proximité du lieu et la police s’est empressée de les emmener à la fourrière avant que les familles n’aient le temps de s’organiser. Depuis une semaine les propriétaires et les associations tentent vainement de récupérer ces caravanes et se heurtent à un mur.

Une telle situation contraint les familles à vivre jour et nuit dans des conditions très précaires et fait supporter aux enfants scolarisés une rentrée particulièrement pénible.

Qui cherche à se venger des familles qui ont conquis leur dignité en faisant reculer la politique d’expulsion systématique et aveugle ?

Le 4 septembre 2013

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 18:23

Communiqué

Alternative libertaire 93

 

Grâce à la fermeté des familles et à l’action inlassable du comité de soutien des Roms de Bobigny, les familles ont pu réintégrer une partie de leur camp rue des coquetiers mercredi soir. Les enfants peuvent recommencer à préparer leur rentrée à l’école.

Après un face à face de 12h avec la gendarmerie bloquant la circulation au centre ville, les familles ont réussi à franchir le barrage de police mardi soir qui leur refusait le passage. Les familles ont alors passé la nuit de mardi sous la halle de la mairie, abandonnées à leur sort par Mme Peyge (maire communiste) qui malgré ses déclarations condamnant l’expulsion s’est refusée à tout hébergement provisoire en renvoyant la balle dans le camp du préfet.

Mercredi en fin de journée la détermination des familles a fini par payer. Le préfet s’est vu contraint d’accepter que les familles, visées par aucune mesure d’expulsion, puissent réintégrer leurs habitations.

Reste évidement à obtenir de la mairie les mesures d’urgences pour améliorer le quotidien du bidonville (WC, Eau courante, poubelles en quantité suffisantes) dans l’attente de solutions pérennes pour tous. Ainsi que la restitution des quelques caravanes que la police avait laissé sortir du camp pour mieux les mettre en fourrière !

Bobigny jeudi 29 août.

Partager cet article
Repost0