Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 16:05

arb16.gifOuf! Les journalistes unanimes poussent un grand soupir de soulagement en constatant que leur pote-feuille d'actions acquis avec le salaire de leurs mensonges ne va pas être dévalué par une baisse des bourses mondiales. Et tous de saluer le "courageux" et "ambitieux" plan de stabilisation de la zone Euro concocté par Sarko et Merkel avec la complicité de Strauss-Kahn.

 

Grâce à ce plan "sans précédent", "les marchés sont rassurés". Tu m'étonnes! On vient de leur confirmer que c'est open bar! Ils peuvent se gaver, ils peuvent faire absolument n'importe quoi, tout ce qu'ils veulent comme délire, nous pondre des subprimes puissance 50, c'est garanti, ils ne risquent rien, nichts, nada, que dalle. "Face je gagne, pile tu perds": la grande devise libérale, mais appliquée à l'échelle du continent européen. Les banquiers, les actionnaires, les spéculateurs, les grands patrons peuvent ramasser tout le pognon qu'ils veulent, par tous les moyens qu'ils veulent: Sarko, Merkel, Strauss-Kahn et le pathétique Barroso viennent de leur promettre de racker, quel que soit le montant, éternellement. Enfin, plus exactement, de faire racker les contribuables, les prolos, les puent-la-sueur; de les pressurer comme jamais, de les étrangler, de les étouffer, pour garantir l'achat de la nouvelle Ferrari pour les traders, le chalet à Gstaad pour les patrons d'Edge Funds et les bains de caviar dans des piscines en platine pour les spéculateurs.

 

Le plan de sauvetage des banques l'an dernier, c'était déjà ça: récompenser les pyromanes financiers pour avoir mis le feu, leur filer de quoi racheter un briquet, encore plus d'essence, voire de quoi investir dans un joli lance-flammes! Le tout en prétendant que c'est pour le bien de ceux dont ils viennent de cramer la maison, et en donnant même la chemise des incendiés au pyromane pour qu'il s'en serve de mèche dans son prochain incendie!

Et bien le pyromane a remis ça, évidemment! Les banques, les traders, les spéculateurs, les actionnaires, les grands patrons n'avaient aucune raison de s'arrêter. Ils foutent le feu et on leur refile des masses de pognon pour qu'ils continuent. Alors ils continuent. Les subprimes, les prêts pourris sur les maisons des prolos ricains, c'est petit joueur. Ils passent à la vitesse supérieure: on va se tacler des Etats. Ils ont commencé par la Grèce, mais pourquoi s'arrêteraient-ils à la Grèce? Ils peuvent continuer leur racket, leur chantage: ceux et celles sensés représenter leurs victimes sont en fait leur complice. Comme si le banquier d'une victime de racket était de mèche avec le racketeur. Enfin, pas "comme si": c'est exactement ça.

 

Et on nous demande à nous, les victimes de ces pyromanes financiers, de porter leurs bidons d'essence pour leur prochain incendie! Car le foutoir qu'ils ont mis sert de prétexte à une guerre de destruction sociale. On va couper dans les dépenses sociales, supprimer les droits sociaux, massacrer les retraites (Grèce: recul de l'âge de la retraite à 67 ans), piétiner la sécu, délocaliser, baisser les salaires (Grèce: baisse des salaires des fonctionnaires de 7%, Espagne: baisse de 5%)! Nous allons avoir droit à la même chose, avec cet argument de pur terrorisme intellectuel: c'est la seule solution, regardez la Grèce.

Fillon annonce un plan de rigueur. Mais pas pour lui, ses ministres ou Sarko. Non, eux, ils vont continuer à claquer du fric à tout va en voyages en jet privé, en déplacements inutiles, en directeurs de cabinets incompétents, en bagnoles de fonction à plus 50000 euros pièce... L'austérité, c'est pour nous.

 

On nous a bien gavé l'an dernier avec la "moralisation du capitalisme", les "nouvelles règles de régulation" et la "fin des paradis fiscaux". Toutes les personnes possédant plus de deux neurones savaient déjà que c'était uniquement de l'esbrouffe. Maintenant, même celles qui n'ont qu'un seul neurone devraient s'en rendre compte tellement le mensonge est gros et démenti par les faits.

 

Alternative libertaire l'a déjà affirmé, avec d'autres organisations libertaires: même si la Grèce pouvait payer, elle ne devrait pas le faire. Ce n'est pas au peuple grec, ni aux autres peuples d'Europe ou du monde, de payer pour les délires des financiers et de leurs complices politiques, qu'ils s'appellent Sarkozy ou Strauss-Kahn. C'est aux spéculateurs de cracher. Leur expropriation pure et simple est aujourd'hui une question de survie pour des millions de personnes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires