Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 14:47

Le dernier opuscule publié par Onfray* se divise en deux parties. Dans la première (et c’est toujours intéressant parce que l’humain nous intéresse) Onfray raconte son enfance, les chemins de sa révolte et de sa politisation. Ses rencontres et ses lectures. Ses postures également qui sont censées protester de son bon droit à donner des leçons d’anarchisme à la planète : refus d’intégrer le petit milieu intello parisien pour rester vivre et enseigner dans un lycée technique de l’Orne pendant 20 ans (ce qui est éminemment respectable tout comme la construction de son Université populaire). Le lecteur note tout de même qu’il n’y a nulle trace d’un militantisme réel et que ce défaut d’ancrage peut expliquer partiellement les prétentions et l’erreur terminale de cette thèse. 

En seconde partie l’auteur distribue un peu vite bons et mauvais points aux différents penseurs et courants de l’anarchie. Réintègre Nietzsche et les postmodernes. Affirme une rupture complète avec le communisme autoritaire. Refuse l’historiographie simpliste qui sépare définitivement individualisme et collectivisme. Remarque que la pensée anarchiste semble paralysée voir dogmatique. Propose de revisiter les rapports à l’Etat et aux élections. Critiques et propositions souvent pertinentes mais qui s’adressent sans nuances aux différentes sensibilités et organisations de la galaxie libertaire comme s’il était le premier à poser ces débats.

Malheureusement ce joyeux remue-ménage accouche d’une souris. Et l’ouvrage ne comblera le vide sidéral qu’il dénonce. En rejetant d’un même mouvement le Grand Soir, Marx et Bakounine pour leur apologie de la violence, Onfray nie la matérialité de la politique réelle c'est-à-dire l’affrontement entre les classes et la violence que la classe possédante est résolue à utiliser pour maintenir ses privilèges. La lutte pour le socialisme libertaire qu’il nous propose, au demeurant plutôt sympathique, devient l’épisode de « Oui-Oui prête sa voiture rouge » ! Appuyé sur une belle citation de La Boétie « Soyez résolus de ne plus servir et vous voilà libres » il propose une éthique militante en effet indispensable. Mais il conclu pour proposer que cette éthique au pouvoir démultiplié par la coopération entre toutes et tous (qui à suffit aux lilliputiens pour entraver Gulliver**) suffira pour forger un monde nouveau. En jetant l’eau sale des expériences tragiques du siècle Onfray jette également le bébé. Je parie que sa grand-mère verra bien que son loup est sans dent, sans danger.

Jean-Yves Lesage

* Le Postanarchisme expliqué à ma grand-mère : le principe de Gulliver ; Galilée octobre 2012

** Relire les contes de Swift sans hésiter cependant !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Yves Lesage - dans libertaires93
commenter cet article

commentaires