Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:40

Samedi 10 Mars à 11h - Ecole Jules Vallès

L'école se situe entre le théâtre et l'église - Quartier Gare de St Denis - 55 boulevard Jules Guesde

 

Pique-nique à l'arrivée place du 8 mai 1945

 

Drames du logement à Saint-Denis

- Mercredi 30 novembre 2011 au 11 rue Dezobry : 29 enfants, leurs parents et un célibataire sont expulsés de leurs logements par la préfecture.

- Mercredi 7 décembre au 76 rue Gabriel Péri : 35 adultes et 7 enfants sont encore expulsés par la préfecture. Le préfet promet alors d'autres expulsions en hiver. Les expulsés campent devant la mairie pour obtenir de l'aide face à l'Etat.

- Décembre à mars 2012 : St Denis se mobilise régulièrement aux côtés des expulsés : enseignants, parents, travailleurs, habitants, étudiants, chômeurs, syndicalistes... organisent des manifs, concerts, repas, flashmob, projections, débats pour obtenir papiers et logements pour les expulsé-e-s.

- Samedi 4 février 2012 : Une femme seule habitant Franc Moisin se donne la mort à la gare de St Denis. Surendettée du logement, elle était isolée et à bout. Elle laisse trois enfants.

- Mercredi 15 février 2012 : Une autre femme veuve dont les enfants sont scolarisés à Franc Moisin, s'immole dans le hall de l'hôtel de ville et décède le lendemain. En demande de logement depuis 14 ans, elle laisse 6 enfants orphelins.

 

Plus jamais ça!

La galères des expulsé-e-s cet hiver

Depuis 3 mois, les habitants du 76 rue Péri ont été expulsés par la Préfecture et campent devant la mairie. A part les parents avec enfants, les autres personnes n'ont pas été acceptées par le 115 durant des semaines. A partir du grand froid et avec la mise en place du parrainage des élus de St Denis, la situation s'est à peine améliorée.

Beaucoup des campeurs sont salariés et luttent dans ces conditions indignes pour garder leur emploi.

Exemples

- Un des campeurs: Il travaille de nuit et a besoin de dormir le jour, mais le 115 ne lui propose qu'un refuge ouvert de 21h à  6h. Il a passé des journées entières sans dormir. Indignité!

- Deux campeuses: Après 40 nuits passées sous la tente, dans des conditions climatiques difficiles (pluie presque tous les jours, froid), elles sont soulagées d'avoir enfin un lit dans un hôtel pour quelques nuits. Les couvertures sont sales, la fenêtre ne ferme pas et il n'y a pas de chauffage. A peine couchées, elles se font dévorer par les punaises qui infestent la literie et repartent sur le campement. Colère!

- Une autre femme expulsée : Depuis 3 mois, alors que l'Etat est obligé de l'héberger d'urgence car elle a une enfant mineure, pas de chambre, elles dorment à droite à gauche, grâce aux soutiens autour d'elles : Révolte!

- D'autres travailleurs (souvent sans papiers) : ils sont hébergés dans des refuges-dortoirs sans intimité, dans le bruit, relégués. Résultat : impossible de se reposer.

Le 115, c'est précaire, indigne, insalubre, épuisant et inhumain !

Et de toute façon, à partir du 15 mars, c'est la fin de la trève hivernale, tous les enfants et adultes risquent de se retrouver à la rue.

En plus, il y a 1500 procédures d'expulsion en cours sur Saint-Denis, et à partir du 15 mars des centaines de personnes peuvent être à la rue aussi!

 

Expulsés, futurs expulsés Rejoignez la lutte!

 

Contactez nous 06 21 49 55 34 (Amel) 06 42 56 56 57 (Sarah) // comite-de-lutte-contre-les-expulsions-saint-denis@gmx.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Saint-Denis
commenter cet article

commentaires

Laurent Scapin 09/03/2012 14:56


On nous signale que finalement, il s'agit d'un pique-nique à 11h30 place du 8 mai 1945, suivi de la manifestation à Paris (Bastille) à 14h30.