Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 10:35
« Le documentaire, un genre maltraité par la télévision »
(vidéo d’un « Jeudi d’Acrimed »)

http://www.acrimed.org/IMG/siteon0.gif?1332110978

 

par Acrimed, le 26 mars 2013

 

Le jeudi 21 février 2013 à 19 heures, Acrimed recevait à la Bourse du travail de Paris (3, rue du Château d’eau, Paris 10e) José Chidlovsky (producteur et réalisateur ), Dorine Brun et Julien Meunier (réalisateurs) pour un débat portant sur la place du documentaire à la télévision et sur les relations entre créateurs et diffuseurs. Présentation du débat suivie de la vidéo.


Fin 2011, la Scam (Société civile des auteurs multimédia), l’une des principales sociétés de gestion de droits d’auteur audiovisuel publiait une enquête réalisée auprès de ces adhérents, réalisateurs et réalisatrices de documentaire. Cette enquête révélait l’emprise croissante des diffuseurs (responsables des cases documentaires à l’intérieur des chaînes de télévision) sur le choix des sujets et la forme de leur réalisation. Sur les 1000 personnes qui ont répondu au questionnaire, seules 8 % considéraient cette ingérence comme positive.

 

Les lois Tasca, en cassant l’outil de production de l’audiovisuel public, devaient permettre de faire émerger un secteur privé de production indépendant et aux services des créateurs. La réalité du secteur est aujourd’hui bien différente : une très large majorité de petites sociétés de production totalement dépendantes des desiderata des responsables de programmes et une profession d’auteur-réalisateur très largement précarisée, et donc de plus en plus soumise aux exigences des chaînes en termes de sujets traités et de formes d’écriture. Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que pour la partie qualitative de l’enquête nombre d’auteurs n’ont accepté de répondre que sous couvert d’anonymat...

 

Quelle est donc l’économie du documentaire alors que les différentes chaînes de France Télévisions exercent un quasi monopole sur le secteur – que ce soit en termes de programmation, de variété ou de financement ? Dans quelles conditions les films sont-ils écrits, produits et réalisés ? Quels sont les critères de choix des responsables du documentaire des différentes chaînes publiques ? Quelles relations quotidiennes entretiennent les auteurs et les diffuseurs ? Quelle liberté de création est laissée aux premiers ? Le cinéma peut-il constituer une alternative viable pour ceux qui chercheraient à s’émanciper des requisits de la diffusion télévisée ?

 

Voir ici pour la vidéo

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93
commenter cet article

commentaires