Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 07:24

Une véritable tempête balaye les entreprises papetières qui, en France, sont majoritairement aux mains de multinationales du nord de l’Europe et ravage l’emploi malgré les capacités forestières du pays. Mais un
petit village normand résiste et sauve son usine après trois ans de mobilisations : le groupe M Real à Alizay.

 

L’équipe syndicale était soudée et les assemblées générales régulièrement réunies pour permettre aux salarié-e-s

r de décider des suites de la mobilisation.

Cela a permis un mélange savant d’actions d’éclat et de négociations avec la préfecture, les élus locaux, les

ministères, la direction du groupe M Real (finlandais) et avec les éventuels repreneurs. Mais également de réflechir

sur la production elle-même et sa possible évolution. Le tout avec l’appui d’un comité de défense pluraliste

même si certains élus PCF étaient parfois moins pluralistes que d’autres…

Fin 2009, l’usine gavée de subventions du conseil général (PS) de l’Eure est menacée de fermeture avec encore

400 salarié-e-s à l’intérieur. Pour une petite ville la catastrophe sociale est majeure. Une période de lutte classique

contre les licenciements et la fermeture est engagée. Mais la multinationale

entend bien fermer le site. La production est arrêtée au printemps 2012. Pour autant, la lutte ne cesse pas.

La bataille prend alors une autre dimension pour trouver des repreneurs.

Mais du coup, c’est M Real qui refuse de céder une usine parfaitement viable à un concurrent qui se renforcerait

en reprenant la production. Et c’est dans ce contexte que François Hollande et Arnaud Montebourg en viennent

durant la campagne présidentielle (comme à Florange) à promettre une loi pour contraindre un patron à vendre

son usine en cas de repreneur crédible déclaré. Promesse juridiquement difficile à mettre en oeuvre sans déclarer

illégal le capitalisme lui-même !

Mais quand on veut on peut. Comme cela a été dit à Alizay on pourrait étendre la notion « d’expropriation pour

utilité publique » à la sauvegarde des emplois. Mais à ce jour on ne sent guère la détermination du PS…

Une epxérience à poursuivre

Un repreneur pourtant existe bel et bien. Un patron intéressé par les capacités de production électriques

d’une telle usine. Et puis il y a Double A, multinationale thaïlandaise qui souhaite réorienter la production vers

du papier haut de gamme et s’attaquer aux marchés européens depuis cette usine normande. Ce qui donne à

réfléchir sur la place des capitalistes français dans l’économie capitaliste mondialisée. Ils ont beau garder toute

leur arrogance, nos bons bourgeois font des enfants justes capables de gérer des restaurants de plage…

Mais M Real refuse toujours de vendre.

La bataille des salarié-e-s fait alors tellement de bruit dans le département qu’en décembre dernier le

Conseil général (CG) vote (à l’unanimité !) le rachat du site. Chose faite fin janvier pour le revendre dans l’heure à Double A qui promet de relancer la production dès le printemps avec 200 salarié-e-s. Le CG gardant quelques hectares de terrain avec l’idée d’y faire pousser une zone industrielle.

Reste à garantir l’avenir des principaux délégués syndicaux qui ont conduit la bataille et qui sont sur toutes

les listes rouges des employeurs normands…

Et la lutte des classes continue enrichie d’une expérience supplémentaire en attendant que les travailleuses et des travailleurs s’emparent eux-mêmes des usines !

Jean-Yves Lesage (AL Seine-Saint-Denis)


Plus d’infos sur le site : developper-m-real-a-412.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Ailleurs dans l'univers
commenter cet article

commentaires