Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 18:05

L’inégal accès au bac des catégories sociales 

  http://www.inegalites.fr/media/logo_observatoire_menu_accu.jpg

 

Globalement, les taux d’accès au bac augmentent, mais les enfants d’enseignants ont 14 fois plus de chances relatives d’avoir le bac que ceux d’ouvriers non-qualifiés (un article du site L'Observatoire des inégalités).

Les inégalités d’accès aux différentes filières

90 % des enfants d’enseignants observés en sixième en 1995 ont obtenu le bac environ sept années plus tard, contre 40,7 % des enfants d’ouvriers non-qualifiés et 27,6 % des enfants d’inactifs, selon le ministère de l’Education nationale (lire l’étude). Les écarts sont considérables selon les milieux sociaux, notamment du fait de l’influence du niveau de diplôme des parents, dans un système scolaire très académique.

 

Le type de filière empruntée diffère fortement selon les milieux. Parmi les enfants d’ouvriers qui ont eu leur bac, 34 % l’ont eu dans une filière générale, 31 % dans une filière technologique et 34 % dans une filière professionnelle. Chez les enfants de cadres supérieurs, les trois quarts ont eu un bac général, 16 % technologique et 8 % professionnel. Au total, 40 % des enfants d’enseignants ont obtenu un bac dans la série scientifique, contre 4,6 % pour les enfants d’ouvriers non-qualifiés.


Bacheliers d'une génération
Selon la catégorie sociale des parents
Unité : %

Tous types de bac (1996)
Tous types de bac (2002)
Bac génér. et technol. (1996)
Bac géner. et technol. (2002)
Bac S (1996)
Bac S (2002)
Agriculteurs 70,5 69,7 52,8 53,7 24,1 17,7
Artisans commerçants 57,4 63,5 46,0 53,6 12,5 13,4
Chefs d'entreprise 74,0 83,9 65,6 76,7 21,7 29,6
Enseignants 86,7 90,6 84,2 86,6 44,8 40,2
Cadres supérieurs 87,7 87,6 83,9 84,2 42,4 41,0
Professions intermédiaires 74,0 76,7 65,5 66,6 21,7 22,9
Employés de bureau 59,1 62,1 49,7 50,5 13,8 11,0
Employés de commerce 55,7 58,8 39,4 44,5 9,7 10,4
Employés de service 43,4 38,0 29,4 26,6 7,0 2,7
Ouvriers qualifiés 50,8 52,9 37,9 39,1 8,7 8,7
Ouvriers non qualifiés 42,4 40,7 30,4 27,7 6,4 4,6
Inactifs 29,9 27,6 22,1 17,6 4,0 3,7
Ensemble 61,0 62,9 51,0 52,2 17,4 16,6
Lecture : 90,6 % des enfants d'enseignants contre 40,7 % des enfants d'ouvriers non qualifiés étaient bacheliers (général et technologique) en 2002.
Source : Ministère de l'éducation nationale - Enfants entrés en sixième en 1989 et 1995

L’évolution

Si l’on se place sur la longue durée, de plus en plus de jeunes issus des couches les moins favorisées obtiennent le bac : c’est le cas de près de la moitié des jeunes issus de famille ouvrière nés au tout début des années 1980, contre 10 % de ceux nés dans les années 1950. Au total, près des deux tiers des générations nées entre 1979 et 1982 ont obtenu le bac, contre un peu plus de 20 % de celles nées vingt années plus tôt.

Obtention du bac selon la catégorie sociale et la génération

Source : ministère de l’Education nationale, l’état de l’école (édition 2010)

 

 

Ces chiffres doivent être nuancés. Les bac généraux, technologiques et professionnels, qui n’ont pas la même valeur sur le marché des diplômes, ne permettent pas d’accéder aux mêmes formations de l’enseignement supérieur. Les données ci-dessus portent sur le long terme. L’élévation de la part de bacheliers dans les catégories les moins favorisées résulte pour une partie de l’essor du bac professionnel à partir de la fin des années 1980. Dans les années récentes, le taux d’accès au bac a stagné. La part de bacheliers a même baissé chez les enfants d’ouvriers non-qualifiés et d’inactifs dans les années récentes.

 

Pour mesurer l’évolution des inégalités, nous avons calculé la variation du « rapport de chances » (voir encadré) : cet indicateur mesure le rapport entre la probabilité pour un enfant d’enseignants d’être bachelier plutôt que de ne pas l’avoir à celle des autres catégories sociales. Entre 1996 et 2002, ce rapport s’est accru vis-à-vis de toutes les catégories sociales. En 1996 - génération d’enfants entrés en sixième en 1989 - les enfants d’enseignants avaient 8,9 fois plus de chances relatives d’être bacheliers que les enfants d’ouvriers non-qualifiés. En 2002, c’est 14 fois plus. Vis-à-vis des enfants d’inactifs, le rapport est passé de 15 à 25 fois !

 

Le mouvement est donc double. D’un côté, la proportion de bacheliers tend plutôt à augmenter dans tous les milieux sur une très longue période. Mais dans les années récentes les inégalités dans la probabilité d’accès au bac se sont accrues entre catégories sociales.

      
Rapport des chances relatives d'avoir le bac
Entre les enfants d'enseignants et ceux des autres catégories sociales
Unité : %

Taux de bacheliers (en %)
1996
Taux de bacheliers (en %)
2002
 
Chances relatives d'avoir le bac par rapport aux enfants d'enseignants en 1996
Chances relatives d'avoir le bac par rapport aux enfants d'enseignants en 2002
Agriculteurs 70,5 69,7
2,7 4,2
Artisans commerçants 57,4 63,5
4,8 5,5
Chefs d'entreprise 74,0 83,9
2,3 1,8
Enseignants 86,7 90,6


Cadres supérieurs 87,7 87,6
0,9 1,4
Professions intermédiaires 74,0 76,7
2,3 2,9
Employés de bureau 59,1 62,1
4,5 5,9
Employés de commerce 55,7 58,8
5,2 6,8
Employés de service 43,4 38,0
8,5 15,7
Ouvriers qualifiés 50,8 52,9
6,3 8,6
Ouvriers non qualifiés 42,4 40,7
8,9 14,0
Inactifs 29,9 27,6
15,3 25,3
Ensemble 61,0 62,9
4,2 5,7
Lecture : un enfant d'enseignants a, en 2002, 15,7 fois plus de chances relatives d'avoir le bac qu'un enfant d'employés de service.
Source : Calculs de l'Observatoire des inégalités selon les données du ministère de l'éducation nationale
Le rapport de chances (« odds ratio » en anglais) calculé dans notre tableau mesure le rapport entre d’un côté la probabilité d’avoir le bac des enfants d’enseignants comparée à celle de ne pas l’avoir, et de l’autre le même rapport pour les autres catégories sociales. On compare entre elles deux probabilités.

Prenons un exemple. Si l’on veut calculer le rapport de chances entre les enfants d’enseignants et d’ouvriers non-qualifiés, on procède de la façon suivante :

Les enfants d’enseignants sont 90 % à être bacheliers. La probabilité qu’un enfant de cette catégorie soit bachelier est donc de 90 % (avoir son bac) divisé par 10 % (ne pas l’avoir) = 9. Dit autrement, les enfants d’enseignants ont neuf fois plus de chances d’avoir leur bac que de ne pas l’avoir. Les enfants d’ouvriers non-qualifiés sont 40 % à obtenir leur bac. La probabilité qu’un enfant de cette catégorie soit bachelier rapportée à celle qu’il ne soit pas bachelier est donc de 40 % (avoir son bac) / 60 % (ne pas l’avoir), soit 0,66. La probabilité inverse (ne pas avoir son bac rapportée à avoir son bac) est de 60/40 = 1,5.

Dit autrement, les enfants d’ouvriers non-qualifiés ont 1,5 fois « plus » de chances (si on peut dire...) de ne pas avoir leur bac que de l’avoir.

Le rapport de chances est la division entre les probabilités des deux catégories d’avoir leur bac contre celle de ne pas l’avoir, soit 9 pour les cadres et 0,66 pour les ouvriers non-qualifiés : 9/0,666 = 13,63 (14 dans le tableau du fait des arrondis).

Photo : DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93
commenter cet article

commentaires