Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 21:47

Communiqué de presse de l'Union locale CGT de Bobigny

Etre déléguée du personnel, un acte citoyen

Défendre, représenter ses collègues de travail demeure toujours un exercice périlleux. Viviane ETENNA a été élue déléguée du personnel le 9 avril 2013. Mardi 2 juillet, elle est convoquée à un entretien préalable au licenciement !

Elle exerce comme psychologue et coordinatrice chargée du développement dans l’association IRIS –Messidor, implantée sur trois sites de Seine-Saint-Denis : Bobigny, Bondy et Pavillons sous-bois.

Bref rappel des faits

- Le 20 mars 2013 : Mme ETENNA se déclare candidate à l’élection de déléguée du personnel comme déléguée titulaire.

- Le 3 avril, l’association fait passer une annonce à Pôle-emploi, annonce correspondante au descriptif de son poste, compétence unique dans l’association.

- Le 9 avril, Mme ETENNA est élue comme déléguée titulaire.

- Le 12 avril, elle est convoquée au conseil d’administration de l’association. En guise de participation au conseil, elle est reçue dans une petite pièce par le président de l’association et un membre du CA durant une heure, lors d’une discussion sans aucun objectif ou filtrent intimidations et menaces, en contradiction avec les prescriptions du Code du travail.

- Fin avril, l’association embauche une responsable des relations sociales et juridiques pour s’occuper des relations sociales dans une structure employant 23 salariés, dont trois cadres !

- Le 26 juin, Mme ETENNA subit une mise à pied conservatoire, pour avoir demandé, en tant que chef de service, à une salariée de justifier une absence d’une semaine. Cette demande étant pour la direction un acte de harcèlement.

- Le 2 juillet, elle est convoquée à un entretien préalable à licenciement.

Un entretien stupéfiant et inqualifiable

Lors de cet entretien préalable, Mme ETENNA accompagnée par la déléguée du personnel suppléante se voit accusée par la directrice et la responsable des relations sociales et juridiques d’avoir assumé ses responsabilités de cadre en demandant à une salariée de justifier ses absences, de refuser de s’inscrire dans un lien hiérarchique et d’avoir menacée l’intégrité physique de la directrice, par l’utilisation d’une « poupée vaudou ».

On ne peut qu’être estomaqué que de telles balivernes soient utilisées en France au XXI siècle, de surcroit pour virer une salariée-déléguée du personnel. Les stéréotypes racistes ont la vie dure, quand de surcroit la directrice pour donner de la force à son propos rajoute « de toute façon tu es antillaise » et « aux Antilles, on y croit ».

L’autorisation du licenciement appartiendra en dernier ressort à l’Inspection du travail, puisque Mme ETENNA a été élue déléguée du personnel et désignée représente syndicale de site.

En attendant la décision administrative, nous ne pouvons admettre au sein des entreprises l’utilisation de préjugés en fonction de ses origines. Nous ne pouvons admettre qu’un cadre qui accepte de représenter les salariés soit considéré comme un adversaire de l’entreprise.

Il demeure une question : Pourquoi un tel acharnement avec une telle précipitation. Que craint la direction de l’association ? Association qui parmi ses missions à la responsabilité de l’insertion de travailleurs handicapés et qui

fonctionne en grande partie par l’attribution de fonds publics (ARS, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, Ville de Bondy, Est-ensemble).

Justice doit être rendue à Viviane ETENNA. Elle doit dans les plus brefs délais pouvoir reprendre ses fonctions professionnelles et assumer ses mandats de déléguée du personnel et syndical.

Nous appelons à la constitution d’un comité de soutien le plus large.

Pour dire stop au racisme dans l’entreprise.

Pour le droit à chaque salarié de s’engager quel que soit son statut dans l’entreprise.

Pour que les missions de l’association constituée de professionnels qualifiés puissent exercer leurs missions dans un cadre normal dans l’intérêt des personnes en difficulté.

Bobigny, le 4 juillet 2013

Contact presse : Jean-Albert Guidou 06 72 51 40 24

Sylvain Goldstein 06 52 82 23 50

 

Pétition Justice pour Viviane

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires du 93 - dans Bobigny
commenter cet article

commentaires