Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 13:59

Nous reproduisons ce communiqué de la FASE 93, qui pose quelques bonnes questions...

 

Communiqué de la FASE 93 -- Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique

 

Expliquez-vous Monsieur Bartolone !

Les liens politiques entretenus par Michel Alliot-Marie et François Fillon avec Ben Ali et Moubarak sont la traduction de leur mépris vis-à-vis des peuples qui se soulèvent contre les dictateurs. Ce gouvernement préfère s'acoquiner avec les grands de ce monde plutôt que de répondre aux aspirations populaires.

En revanche, une prise de position de Claude Bartolone, président socialiste du Conseil général de Seine-Saint-Denis, nous interroge.

Alors que la répression sanglante en Tunisie était à son sommet, que Ben Ali faisait tirer sur la foule à balles réelles, des voix s'élevaient dans le monde entier pour faire écho aux revendications des tunisiens, le 13 janvier Claude Bartolone, lui, déclarait au micro de BFMTV : "le Président Ben Ali  avait réussi à présenter aux tunisiens un compromis. Une marche plus lente que les pays occidentaux en direction de la liberté mais en échange l'éducation assurée pour les garçons et pour les filles, et l'association du peuple tunisien à un développement économique."

Ben Ali aurait donc, selon Claude Bartolone, instauré une marche vers la liberté? Il aurait en outre associé le peuple au développement économique ?

"C'est au président Ben Ali de trouver les conditions permettant de renouer les fils du dialogue". Voilà par quels mots Claude Bartolone concluait l'interview! Or le 13 janvier nous  étions déjà nombreux, aux côtés d'autres organisations de gauche et d'associations tunisiennes solidaires du mouvement, à demander la démission du dictateur, à faire écho à la volonté du peuple tunisien exprimée par le slogan: "Ben Ali dégage!"

Les femmes et les hommes de gauche, les écologistes, les militants associatifs, les tunisiens installés en France, sont en droit d'attendre des explications de la part de Claude Bartolone.

Le président du Conseil général doit aussi expliquer la signification de l'article du journal Le Point, daté du 12 janvier 2003 et encore présent sur son blog officiel: il y vante les relations privilégiées du régime tunisien avec un "cercle d'amis" parmi lesquels il figure.

Peut-il garder le silence? Même s'il n'a pas, à ce jour, de responsabilité gouvernementale, Claude Bartolone doit s'expliquer auprès de celles et ceux qui placent leurs espoirs dans la gauche.

Le 11 février 2011

 

Contact : fase93@lafederation.org

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires