Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 21:08

La valeur de la démocratie, même bourgeoise, est très relative pour nos dirigeants.

 

Ainsi, il suffit que, face à la pression populaire, le gouvernement grec finisse par accepter le minimum du minimum démocratique concernant le plan d'étranglement des casses populaires (pompeusement et abusivement intitulé "plan de sauvetage de la Grèce" alors qu'iln s'agit simplement d'un plan de sauvetage des banques françaises et allemandes) pour que les dirigeants européens poussent des cris d'orfraie.

 

Papandreou annonce un référendum sur le "plan d'austérité" (en fait le plan de pillage du peuple grec au profit des spéculateurs). Aussitôt, les "marchés" plongent et s'emballent. Quelle horreur! On consentirait à appliquer les principes élementaires de démocratie à cette escroquerie? Sarkozy, si fier de pouvoir se présenter en "sauveur de l'Euro", convoque aussitôt une réunion de crise et se fend d'une conférence de presse improvisée sur le parvis de l'Elysée pour en appeler à "respecter les engagements de la Grèce". Le même qui se gargarisait du mot "démocratie" à longueur de journée à propos de la Lybie fait soudain une poussée d'urticaire à l'idée que cette démocratie s'applique aux Grecs et aux Grecques, au risque d'obliger les actionnaires des banques françaises à assumer les conséquences ignobles de leur rapacité. Voilà qui est comique. La démocratie à géométrie variable. La démocratie, concept dont un Sarkozy ne saisit même pas les prémisses du sens, parée de toutes les vertus quand elle peut ouvrir des marchés à Total, devient une abomination quand elle risque de flinguer les dividendes versés aux actionnaires de la Société générale ou de la BNP !

 

La démocratie ne se monnaye pas. On sait déjà, depuis que Sarkozy s'est torché ouvertement avec le refus du peuple français du traité constitutionnel européen en imposant le même contenu sous une autre appellation, en quelle estime nos dirigeants tiennent la démocratie quand elle n'est pas dévoyée dans le cadre bourgeois et parlementaire. La situation grecque confirme toute l'ampleur de cette tartufferie. C'est aujourd'hui de démocratie réelle que les peuples grecs et français ont besoin face à la crise sociale voulue et entretenue par les spéculateurs et spéculatrices; pas de mascarade à la sauce Sarkozy... ou même Papandreou, manifestement beaucoup plus mû par sa peur de connaître un sort à la Kadhafi (après tout, à force de couper dans les dépenses publiques, il risque de finir par avoir du mal à même payer ses flics et ses barbouzes) que par une conscience démocratique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires