Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 21:40
Le capitalisme fonctionne sur le principe du pollué-payeur: ce sont ceux qui trinquent qui doivent systématiquement réparer les dégâts et ceux ou celles qui les ont causés bénéficient d'une impunité quasi systématique. Autrement dit, les prolétaires payent pour la pollution sociale, économique et environnementale des capitalistes. Petites illustrations.

La "crise" est l'exemple parfait du principe "pollué-payeur". Des pollueurs sociaux (banquiers et spéculateurs) crèent une crise sociale et économique gigantesque. La particularité de cette crise, c'est qu'elle tire pleinement profit, pour la première fois, de toute la puissance de la transnationalisation du capital mise en place depuis une trentaine d'années. Cette crise est mondiale, elle porte sur des volumes de richesses volées inédits et elle est générale. Il ne s'agit pas d'une crise du système capitaliste en tant que tel: le système capitaliste fonctionne très bien en l'occurrence, puisque son principe est de générer des bulles spéculatives, qui explosent en "crises", non pas tant financières (les financiers, à part quelques bouc-émissaires dont les déboires sont destinés à amuser la galerie, se gavent littéralement à chaque explosion de bulle spéculative), mais économiques (car il faut syphonner les richesses réelles pour nourrir le "trou" laissé par la bulle explosée) et surtout sociales.

La crise actuelle n'échappe pas à ce principe. Les pollueurs sociaux vont très bien. Ils ont exigé qu'on fasse payer les contribuables pour renflouer leur stupide spéculation. Leur bénéfices 2009 sont énormes. Ils distribuent à tout-va des bonus indécents à leurs traders, c'est-à-dire à leurs chefs-pollueurs de terrain. La crise sociale est bien réelle: jamais le chômage au plan mondial n'a été aussi élevé. Les salaires stagnent pendant que les revenus du capital et de la spéculation flambent. Les Etats matraquent fiscalement les citoyens et les citoyennes et cajolent les entreprises et leurs actionnaires, pour payer... ceux qui ont provoqué la crise. Dans le système capitaliste, plus on pollue, c'est-à-dire plus on pourrit la vie de tous, plus on crée de chômage, de précarité et d'insécurité sociale, et plus on touche! Il y a toujours les "crétins" de pollués pour payer.

Deuxième exemple, la taxe Carbone de Sarko, retoquée temporairement par le Conseil Constitutionnel, et qui reviendra bien vite après avoir changé 3 virgules. Sa philosophie générale et celle de toute l'écologie soit-disant apolitique (en fait de droite) des Nicolas Hulot, Yann-Arthus Bertrand, Al Gore et autres valets de pied des grandes multinationales ultra-pollueuses. La pollution, le réchauffement climatique, ce serait simplement une affaire de comportements individuels. Si la banquise fond, c'est parce que je laisse ma télé en veille la nuit! Et la taxe Carbone sarkozienne de viser à culpabiliser chaque citoyen et citoyenne qui massacrerait les ours blancs en n'ayant pas encore remplacé toutes ses ampoules par des basse-consommation. Bien ûr, changer les comportements individuels est utile, voire nécessaire. Mais c'est un épiphénomène! La pollution, le réchauffement climatique, ce sont très, très majoritairement le résultat d'un système économique qui consiste à produire en Asie à partir de matières premières pillées en Afrique des produits destinés à être vendus en Europe et aux Etats-Unis! Les vrais coupables, ce sont les capitalistes qui font faire deux fois le tour de la terre à la moindre babiole avant de la vendre, pour maximiser leurs profits!

Comment est-ce possible? Simplement parce que ces pollueurs ne payent pas leur pollution. On leur en fait cadeau, puisque ce sont les victimes de cette pollution, les prolétaires, qui vont payer! Les industries polluantes, les transports stupides: exemptés, ou contribuant à un taux ridiculement bas. Il faut culpabiliser chaque individu des masses pour préserver l'impunité honteuse de l'oligarchie capitaliste.

Troisième exemple, les retraites. Sarko et Fillon nous annoncent déjà une grande "réforme". Traduit de la novlangue sarkozienne, ça veut dire qu'on va un peu plus casser le système de retraite par répartition. Celui-ci serait, parait-il, en déficit. Que va-t-on nous proposer? De travailler plus longtemps, d'allonger la durée de cotisation, de reculer l'âge de départ à la retraite.

Mais quelles sont les vraies raisons de ce "déficit"? Ce sont d'abord les exonérations vertigineuses de cotisations sociales dont le patronat bénéficie. On va donc demander aux travailleurs et aux travailleuses de se tuer à la tâche pour préserver les bénéfices qui servent à verser des dividendes indécents aux actionnaires. La situation vient également du chômage, qui prive l'assurance vieillesse de recettes (car même si les chômeurs et chômeuses payent des cotisations retraite sur leurs indemnités, le montant des indemnités étant significativement inférieur au montant des salaires, il y a un manque à gagner). Ce chômage est généré sciemment par les capitalistes, pour augmenter leurs marges. Ils préfèrent produire à l'autre bout du monde en employant des quasi esclaves. Enfin, le patronat refuse d'embaucher les plus agés: la France a le taux d'emploi des plus de 50 ans le plus bas d'Europe. On va donc obliger ces travailleurs et travailleuses âgés à cotiser plus longtemps... parce que le patronat refuse de les embaucher! Le pollué devient le payeur, le pollueur le payé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires