Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 15:59
Tous les habitants et habitants de Seine-Saint-Denis peuvent déjà constater que la police s'y comporte comme une armée d'occupation coloniale. Le mépris et l'impunité policiers avaient mis le feu en novembre 2005.

Aujourd'hui, une nouvelle étape est franchie dans l'abjection policière, l'hystérie sécuritaire et la stigmatisation de la Seine-Saint-Denis: on nous envoie... des drones!

Ces engins militaires sont des sortes d'avion sans pilote. Ils servent à la surveillance des zones de combat mais aussi aux attaques ciblées. Les grands utilisateurs de drones sont les Etats-Unis (Irak, Afghanistan) et Israël (Palestine, Liban). Deux pays qui mènent ouvertement une politique coloniale et qui se torchent publiquement avec le droit international.

La police va être dotée de ces engins et ils vont d'abord être déployés... en Seine-Saint-Denis! Ben voyons. Pourtant, un peu de surveillance du conseil d'administration d'EADS ou des patrons du MEDEF genre Gauthier-Sauvagnac, ça ne serait pas du luxe! Pourquoi les utiliser contre les habitant-e-s de Seine-Saint-Denis et pas contre les patrons et actionnaires voyous? Poser la question, c'est déjà y répondre...

Pendant les émeutes de novembre 2005, nous avions déjà eu droit aux hélicoptères à basse altitude. Maintenant les drones. Et ensuite? Un mur "de sécurité" comme autour de la Palestine, pour transformer le 93 en prison à ciel ouvert? Des bracelets électroniques pour tous et toutes? Le marquage au fer rouge des "ressortissant-e-s" du 93?

A n'en pas douter, les parlementaires capables de voter le fichage ADN et ethnique des étrangers et étrangères sont tout à fait capable d'avoir ce genre d'idées et de les mettre en oeuvre! La population "civile" (tout le monde sauf les politiciens professionnels, les flics, les militaires, les patrons et les gros actionnaires) est considérée comme ennemie par nos dirigeant-e-s. Car eux sont conscients de mener une guerre de classes. L'utilisation des drones en est la plus récente et tangible illustration. Alors que les média aux ordres et les intellectuels-carpettes prétendent que la lutte des classes n'existe plus, la bourgeoisie, elle, sait qu'il n'en est rien et mène cette lutte avec une âpreté sans cesse renforcée. Il y a la classe des possédant-e-s, qui ont des drones, et la classe des exploité-e-s, que les drones surveillent. Des fois qu'il leur prenne l'envie de se révolter...

Ni drone ni maître!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dark Pioupiou 11/10/2007 22:34

Rappelles toi, à une époque (il y a trois ou quatre ans) les flics nous surveillaient avec un Zeppelin. Leur bécane devait leur coûter trop cher  et ils ont fini par nous lâcher. Maintenant c'est  ça, en attendant la prochaine Il va falloir redresser la tête !!