Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 09:44
Fillon-Sarkozy n'ont plus qu'une obsession: le "service minimum". Sous cette appelation absconse se cache en réalité la casse du droit de grève. Le but pour Fillon-Sarkozy est d'empêcher les secteurs combattifs, les secteurs qui peuvent encore se mobiliser largement et dans la durée, de le faire. Pour détruire les retraites, la sécurité sociale et le droit du travail, il leur faut d'abord empêcher les cheminots de paralyser les transports, ou les enseignants d'obliger les parents à se débrouiller avec leurs enfants. Le pseudo "service minimum" n'a pas d'autre but que celui de supprimer sans l'avouer ouvertement le droit de grève.

Fillon-Sarkozy veulent l'étendre: après être passé en force en juillet sur les transports, c'est l'Education nationale qui est leur prochaine cible.

Mais si ces deux tartuffes avaient un soupçon d'honnêteté intellectuelle, ils commenceraient par s'appliquer à eux-mêmes leur discours sur la "continuité du service public". En effet, quel service plus public que la politique, c'est-à-dire la prise de décision sur la vie collective et son organisation? Les politicien-ne-s devraient être là pour rendre un service à l'ensemble de la collectivité. Evidemment, Fillon et Sarkozy n'envisagent pas leur travail sous cet angle: pour eux, c'est une carrière, au seul profit de leur ambition personnelle, et ils se contre-foutent du service du plus grand nombre. Mais la politique et la démcoratie au vrai sens du terme, c'est pourtant cela: un service public!

Or on ne peut pas dire qu'il marche bien, ce service public de la démocratie! Les élu-e-s ne rendent aucun compte pendant toute la durée de leur mandat, ils n'appliquent pas le mandat pour lequel ils et elles ont été élu-e-s, ils et elles ne reviennent pas devant les citoyen-ne-s (c'est-à-dire les usagers et usagères du "service public de démocratie") pour les décisions importantes.

Donc s'il y a bien un service public pour lequel il faudrait assurer une continuité et une qualité de service, c'est la démocratie! Evidemment, cette idée ne vient pas à l'esprit de Sarkozy-Fillon, pourtant si prompts à se gargariser de ces mots à propos d'autres services publics.

Où est le service public de démocratie quand Sarkozy négocie de son propre chef le passage en force d'un traité européen soit-disant "simplifié", mais exactement sur les mêmes bases et dans même logique que la Constitution européenne massivement rejetée en 2005? Où est le service public de démocratie quand 80% des médias, donc des sources d'information, sont inféodées à un camp? Où est le service public de démocratie quand les élu-e-s n'ont aucun compte à rendre pendant 5 ans?

Un service public de démocratie de qualité et continue, c'est simplement l'idée libertaire de démocratie directe et autogestionnaire:
- mandats impératifs chaque fois que possible,
- mandats révocables,
- rotation des mandats chaque fois que possible,
- responsabilité permanente et systématique des mandaté-e-s vis-à-vis des citoyen-ne-s
- organisation démocratique de débats continus sur les questions en jeu.

Service minimum? Chiche! Que Sarkozy-Fillon commencent par se l'appliquer à eux-mêmes en changeant radicalement les règles du jeu politique! Tant qu'ils n'auront pas fait cela, toutes leurs propositions, lois, décrets seront illégitimes, nuls et non avenus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans libertaires93
commenter cet article

commentaires

Dark Pioupiou 26/08/2007 20:25

20000 euros par semaine seulement mon bon Romain, cela suffit d'ailleurs amplement !DP

reureu 06/08/2007 14:42

L'avantage du service minimum est de permettre de masquer le reste: la maintenance qui se filialise, les crédits qui disparaissent, la gestion de l'entreprise sur le modèle de la "saine concurrence" etc...Bref, il s'agit non plus de privatiser les réseaux de transports (l'exemple Anglais ayant porté ses fruits) mais de les rendre rentable....pour l'état. L'usager (pardon le client) lui n'est respecté que lorsqu'il s'agit de lui vendre un titre de transport, par la suite, il est traité comme du bétail. Mais qu'il se rassure, il rentrera dans les statistiques des dirigeants et donc apportera de confortable prime d'objectif aux cadres.Non avec 2 jours de grèves en 2 ans pour des ennuis quotidien du aux défaillances techniques, cette loi était vraiment vitale. Merci monsieur Sarkozy, bonne vacances dans votre villa à 20 000 euros par jour. Romain