Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis
  • : Nous sommes des militant-e-s d'Alternative libertaire habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis). Ce blog est notre expression sur ce que nous vivons au quotidien, dans nos quartiers et notre vie professionnelle.
  • Contact

Nous rencontrer

Pour nous contacter: Alternative libertaire 93, BP 295, 75921 Paris Cedex 19 ou par e-mail (montreuil@al.org, saint-denis@al.org ou al93@al.org)

Vous pouvez nous rencontrer au marché de Noisy-le-Sec (2ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché de la gare RER de Bondy (4ème samedi de chaque mois, 11h-12h), au marché Croix-de-Chavaux à Montreuil (2ème dimanche de chaque mois, 10h30-11h30) et à l'angle de la rue Gabriel Péri et de la rue de la République à Saint-Denis. Nous y vendons le mensuel Alternative libertaire.

Recherche

Nouveau site!

Retrouvez notre nouveau site : www.libertaires93.org

Archives

Trouver le mensuel AL

Vérifiez sur trouverlapresse.com, car des changements peuvent avoir lieu.
Bagnolet: Auchan, 26 av de Gaulle, 87 rue Robespierre, 47 av de Stalingrad. Bobigny: rue du Chemin Vert, Hôpital Avicenne. Bondy: Gare RER. Montreuil: M° Croix-de-Chavaux, 1 av Pasteur, 5 rue E. Varlin, 170 rue de la Nouvelle France. Noisy-le-Sec: Gare RER, 8 rue Jean Jaurès. Romainville: 80 bd H. Barbusse. Rosny-sous-Bois: Carrefour Rosny II, 2 rue Gallieni, 3 av Gallieni. Saint-Denis: 17 pl du Caquet, 4 bd A. France, Cité Franc Moisin, 105 rue Gabriel Peri, Pl des Poulies, Pl du 8 mai 45, 2 rue G. Philippe, 46bis bd J. Guesde, M° Saint-Denis Basilique.
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:30

Les banquiers, les spéculateurs et les boursicoteurs tremblent de peur. Sarkozy a dit qu'il faut "sanctionner les responsables de la crise", il faut "réformer et moraliser le système", il faut supprimer les "parachutes dorés". Au secours, un affreux bolchévique dirige la France!

On en rirait volontiers si ce n'était pas si pathétique!

Sarko le bouffon

Moraliser le capitalisme? Bonne blague. Il n'y a pas de capitalisme à visage humain. La spéculation, la primauté de l'appât du gain sur toute autre considération sont des éléments fondateurs du capitalisme. La spéculation et le mépris des êtres humains sont au capitalisme ce que la trinité et la pédophilie sont à l'église catholique: on ne peut pas les séparer sans les détruire. Disserter sur un "capitalisme moralisé", c'est faire des ronds de fumée en espérant que personne ne verra l'incendie.

Réformer le système? Oui, le système est pourri. Jusqu'à l'os. De A à Z. Quel système, au fait? Ah oui, le capitalisme. Et plus particulièrement le capitalisme ultra-libéral financier, dont Sarkozy a toujours été un fervent défenseur. Du moins en parole, car quand il s'agit d'aider ou de sauver ses copains avec l'argent du contribuable, il n'est pas le dernier...

Oui, le problème soulevé par la folie financière est structurel, oui il s'agit bien d'une "crise systémique". Il faut se débarasser du système actuel. C'est ce que les anticapitalistes et parmi eux les communistes libertaires défendent depuis toujours. Merci aux boursicoteurs et aux politiciens capitalistes de reconnaître que depuis toujours, c'est nous qui avons raison et eux qui racontent des gros bobards.

Sanctionner les responsables? Mais Sarko est adepte du masochisme, maintenant? Lui et ses cadeaux aux plus riches; lui et la destruction du système de retraite au profit des fonds spéculatifs ("retraite par capitalisation"); lui et sa privatisation de la Poste... Oui, il est responsable au même titre que les PDG de banques et les traders fous.

Spéculation, mode d'emploi

Les réactions hystériques sont risibles. Un jour, c'est "ça y est, ça remonte, on est sauvé, tout va bien!". Le lendemain, voire quelques heures plus tard à peine, on a droit à "au secours, ça descend, on va tous mourir". C'est stupide et aveugle, à l'image du capitalisme dans son ensemble.

Les soubresauts boursiers vont évidemment continuer, avec un yoyo pathétique. Rien ne va se résoudre du jour au lendemain. Ce qu'il faut regarder ce près, ce sont les conséquences concrètes sur l'économie réelle. Car pour "se refaire", les spéculateurs sont prêts à tout, et surtout à pressurer toujours plus les travailleurs et les travailleuses. Nous seuls produisons de la richesse. Ils ne font que la parasiter.

Rappelons que toute cette crise est due en premier à des dingues qui ont spéculé sur la capacité des pauvres à rembourser leurs emprunts immobiliers:

"Je te parie 100 balles que le type va tout perdre.

- Tenu, je suis sûr qu'en cumulant 4 jobs il peut y arriver."

Sauf qu'au lieu de 100 balles, il ont parié quelques milliers de milliards de dollars. Pire, ils ont ensuite parié sur le fait qu'ils gagneraient ou pas leur premier pari, dans une espèce de spirale délirante.

Certains analystes un peu moins lobotomisés que les autres avouent qu'il s'agit d'une "crise systémique". Ben oui, pour sortir des délires spéculatifs, il faut péter le système... c'est-à-dire le capitalisme: merci, nous nous le savons déjà. Pour sortir d'une crise systémique sans changer le système, il faut redonner à manger au système: c'est ce que la banque fédérale américaine et la banque centrale européenne font.

Mais ça ne fait qu'une seule chose: préparer la prochaine crise, qui sera encore plus grave. Depuis 35 ans, le capitalisme vit en "crise permanente". Des crises qui vont s'accentuant parce que chaque "sortie" n'est qu'une fuite en avant.

Quel message est donné aux boursicoteurs et aux spéculateurs par les banques centrales? "Allez-y, continuez, déconnez à fond, de toutes façons, l'Etat vous couvre, il est là pour pomper les travailleurs et vous renflouer dès que vos conneries vous pètent à la gueule". Donc attendons-nous au pire. C'est pour cela que cette "crise" ne peut pas nous laisser indifférents: les boursicoteurs vont essayer de se refaire sur notre dos, à un moment ou un autre.

"Plan de sauvetage": la grande arnaque

Car le soit-disant "plan de sauvetage" américain qui fait tant baver d'envie les banquiers incompétents est simplement grotesque.

Il y a une énorme différence entre ce qui s'est fait il y a quelques semaines et le pseudo "plan de sauvetage" proposé. Il y a quelques semaines, Freddie Mac et Fanny Mae , les deux principaux organismes de refinancement américain, ont été nationalisés: l'Etat US a racheté les actions et est devenu majoritaire.

Le plan Paulson n'a rien à voir: il s'agit de claquer 700 milliards de dollars pour racheter aux banques US au prix fort leurs créances pourries. Pour les banquiers, c'est le méga-jackpot: le beurre, l'argent du beurre, la ferme et tout le troupeau de vaches! Non seulement ils revendent leurs créances qui ne valent plus rien à un prix inespéré, mais en plus, ils ne se retrouvent même pas avec un Etat-actionnaire qui pourrait peut-être éventuellement demander parfois des comptes... C'est quand même un plan génial, il faut bien le dire: plus personne ne veut acheter les titres de merde des banques US, alors on oblige les contribuables américains à les acheter, sans leur demander leur avis, en faisant voter en urgence par un congrès aux ordres et sur le départ (il y a une campagne législative en même temps que la présidentielle), en imposant le prix d'achat pour le plus grand profit du vendeur, et sans contrepartie!

Sérieusement, n'importe qui d'autre ferait ça, il irait illico en taule pour escroquerie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans libertaires93
commenter cet article

commentaires